Sam. Juin 15th, 2024

Par Carolanne Boileau

Seulement quelques heures après son ouverture, la boutique montréalaise de champignons magiques FunGuyz a dû fermer ses portes. Malgré une perquisition et quatre arrestations, le copropriétaire de la boutique, Hector Hernandez, ne baisse pas les bras et entend lutter pour la légalisation de cette substance.

Sans tenir compte des avertissements des autorités, la boutique FunGuyz de Montréal a ouvert ses portes le mardi 11 juillet dès 9 h. Avant la descente du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) vers 16 h, quelques personnes ont réussi à se procurer des produits. D’autres curieux ont plutôt manqué leur chance de visiter la première boutique du genre au Québec.

Un geste de protestation clair

Pour les entrepreneurs derrière FunGuyz, l’ouverture de cette boutique à Montréal est une forme de protestation contre la politique publique entourant les drogues hallucinogènes au Canada. Pour le moment, la production, la vente et la possession de champignons magiques sont illégales au Canada. Pourtant, de nombreuses boutiques ont fait leur apparition à travers le pays. Celles-ci sont même tolérées dans certaines provinces comme l’Ontario et la Colombie-Britannique.

Pour Hector Hernandez, il est clair que la légalisation de la psilocybine, ingrédient actif des champignons hallucinogènes, se produira un jour. En entrevue avec le journal Le Devoir, l’homme a expliqué : « nous voulons que ce soit légal. Nous poursuivrons une contestation constitutionnelle ». Leur manière de faire semble s’inspirer de l’industrie du cannabis qui tentait de vendre ses produits à des fins thérapeutiques avec la légalisation en 2018.

Depuis environ un an, la consommation à des fins thérapeutiques est permise par l’entremise d’un programme de Santé Canada. Jusqu’à maintenant, seulement quelques personnes ont reçu cette thérapie, mais le débat sur la décriminalisation des champignons hallucinogènes pourrait bien être lancé.

En route vers la légalisation?

Mardi dernier, en après-midi, le copropriétaire de la boutique FunGuyz a finalement décidé de rouvrir les portes du commerce. Cette fois, les images colorées sur la devanture ont été retirées et remplacées par des rideaux noirs pour empêcher les regards indiscrets. La réouverture laisse croire que l’entreprise FunGuyz continuera de lutter pour une légalisation de la psilocybine.

L’ouverture de cette boutique a certainement réussi à faire parler. Du côté de la politique municipale, le cabinet de la mairesse de la Ville de Montréal, Valérie Plante, n’a pas commenté l’ouverture du commerce. Ce n’est toutefois pas un secret, l’administration Plante « se positionne ouvertement pour la décriminalisation de la possession de cette substance psychédélique, tout en précisant comprendre que la police a la responsabilité de faire appliquer la loi », selon Le Devoir.

Du côté des universitaires, le professeur à l’École de psychoéducation de l’Université de Montréal Jean-Sébastien Fallu croit qu’on se dirige lentement vers une légalisation des champignons magiques selon un reportage de Rad. En effet, il semblerait qu’il existe des bienfaits liés à la consommation de champignons magiques. De bons arguments pour les boutiques qui seraient tentées de s’établir à Montréal.


Crédit image @Pixabay

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.