Ven. Mai 17th, 2024

Par Anthony-Félix Giraud

Le monde contemporain est marqué par de nombreuses joutes géopolitiques. Parmi celles-ci, les relations diplomatiques entre Pékin et Washington figurent parmi les plus fascinantes à suivre. Bien que la dynamique sino-américaine arbore souvent une relation de compétition, le Président de la République populaire de Chine (RPC), Xi Jinping, a récemment rencontré Anthony Blinken, le chef de la diplomatie américaine.

Au cours de la dernière décennie, la relation entre Pékin et Washington a été marquée, entre autres, par la guerre tarifaire sino-américaine. Ce contexte a démontré que la relation économique qui existe entre ces deux États peut s’avérer beaucoup plus importante que l’on ne pourrait le croire, en raison de l’interconnectivité forte qui existe entre ces deux géants.

Mais si les visées diplomatiques de la Chine et des États-Unis divergent à plusieurs égards, force est d’admettre que leurs économies sont désormais interdépendantes. C’est ce que plusieurs experts désignent comme une relation « hot economics, cold politics ».

Une rencontre attendue

C’est dans ce contexte que Anthony Blinken et Xi Jinping se sont rencontrés le 19 juin dernier, afin de renouer les liens diplomatiques entre les deux États. Selon un communiqué du gouvernement chinois, Xi Jinping a souligné que « le monde a besoin d’une relation globalement stable entre la Chine et les États-Unis. La question est de savoir si les deux pays peuvent trouver le bon moyen de s’entendre pour l’avenir de l’humanité ».

La rencontre semble avoir porté fruit, car l’image négative qui était associée à Blinken en Chine s’est grandement améliorée dans les médias au lendemain de celle-ci. La presse chinoise a dévoué son attention au positif qui est ressorti de cette rencontre. Alors que le climat de sécurité internationale se dégrade en Europe, une amélioration des relations politiques et économiques entre la Chine et les États-Unis apaiserait les tensions à l’échelle mondiale.

Des tensions qui persistent malgré tout

Nonobstant ce développement positif, certains dossiers plus chauds n’ont pas connu d’amélioration. À ce sujet, la question de Taïwan inquiète couramment la communauté internationale. Le Parti communiste chinois (PCC) maintient sa politique basée sur le principe d’une seule Chine, qui dicte que Taïwan est une partie inaliénable de celle-ci.

La détention de citoyens américains en Chine est une autre problématique qui agit comme boulet au sein de la relation diplomatique sino-américaine. Parmi ceux-ci, Mark Swidan, un homme d’affaires texan de 48 ans, est derrière les barreaux en sol chinois depuis 2012. Blinken a ainsi saisi l’opportunité de discuter avec Xi Jinping de la situation des trois prisonniers américains injustement détenus en Chine. À la situation de Mark Swidan s’ajoute le cas de David Lin, un pasteur emprisonné en Chine depuis 2006, et celui de Kai Li, détenu en Chine depuis septembre 2012.

Si la rencontre s’est avérée prometteuse entre les deux politiciens, Joe Biden a malheureusement terni les résultats de cette réunion. En effet, seulement trois jours après l’échange, le président américain a qualifié son homologue chinois de dictateur. Blinken a, contre toute attente, appuyé les dires de Biden, en date du 25 juin.


Crédit image @Wikimédia

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.