Lun. Fév 6th, 2023

On entend souvent dire que les Québécois ont les Canadiens de Montréal tatoué sur le cœur. Si l’on ne peut nier que le hockey est une religion ici, ce n’est rien comparativement au football chez les Américains. Durant la semaine de relâche, je suis allé faire un tour chez nos voisins du sud pour vivre l’effervescence d’un jour de match de la National Football League (NFL).

Par Hugues Marcil                                                                                                       

Beaucoup de Québécois qui veulent assister à un match de la NFL partent en direction de Boston pour y voir les Patriots de la Nouvelle-Angleterre. J’ai toutefois opté pour Buffalo, histoire de faire changement. Après tout, les Bills n’ont pas une mauvaise équipe et si tout se déroule comme prévu, ils seront de la course aux séries.

Sept heures de route et me voilà débarqué à Buffalo pour vivre ce qui sera j’espère mon meilleur voyage sportif. Après m’être enregistré à l’hôtel, une sortie pour visiter la ville s’impose. Soyons clairs, Buffalo ne regorge pas d’attraits touristiques comme Boston ou New York, mais on sent un véritable engouement pour le sport dans cette ville d’un peu plus de 250 000 habitants. Les rues sont remplies de petits bars aux couleurs des Sabres et des Bills. Comme les deux équipes sont en action cette fin de semaine là, les promotions abondent dans les restaurants et les bars pour inciter les gens à écouter les matchs entre amis.

Ce qu’il faut comprendre, c’est qu’une saison de football compte 16 matchs, dont 8 à domicile, et s’échelonne sur 4 mois. Comme les parties disputées à la maison sont rares, chacune d’entre elles devient une célébration lors de laquelle la ville devient complètement football. Chaque occasion est bonne pour parler des Bills ainsi que de leur adversaire de cette semaine-là, les Vikings du Minnesota.

Les médias ne ratent pas une occasion de couvrir l’équipe. En ouvrant la télévision de l’hôtel, je constate qu’une chaîne entière est consacrée à des nouvelles en continu à propos des Bills. Le Buffalo News rédige quant à lui un cahier spécial pour chaque matin de match. Dans celui-ci, on retrouve divers articles et analyses qui couvrent l’équipe sous toutes ses coutures.

Le dimanche au matin, je quitte l’hôtel en direction du Ralph Wilson Stadium qui se trouve à une quinzaine de minutes du centre-ville. Bien sûr, j’amène quelques bières avec moi pour profiter du tailgate qui, semble-t-il, vaut presque autant le détour que le match en soi.

C’est en tournant dans la rue qui mène au stade que je réalise le vrai sens de l’expression « vivre un match de la NFL ». Le chemin est bordé de maisons et leurs propriétaires agitent d’énormes pancartes qui invitent les automobilistes à stationner leur voiture sur leur terrain moyennant une somme d’argent. Environ un kilomètre plus loin se dresse le Ralph Wilson Stadium.

Comme moi, plusieurs automobilistes se garent chez ces sympathiques Américains qui nous laissent siroter une bière tranquillement tout en discutant football. Difficile de ne pas les envier : ils ont pratiquement les Bills de Buffalo dans leur cour arrière et vivent cette expérience chaque saison.

La rue est bondée et tout le monde converge en direction du stade. Chandails, casquettes, bracelets, souvenirs : on trouve tous les produits inimaginables aux couleurs des Bills à vendre.

Arrivé dans l’enceinte du Ralph Wilson Stadium et bien installé dans mon siège – à trois rangées de la zone de touché – j’assiste à un spectacle imposant : 75 000 personnes, presque toutes habillées de bleu, hurlent leurs encouragements durant l’arrivée des joueurs sur le terrain. Les décibels sont à un maximum. Un match de hockey à Montréal, New York ou Toronto n’arriverait pas à la cheville des Bills pour l’ambiance. Même si Buffalo est une petite ville, le stade fait partie des 10 plus gros de la NFL et l’atmosphère y est unique.

Étrangement, plusieurs partisans des Vikings se trouvent dans ma section, certains ayant même fait le voyage. C’est dire la fidélité de ceux-ci qui ont fait plus de 14h de route pour soutenir les leurs à l’étranger.

Pour la petite histoire, j’ai eu droit à la totale : une victoire de 17-16 des Bills sur un botté de placement lors de la dernière seconde d’un match dans lequel personne ne s’est assis pour reprendre son souffle.

Alors, quel sport est le mieux pour l’ambiance? Même si je porte le hockey au plus profond de mon cœur, je me dois de choisir le football pour l’univers unique dans lequel se plongent les partisans qui vivent l’expérience NFL.

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.