Mer. Mai 29th, 2024

2013.11.13 036

Le budget Leitao, adopté la semaine dernière par le gouvernement libéral, aura des répercussions sur l’Université de Sherbrooke. Son budget pour l’année 2014-2015 devra composer des coupures représentant « un manque à gagner supplémentaire minimal de 15.1 M$ ».

Nora T. Lamontagne

Rendu public le 30 avril, le budget 2014-2015 de l’Université de Sherbrooke détaillait déjà des compressions de 23 millions de dollars. Mais le budget Leitao «modifie de manière importante les conditions qui prévalaient lors de la préparation [de ce] budget», indique Luce Samoisette, rectrice de l’Université de Sherbrooke, dans une note interne. Avec les compressions anticipées, l’Université se retrouverait avec un manque à gagner de 15,1 M$.

Quatre éléments viennent changer la donne.

  • La hausse du budget du ministère de l’Éducation est de 2,2%, et cet investissement était déjà prévu dans les états financiers des années antérieures.
  • Le gouvernement libéral impose de nouvelles compressions aux universités. On estime que, pour sa part, l’UdeS devra couper entre 1 M$ et 2,7 M$.
  • Les universités ne sont plus autorisées à faire des déficits. Le budget 2014-2015 prévoyait déjà un manque à gagner anticipé de 2,4 M$.
  • Un projet de loi prévu pour l’automne amputera l’Université de 3 % de son budget de fonctionnement et de 2 % de sa masse salariale. Le rectorat n’a pas plus de détails à ce sujet.

Si la rectrice tentera de trouver « des mesures d’assouplissement des nouvelles contraintes qui nous sont imposées », il est très clair que l’Université de Sherbrooke n’échappera pas à cette nouvelle ronde de compressions au nom de l’austérité. « Toutes les institutions, tous les ministères sont soumis aux mêmes compressions. Il est donc clair qu’un défi colossal nous attend et que nous aurons à faire des choix difficiles. »

De leur côté, la FEUS et le REMDUS s’inquiètent des impacts que ces énièmes coupures auront sur les étudiants. Selon eux, l’enseignement et la formation devraient être au cœur des préoccupations à la base des choix budgétaires.Ils souhaitent être « des acteurs impliqués» pour éviter que les étudiants «ne fassent pas encore une fois les frais des décisions qui sont prises sans eux à Québec».

Rappelons que la masse salariale représente 73,9 % des dépenses de l’Université pour l’année 2014-2015.

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *