Ven. Fév 3rd, 2023

Par Carolanne Boileau

La ville de Sherbrooke est souvent décrite comme une ville où il fait bon vivre et surtout, comme une ville accueillante pour les jeunes familles. C’est d’autant plus vrai maintenant, alors que la compagnie de danse Sursaut a mis sur pied un festival s’adressant directement aux enfants et aux familles.

Le talent d’ici impressionne à l’international

FUDGE, le Festival universel de danse géniale pour enfants, est le petit dernier de la compagnie sherbrookoise qui rayonne depuis longtemps à l’étranger. En effet, Sursaut a été fondée en 1985 et ne cesse d’innover dans le domaine de la danse contemporaine depuis. En plus de produire, créer et diffuser des spectacles de danse, Sursaut vient de faire un pas de géant avec FUDGE.

La première édition du festival vient tout juste de se terminer, mais le projet était sur la table depuis plus de 25 ans. Madame Francine Châteauvert, chorégraphe et directrice artistique de la compagnie depuis 1987, avait déjà réfléchi au projet depuis longtemps. Celle-ci aura finalement réussi à concrétiser la chose; FUDGE se trouve à être le premier festival du genre en Amérique du Nord. 

En entrevue avec Morgane Le Tiec, directrice artistique de la compagnie Sursaut, Le Collectif a pu en apprendre plus sur l’envers du décor. Selon elle, le festival FUDGE représente en quelque sorte la concrétisation de la carrière de sa collègue, Mme Châteauvert. Pour elle, il est clair que Francine Châteauvert travaille avec et pour les enfants. C’était important pour elle de pouvoir leur rendre hommage.

Nommée directrice artistique depuis janvier dernier, Morgane Le Tiec s’est jointe à Sursaut avec un portfolio déjà bien garni. Originaire de France, Mme Le Tiec œuvre dans le domaine de la danse depuis plus de 15 ans. Celle-ci a performé au sein des Ballets Jazz de Montréal, au Cirque du Soleil et bien plus. Arrivée à Montréal il y a environ 10 ans pour la danse, la directrice artistique mentionne qu’elle a fait presque toute sa carrière ici. « J’ai travaillé avec Édouard Lock aussi, en fait j’ai débuté avec celui-ci à l’âge de 21 ans ». On peut donc dire sans se tromper que Mme Le Tiec est un bel ajout à l’équipe de Sursaut.

Pour le moment, la directrice artistique s’implique au sein de FUDGE à titre d’interprète et de chorégraphe puisque le festival a été mis sur pied il y a deux ans. Par la suite, ses fonctions à titre de directrice artistique l’occuperont vraisemblablement. Les chanceux qui ont assisté au festival ont pu la voir performer dans les spectacles Let the Games Begin et Mellemrum.

Pas de recette magique

FUDGE, c’est une « chasse au trésor de performance pour les enfants » estime Morgane Le Tiec. Cependant, comment gérer un public composé de plus jeunes, mais également de moins jeunes puisque le festival s’adresse aux familles ? « Il n’existe pas de recette miracle, comme dans tout, des spectacles vont plaire à certains et pas à d’autres », répond Mme Le Tiec. Selon elle, lorsqu’on a une vision et qu’on veut la partager, on réussit à le faire.

Au sein de la compagnie Sursaut, peu importe le public cible, on garde la même démarche et la même minutie. Ce qu’on va adapter, c’est seulement le choix des images, la longueur des spectacles ou bien la scénographie. Pour la compagnie sherbrookoise, l’important c’est de partager ce qu’ils imaginent comme univers. « On monte un spectacle pour enfant comme on monte un spectacle pour adulte, on garde le même professionnalisme, car on se doit de leur donner le meilleur », affirme Mme Le Tiec.

Le principe fondamental qui dirige le travail de Sursaut est le suivant : respecter l’intelligence des enfants. « On veut ouvrir la danse non seulement aux enfants, mais également aux familles. L’enfant est capable de s’émerveiller et de comprendre », dit Morgane Le Tiec.

Créer pour des enfants permet beaucoup de choses et, surtout, ne limite pas les projets de Sursaut. La directrice artistique explique : « il y a plusieurs palettes qu’on peut explorer; on peut explorer la poésie, les émotions, etc. » C’est donc dire que c’est un réel terrain de jeu pour la création.

Revenir en enfance

Travailler au sein d’une compagnie de danse contemporaine qui se soucie autant des enfants permet à l’équipe de se laisser aller dans des idées ou des projets plus farfelus. Pour Morgane Le Tiec, les projets de Sursaut lui permettent une liberté de création quasi totale. Les scénarios sont multiples et peuvent englober plusieurs facettes. Celle-ci mentionne également que parfois, il suffit de s’imaginer l’époque où nous étions enfants et de se demander ce qu’on aimerait voir.

Les enfants sont également grandement impliqués dans le processus. Derrière le festival FUDGE, ce sont plusieurs jeunes qui ont pu mettre la main à la pâte. Que ce soit en salle ou à l’extérieur, les enfants sont mis de l’avant et au centre des performances. Certains ont même créé une chorégraphie qui sera présentée au Musée des beaux-arts de Sherbrooke.

Chose certaine, la compagnie Sursaut va continuer de travailler pour et avec les jeunes. Que ce soit dans les spectacles, des ateliers dans les établissements scolaires ou pour FUDGE, Sursaut restera près des jeunes.

D’autres projets se concrétisent déjà pour l’entreprise et pour Morgane Le Tiec. On peut s’attendre à un nouveau projet qui sera présenté à l’automne 2023 sous le thème de la mythologie grecque et sous la supervision de Mme Le Tiec. Pour plus de détails, restez à l’affût.


Crédit image @Fudge

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.

Carolanne Boileau
Corédactrice en chef, auparavant cheffe de pupitre pour le journal Le Collectif

Jeune politologue et juriste en devenir, Carolanne est étudiante de troisième année à l'École de politique appliquée au cheminement en droit. Amoureuse de la culture et des gens, elle adore découvrir ce qui l'entoure.

En plus de son implication au journal Le Collectif, Carolanne siège sur la commission politique d'un certain parti provincial, participe au Parlement Étudiant Québec et s'implique dans sa faculté.

Carolanne a été cheffe de pupitre de la section CULTURE de janvier 2022 à août 2022. Elle a ensuite migré vers la section SOCIÉTÉ, qui correspondait à merveille à ses intérêts et à ses compétences. Depuis l'hiver 2023, elle occupe désormais le poste de corédactrice en chef, une promotion bien méritée!