Jeu. Avr 11th, 2024

Par Sylvain Descours 

Parmi la quantité impressionnante de publications pour la rentrée littéraire 2022, voici, en quelques lignes, une sélection tout à fait subjective et enthousiaste. 

Un futur classique de la littérature québécoise ? Les marins ne savent pas nager, de Dominique Scali (Éditions La Peuplade) est un roman d’aventures ambitieux, un faux roman historique, mettant en scène une île perdue, balayée par la pluie et les vents. S’y opposent les habitants de la Cité et les autres, les « riverains », les laissés-pour-compte à la merci des grandes marées. Parmi eux, notre héroïne : Danaé Poussin, la seule sur l’île d’Ys à savoir nager… 

Un roman à la langue riche et inventive, où l’on ressent l’omniprésence d’une nature rude, dans laquelle évoluent des personnages attachants. 

Un essai polémique 

Panique à l’Université, de Francis Dupuis-Déri (Lux Éditeur). 

Spécialiste des mouvements sociaux, l’auteur démystifie les polémiques que l’on a vues naître sur les campus dans les dernières années et qui ont été relayées, amplifiées par les médias et la classe politique. Il s’agit là de déconstruire une propagande réactionnaire et populiste. 

Le roman jeunesse… pour adultes 

Missié, de Christophe Léon (illustrations de Baroux, Éditions D’eux).  

Tennessee Martin Julius Crow Jr. mène une vie rude. Fils de « Négro », le héros nous raconte sa courte enfance dans ce pays où la couleur de la peau détermine la destinée des gens. 

Le roman est inspiré de l’histoire vraie du plus jeune noir américain condamné à mort après avoir été accusé à tort du meurtre de deux jeunes blanches. (À partir de 12 ans.) 

Retour sur l’été; une lecture qui m’habite encore 

Les pénitences, d’Alex Viens (Le Cheval d’août éditeur). 

Après un silence de 10 ans, Jules rend visite à son père Denis, un vieux punk imprévisible… Cette rencontre qui ne devait durer que quelques minutes se prolonge rapidement en un huis clos qui vire au cauchemar. 

Une écriture moderne, une histoire prenante de la première à la dernière ligne : un premier roman extrêmement touchant, addictif et troublant ! 

La dernière nouveauté 

Cher connard, de Virginie Despentes (paru le 19 septembre aux Éditions Grasset).  

Il s’agit d’une correspondance entre Rebecca, une actrice quinquagénaire séduisante, Oscar, un écrivain trentenaire victime du syndrome de la page blanche, et Zoé, une jeune féministe accro aux réseaux sociaux. Un roman social et contemporain dans les sujets abordés : MeToo, l’art, les dépendances aux drogues, l’omniprésence des médias sociaux. L’intérêt du propos réside aussi dans l’évolution des personnages au fil des pages : dans un premier temps campés dans leurs positions, ils s’ouvrent progressivement à l’autre… 

Un des romans attendus de l’automne ! 

Un détail : Dominique Scali et Francis Dupuis-Déri seront en signature à la librairie Appalaches. Surveillez la page Facebook pour plus d’informations. Bonne lecture ! 


Crédit image @Facebook Librairie Appalaches

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.