Mar. Avr 16th, 2024

Par Sarah Gendreau Simoneau 

Pour plusieurs, les Fêtes sont synonymes de stress et de malaise, surtout après deux années inhabituelles. Comment évacuer ce stress? Comment accueillir cette période sous le signe de la bienveillance 

La chaleur du foyer familial a manqué durant la pandémie et, même si les virus ne seront jamais derrière nous, enfin nous pouvons nous adonner aux rassemblements traditionnels autour du sapin illuminé. Les blagues douteuses, les commentaires sur le physique et le stress de la préparation et du magasinage des cadeaux, eux, ne nous avaient pas manqués…  

La bienveillance à bras ouverts 

Cette année plus que jamais, pourquoi ne pas pratiquer sa bienveillance en étant compréhensifs des différentes situations vécues par tout le monde et en faisant preuve d’indulgence ? Le monde s’en porterait mieux et le temps des Fêtes serait plus doux, surtout après deux années plutôt difficiles sur plusieurs plans pour certaines personnes. Prendre soin des gens autour en leur offrant une oreille attentive à leurs besoins s’avère très bénéfique pour les deux parties. 

Les jugements sont faciles, les gens sont méchants, surtout derrière leur écran. Pratiquer sa bienveillance ne fait qu’améliorer les relations, autant avec les gens autour, qu’avec de purs inconnus. Ces relations se solidifient, deviennent plus vraies, plus profondes et empreintes de respect. Cependant, pour pouvoir pratiquer la bienveillance envers autrui, il faut aussi en faire preuve envers soi-même.  

Comment faire pour apporter la bienveillance dans les Fêtes 

Il faut d’abord savoir prendre soin de vous puisque votre relation avec vous-même est prioritaire et primordiale. Prenez un bon moment, au début des vacances des Fêtes, avant les partys d’amis et les soupers de famille, pour vous ressourcer. Recentrez-vous sur vos activités hivernales préférées. Vous avez envie de dormir 12 h d’affilée parce que votre session a été difficile ? Faites-le.  

Ensuite, être à l’écoute, autant de ses propres besoins, qu’à ceux des autres, est un des points les plus importants. Essayez de porter attention à toutes les paroles émises par votre entourage durant cette période achalandée et évitez les distractions comme votre téléphone pour être attentif ou attentive à 100 %. Vous saurez davantage comment appuyer vos proches et ils sentiront qu’ils peuvent se confier à vous, ou tout simplement, être plus détendus et vous raconter une bonne blague. 

Dehors, le stress 

Les Fêtes apportent leur lot de stress pour toute sorte de raisons. Il est important d’essayer d’éliminer le plus ce stress pour passer des vacances agréables, magiques et désencombrées.  

L’argent, surtout en cette période d’inflation, est une source de stress inévitable pour tout le monde. Il est important, selon la clinique de psychologie Équilibre, de définir un budget, mais surtout, de s’y tenir. Les cadeaux, les décorations, l’épicerie pour tous les soupers, l’alcool, les vêtements plus chics de la soirée du réveillon, ça fait beaucoup. Il faut éviter d’acheter de façon impulsive. Si vous avez plus ou moins les moyens d’offrir des cadeaux cette année, pourquoi ne pas offrir du temps ? C’est ça le but des Fêtes non ? Se retrouver en famille ou entre amis, pouvoir échanger des discussions et rire de bon cœur. Et entre nous, si vous remettez votre habit ou robe de Noël d’avant la pandémie, personne ne s’en rendra compte ! 

Une autre source de stress peut se retrouver tout simplement dans le fait de faire face à la solitude. Cette année, on peut enfin être en gang durant cette période, mais plusieurs n’ont pas cette chance. Si vous ressentez un sentiment d’isolement, vous pouvez aller vous balader dans les marchés de Noël, où vous y ferez peut-être de belles rencontres, ou encore aller voir une chorale entonner des cantiques de Noël. Vous pouvez aussi vous planifier un souper spécial, et faire toutes vos activités préférées pour vous faire du bien durant cette semaine de festivités.  

Un autre stress appréhendé par plusieurs est celui des commentaires sur le physique… parce que oui, ça existe encore, malheureusement. « Me semble que t’as maigri ?! », ça ne se dit pas. Pas plus que, « Mon Dieu, tu manges donc ben, laisses-en pour les autres ! ». Tu as envie de manger une part de tourtière de plus parce que celle de matante Ginette, c’est la meilleure ? Gâte-toi. En 2022, il serait bien enfin d’adopter une image corporelle positive. Ne pas manger de desserts tout l’automne pour rentrer dans ton kit des Fêtes n’est pas une bonne approche. Tapez dans Google « Quoi éviter pendant les Fêtes ? ». Vous ne tomberez QUE sur des articles portant sur « les excès alimentaires à éviter », les « aliments à éviter pendant les Fêtes », « des trucs pour éviter de manger trop de calories » ou encore « ne pas prendre de poids durant le temps des Fêtes »… Vraiment ? Comment peut-on ne pas stresser avec les commentaires reçus de nos proches qu’on ne voit pas souvent ? La société a un réel problème.  

Et voilà que la bienveillance revient : commencer à s’aimer et à aimer les autres, peu importe les habitudes alimentaires et le poids affiché sur la balance. Le temps des Fêtes est une période de réjouissances et de bons repas, de sourires et de magie. Profitez de ce temps pour chérir ceux que vous aimez, pour faire ce qui vous fait plaisir. Laissez les mauvaises énergies de côté ; votre corps et votre esprit vont vous remercier ! 


Crédit image @Destination Québec Cité

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.

Rédactrice en chef et directrice générale, auparavant cheffe de pupitre SPORT ET BIEN-ÊTRE pour le journal Le Collectif | Site web

Passionnée par tout ce qui touche les médias, pas surprenant que Sarah tripe autant sur ses cours du bac en communication, lorsqu'elle fait de la radio à CFAK et lorsqu'elle écrit des articles pour Le Collectif. Dans l'équipe du journal depuis mai 2021, elle est fière de mettre sa touche personnelle dans ce média de qualité de l'Université de Sherbrooke.

Le sport et le bien-être sont, selon elle, indispensables à la société. Elle s'efforce donc, avec sa curiosité légendaire, de dénicher les meilleurs sujets sportifs pour vous!

Depuis août 2022, Sarah n'est plus cheffe de pupitre puisqu'elle a été promue au poste de corédactrice en chef!