Mar. Mar 5th, 2024
library

Le Manifeste de Venus, Florence Carrière 

Par Alexia Gagnon-Tremblay 

Pour ma recommandation de la semaine, j’ai choisi de vous présenter une de mes toutes nouvelles découvertes, Le Manifeste de Vénus par Florence Carrier.  

Cette histoire suit une jeune femme dans la mi-vingtaine, Vénus, qui découvre à nouveau le monde qui l’entoure à la suite d’une période de plus grande noirceur. L’autrice y présente l’éventail d’émotions qui habitent le personnage principal à l’aide d’un langage poétique et très évocateur. 

Cette œuvre, parue en 2023, vous rendra sensible à la réalité que vit Vénus, réalité dans laquelle se côtoient ses perceptions du monde et d’elle-même. Pour ces raisons, je vous recommande d’explorer l’univers de Vénus et de découvrir la plume de Florence Carrier. Je sais que, pour ma part, j’attendrai ses prochaines œuvres avec impatience.  

Maid, Stéphanie Land 

Par Ema Holgado 

Maid est l’histoire de l’autrice, Stéphanie Land. Alors qu’elle vit dans la pauvreté avec son compagnon, Stéphanie tombe enceinte. Prise dans cette relation de plus en plus violente avec un partenaire alcoolique, elle n’a pas d’autre choix que de fuir avec sa fille.  

Alors qu’elle n’a rien, elle commence à faire des ménages chez des gens. Alors qu’elle époussette, lave et aspire, la narratrice raconte la vie de ceux qu’elle voit à travers le rangement de leur maison. Maid nous plonge aussi au cœur d’une Amérique dans l’extrême pauvreté où des mères monoparentales cherchent à tout prix à s’en sortir pour donner un autre avenir à leurs enfants. Tout au long du roman, le lecteur navigue entre les maisons de la classe moyenne haute aux caractères bien différents et les tentatives pour s’en sortir de cette femme de ménage. Si l’on voit peu à peu la narratrice s’en sortir par l’écriture et reprendre ses études, ce livre nous rappelle que ce n’est, malheureusement, pas le cas de toutes les mères.  

Maid est un livre à lire absolument pour comprendre la société. Vous pouvez aussi le retrouver sous la forme d’une excellente minisérie du même nom sur Netflix mettant en scène Andie MacDowell et sa fille Margaret Qualley.  

1984, un classique qui mérite une relecture 

Par Kémuel Lavallée 

Pour célébrer les 75 ans de la parution du livre 1984 de George Orwell, je vous invite à revisiter cette œuvre intemporelle. Il s’agit d’une leçon importante sur les dérives du totalitarisme pour les jeunes générations qui n’ont jamais été aussi éloignées de la réalité du communisme.  

À travers les 512 pages, Orwell réussit brillamment à créer une atmosphère anxiogène, où Winston Smith doit naviguer à travers la surveillance, la propagande et la suppression de la pensée critique. Dans cette société dystopique instaurée par le dictateur Big Brother, même le lecteur se sent observé et impuissant. 

Je recommande ce livre, car il continue de résonner à ce jour. Les systèmes démocratiques ont permis d’avoir des droits et libertés, et ce, à un sommet inégalé à travers l’histoire de l’humanité. Ce sont des structures fragiles qui ne sont pas immunisées aux désirs totalitaires d’acteurs puissants. Pourtant, nous laissons ces systèmes mourir peu à peu. Si 1984 se présente comme un roman fictif, il sert de réflexion pour bien des sphères de notre société actuelle. La vision futuriste d’Orwell, ainsi que son style narratif servent de rappel puissant de l’importance de préserver nos droits et libertés.   

Chroniques du Pays des Mères 

Par Sarah Baril-Bergeron 

Au début de mon parcours universitaire, j’ai eu la chance de commencer la lecture des Chroniques du Pays des Mères d’Élisabeth Vonarburg. D’abord publié en 1992, puis révisé en 1999, il s’agit d’une œuvre de science-fiction dont l’intrigue se déroule dans le futur. Dans plusieurs centaines d’années!  

L’œuvre flirte avec la dystopie dans un sens où un évènement a grandement diminué le taux de naissances masculines et l’on observe alors les solutions mises en place par cette société majoritairement féminine pour garder la population humaine en vie. Si je n’ai pas eu le temps de compléter ma lecture de cette brique, de plus de six cents pages, encore aujourd’hui, c’est tout de même une histoire qui m’habite depuis plusieurs années.  

Sa grande qualité littéraire et la richesse du monde créé par l’autrice en font une œuvre qui vaut la peine d’être lue. J’ai toute l’intention du monde d’en lire le reste aussitôt que mon emploi du temps me le permet!  

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.