Mar. Fév 27th, 2024

Par Ema Holgado  

La sortie, le 24 novembre dernier, du nouveau film du réalisateur à succès Ridley Scott, Napoléon, fait beaucoup parler. Entre les cinéphiles qui trouvent le film de piètre qualité, les férus d’histoire qui critiquent son manque de véracité et ceux qui contestent la position de héros donné à un tyran aux idées contestables, la critique de Napoléon n’est pas bonne.  

Si la prestation de Joaquin Phoenix en tant que Napoléon est contestée, le jeu d’acteur de Vanessa Kirby qui interprète la belle Joséphine est, lui, acclamé par la critique. Qui était donc cette femme qui a su conquérir le cœur du grand empereur?  

Un passé lié à l’esclavagisme  

Joséphine, de son vrai nom Marie-Joseph Rose de Tascher de la Pagerie, est née en 1763 en Martinique. Elle est la fille d’une famille de la noblesse française qui possède une plantation de sucre qui comptait, à la mort de sa mère, entre 115 et 123 personnes esclaves. Il est impossible de savoir avec certitude aujourd’hui comment étaient traitées les personnes esclaves sur la plantation familiale, mais ces derniers représentaient plus de la moitié de la valeur de la fortune de la famille.  

À l’époque, lorsqu’éclate la Révolution et que l’esclavagisme est aboli, la Martinique est sous emprise britannique et donc, à la grande joie de ses propriétaires de plantations, est exemptée cette abolition. L’île redeviendra française en 1802 lorsque Bonaparte rétablit la légalité de l’esclavagisme. Selon certains historiens, il serait possible que Joséphine ne soit pas innocente au rétablissement de l’esclavagisme par Napoléon et qu’elle ait pu user de son influence sur lui ou sur le premier consul dans la conduite des affaires de Saint-Domingue en raison des intérêts de ses enfants et des siens dans la région.  

Future impératrice  

À 10 ans, Marie-Joseph Rose est envoyée à Port-au-Prince dans un couvent pour y parfaire son éducation. Elle sera mariée en métropole, à l’âge de 16 ans, au vicomte Alexandre de Beauharnais, lui aussi né en Martinique. Le couple aura deux enfants, mais les infidélités de son mari pousseront Marie-Joseph à demander le divorce. Quand éclate la Révolution française, en 1789, son mari est alors Président de l’Assemblée nationale constituante. Ils seront tous deux emprisonnés en 1794 et son mari est guillotiné.  

Elle échappe à la mort en raison de la chute du révolutionnaire Robespierre. Alors qu’elle batifole avec Paul Barras, elle rencontre un de ses amis intimes, le général en chef de l’armée de l’intérieur : Napoléon Bonaparte. Le coup de foudre est immédiat et c’est lui qui la renomme amoureusement Joséphine. Le couple se marie contre l’avis de la famille Bonaparte et, quelques jours plus tard, Napoléon gagne Nice pour un combat et demande à sa femme de le rejoindre. Entre-temps, Joséphine se rapproche du jeune lieutenant Hippolyte Charles avec qui elle entretiendra une liaison sous le nez de Napoléon, trop amoureux de Joséphine pour accepter de voir la tromperie. Malgré cela, Joséphine accompagne son époux dans ses glorieuses victoires. En 1804, Napoléon est sacré empereur et Joséphine, impératrice. Malheureusement, Napoléon blâme Joséphine de ne pas pouvoir lui donner d’enfant. Malgré son amour, il divorce pour raison d’État et épouse Marie-Louise d’Autriche. Joséphine gardera son titre et terminera sa vie dans une maison de campagne.  


Crédits: Andrea Appiani

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.