Mer. Avr 24th, 2024

Par Sarah Gendreau Simoneau 

Il y a de ces gens qui veulent toujours aller plus loin et pour qui le dépassement de soi est primordial pour se réaliser! Lysanne Richard, plongeuse de haut vol toujours à la recherche de sensations fortes et de nouvelles expériences, fait partie de cette catégorie.  

L’athlète de 40 ans a d’ailleurs participé cet hiver à la téléréalité de stratégies, d’alliances et d’épreuves Big Brother célébrités, où elle s’est démarquée par un parcours ingénieux et où le grand public québécois a pu la découvrir. 

Une aventure haute en couleur 

Lysanne carbure aux défis et Big Brother célébrités en a été un bon pour elle. Celle qui avait préparé son absence dans sa vie personnelle et professionnelle n’avait pas vraiment d’attentes pour l’aventure. « Je ne savais tellement pas dans quoi je m’embarquais. Il y a eu des choses très positives qui sont arrivées pendant l’émission auxquelles je n’avais pas nécessairement pensé. » Malgré le caractère très stratégique de l’émission et du jeu, les participants vivent des émotions et des réalités bien au-delà de tout ce que les téléspectateurs voient. « Des fois, quand je vois les émissions, je me dis que ce n’était tellement pas QUE ça ! Ce que j’ai rencontré là-bas, c’était vraiment plus que la game. Ma stratégie était de profiter et de tisser de belles relations. Ce que j’ai vécu, c’est plus beau que ce qu’on a vu », raconte la plongeuse.  

Lysanne Richard explique également qu’elle est entourée d’une panoplie de gens autour d’elle qui font partie de son équipe et qui sont embarqués avec elle dans cette aventure. Elle est sortie de sa zone de confort avec ces personnes qui ont dû, elles aussi, développer leur capacité d’adaptation. Ils ont réfléchi tous ensemble à concevoir un programme d’entraînement qui allait être possible durant toute la durée du jeu. « Toute ma gang de pros autour de moi, c’est des amis. J’ai déjà vécu beaucoup de choses avec eux. Je suis arrivée à Big Brother avec un plan de match qui m’a vraiment stabilisée. »  

Un mindset de feu 

Comme l’émission n’est pas un contexte facile, avoir des plans d’entraînement l’a aidée à garder une routine et à conserver sa santé mentale. « Ça devient buzzant d’être à l’extérieur de toutes les données que tu connais et c’est déstabilisant de ne pas savoir ce qu’il se passe dans le monde pendant que t’es enfermée là et de ne pas avoir de nouvelles de tes proches pendant plusieurs semaines », explique Lysanne, qui faisait aussi de la méditation et de la visualisation pour l’aider à conserver un équilibre émotif et physique. Elle se concentrait sur des éléments qu’elle pouvait contrôler, comme sa routine d’entraînement, et ça a été une source de sécurité supplémentaire. 

Ce qu’elle a trouvé le plus difficile de sa sortie de la maison de Big Brother célébrités? Le retard qu’elle a pris autour d’elle étant donné qu’elle n’était pas dans sa vie pendant une longue période. « J’ai été maganée par la COVID aussi, que j’ai attrapée là-bas. La remise en forme en ce moment c’est un défi. Malgré les difficultés, il n’y a rien que je changerais. Je suis bien contente d’avoir fait ça ! Je n’ai pas eu de surprise de moi-même parce que je me connais bien et c’est une belle qualité pour participer à ce genre d’émission. » 

Toujours plus d’exploits 

Le Collectif avait évoqué, dans un article l’automne dernier, l’exploit de Lysanne Richard et Yves Milord d’avoir réussi un plongeon de haut vol synchronisé à partir d’une montgolfière à 25 mètres de hauteur. Celle qui adore le travail d’équipe raconte que « c’était vraiment challengeant et tout le monde était ensemble là-dedans, autant les pilotes des montgolfières que l’équipe de sécurité aquatique et celle pour les vidéos ». Ils ont tous réalisé, après l’avoir fait, à quel point il y aurait eu beaucoup de risques que ça ne fonctionne pas. Il y a très peu d’endroits dans le Richelieu où la profondeur est adéquate pour de tels plongeons et peu d’endroits où l’équipe de la zone aérienne pouvait s’activer. « Ça a été formidable que ça fonctionne. Tout le monde a grandi dans cette expérience-là et on a tous vécu un sentiment de réussite et de satisfaction ensemble. C’était du beau travail d’équipe et c’est, à ce jour, le projet que je suis le plus fière d’avoir réalisé ! »  

C’est justement la plupart du temps sur les exploits et le dépassement de soi que Lysanne s’exprime lors des conférences qu’elle donne un peu partout. Ce que les gens aiment beaucoup, selon elle, c’est quand elle parle de capacité d’adaptation, surtout depuis deux ans. C’est quelque chose qu’elle a beaucoup développé dans sa vie et sa carrière. « J’ai trouvé des outils pour ne pas être déstabilisée malgré les changements et c’est quelque chose que j’aborde beaucoup avec les entreprises, entre autres. » C’est un beau lien à faire avec son sport; il faut oser se lancer dans le vide. C’est notamment pour ça qu’elle a accepté de faire la téléréalité. « J’avais pas le goût d’aller à Big Brother au début parce que c’était trop déstabilisant et épeurant. Je me suis dit que si je n’y allais pas, j’étais comme un imposteur parce que je passe ma vie à dire de foncer, même si ça nous fait peur ! »  

Pour ce qui est de ses projets, outre les conférences, Lysanne s’intéresse grandement au monde culturel québécois et elle espère y faire sa place et avoir des chroniques ou des apparitions prochainement « parce que ça me permet d’être impliquée et de plus m’exprimer sur ce qui me tient à cœur ». Elle est en ce moment en phase de remise en forme, mais elle s’enligne sur une série de projets acrobatiques liés au plongeon de haut vol cet été un peu partout au Québec. « On va pouvoir rencontrer le public. Ça va être très créatif, ces exploits-là. » Ça va être à suivre sur ses réseaux sociaux : Facebook et Instagram


Crédit image @ page Facebook, Lysanne Richard

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.

Rédactrice en chef et directrice générale, auparavant cheffe de pupitre SPORT ET BIEN-ÊTRE pour le journal Le Collectif | Site web

Passionnée par tout ce qui touche les médias, pas surprenant que Sarah tripe autant sur ses cours du bac en communication, lorsqu'elle fait de la radio à CFAK et lorsqu'elle écrit des articles pour Le Collectif. Dans l'équipe du journal depuis mai 2021, elle est fière de mettre sa touche personnelle dans ce média de qualité de l'Université de Sherbrooke.

Le sport et le bien-être sont, selon elle, indispensables à la société. Elle s'efforce donc, avec sa curiosité légendaire, de dénicher les meilleurs sujets sportifs pour vous!

Depuis août 2022, Sarah n'est plus cheffe de pupitre puisqu'elle a été promue au poste de corédactrice en chef!