Mar. Fév 7th, 2023

Par Mathieu Gosselin 

Le bon vieux Noël, faisant fi du consumérisme moderne, semble être révolu depuis belle lurette déjà̀. Était un temps où les cadeaux étaient constitués de produits bien plus modestes que les infinies boîtes de formation de charpentier amateur provenant de Scandinavie.  

Les fameuses oranges de Floride reçues dans les bas de Noël de nos grands-parents feraient pâlir les accros actuels des rabais du Boxing Day. Ces souvenirs nous parlent d’une époque où̀ le matériel n’était pas aussi présent dans l’esprit de Noël de la classe moyenne et ouvrière qu’aujourd’hui.  

À l’approche du temps des Fêtes, se poser de bonnes questions sur la commercialisation de Noël pourrait nous permettre de choisir les valeurs que nous voulons véhiculer. 

Le prestige du fruit exotique  

On aurait pu s’attendre en réalité́ à ce que l’orange ait comme pour message de transmettre l’humilité́ aux jeunes enfants le soir d’une fête traditionnelle reposant essentiellement sur les valeurs du partage et de la reconnaissance d’autrui.  

En réalité́, l’orange du bas de Noël de mamie n’était rien de moins qu’un objet associé au désir des familles de la classe ouvrière d’aller chercher du luxe là où ils le pouvaient ! À l’époque où le transport des ressources à l’international pouvait s’avérer difficile, c’était parfois l’un des uniques luxes que les familles peu nanties pouvaient se procurer !  

Cette leçon d’histoire peut nous donner un bon indice de cette tendance à toujours chercher le plus beau cadeau pour Noël !  

La valeur du luxe à Noël  

Cette quête du luxe ne vient évidemment pas de nulle part. Il serait même, sans porter d’insultes, relativement ignorant de ne pas connaitre un tant soit peu les sources de la quête du luxe chez les groupes de personnes faisant partie de la classe des travailleurs.  

Avec l’avènement des nouvelles industries, de la radio, puis de la télévision, nous avons pu voir comment l’élite de la société́ fêtait Noël. Et comme l’humain est tel qu’il est, surtout s’il est dans une classe sociale largement sous le mode de vie des plus riches, il va généralement désirer se conformer afin de véhiculer un statut social positif pour les Fêtes à travers ce qu’il va offrir à ses proches pour Noël.  

Il est tout à fait normal de chercher du luxe pour le partager avec ceux qu’on aime pour une fête aussi spéciale. Or, il est facile de constater qu’aujourd’hui, le luxe semble devenu indispensable pour que Noël puisse être réussi, et ceux qui paient le prix sont, ironiquement, les producteurs de la classe ouvrière qui doivent travailler plus fort pour que les produits puissent être vendus à temps.  

Noël est une fête spéciale qui est un fondement de la culture occidentale dans son ensemble pour les valeurs de partage, d’amour et de chaleur humaine qu’elle transmet. Elle est également désormais un fondement pour d’autres raisons modernes, surtout économiques. Mais c’est aussi, et désormais surtout, une Fête qui miroite notre classe sociale.  

Laissez vos valeurs les plus fondamentales guider vos actions et vos choix de consommation pour cette fête, qui est censée présenter ce qu’il y a de plus beau dans l’humanité́.  


Crédit image @Pixabay

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.