Ven. Jan 27th, 2023

Par Yaomie Dupuis 

Le 21 septembre dernier, l’École de politique appliquée (EPA) a soufflé quinze bougies pour son anniversaire. Le Centre culturel de l’Université de Sherbrooke a accueilli en grand les personnes étudiantes et diplômées ainsi que tout le personnel actif et retraité afin de célébrer les quinze ans d’existence de ce département.   

Inaugurée en 2007, l’École de politique appliquée est devenue une institution de renom, primée pour sa pédagogie hors du commun. Chaque année, c’est au cœur de ce département de la Faculté des Lettres et sciences humaines (FLSH) que plus de 500 personnes étudiantes ont choisi de venir vivre l’expérience sherbrookoise. Que ce soit pour un certificat, un baccalauréat, une maitrise ou encore un doctorat, l’EPA promet à tout un chacun une aventure des plus concrètes. 

Retour sur les grandes phases de l’École de politique appliquée  

L’EPA, telle que nous la connaissons aujourd’hui, s’est développée en trois phases. Avant l’institutionnalisation de ce domaine d’étude à l’Université de Sherbrooke (UdeS), c’était le département d’histoire qui offrait le seul cours de politique.  

La première étape vers la création d’un réel département a été l’embauche de spécialistes. C’est en 1991, soit plus de 35 ans après la création de la FLSH, que l’UdeS engage le tout premier politologue de formation, le professeur Jean-Herman Guay. Quelques années plus tard, un second enseignant en politique se joint au corps professoral de la FLSH, le professeur Pierre Binette. Naît alors d’un intérêt commun la création du tout premier certificat, auparavant appelé une mineure, en études politiques. De 1996 à 2007, la FLSH abrite donc ce qu’on appelait le Département d’histoire de science politique (DHSP).  

La deuxième phase de développement est initiée par les premières réunions de tous les enseignants du DHSP, désigné comme « le secteur politique ». En 2001, le DHSP engage deux enseignants de plus, soit le professeur Sami Aoun et la professeure Isabelle Lacroix. Trois ans plus tard, on assiste enfin à la création du baccalauréat en études politiques appliquées. Entre 2004 et 2007, le nouveau programme gagne en expansion. Devant sa popularité grandissante, il devient inévitable de diviser le DHSP en deux ; c’est donc en 2007 que l’École de politique appliquée a vu le jour. La dernière phase, de 2007 à aujourd’hui, nous permet d’assister maintenant à l’épanouissement de ce département.  

De la théorie à l’appliqué: une pédagogie unique 

Depuis les 15 dernières années, l’EPA a su s’adapter aux réalités et besoins de notre monde contemporain. Les défis auxquels sont confrontés les acteurs nationaux et internationaux sont de plus en plus complexes et multiples. Additionner à cela le besoin d’être davantage efficace et perspicace dans la prise de décision, tout en demeurant sensible aux dynamiques d’interdépendance entre organisations, demande un savoir-faire de généraliste. Former des personnes aptes à comprendre les réalités du terrain à travers un prisme multidisciplinaire n’est donc plus seulement un atout, mais bien une nécessité.  

C’est ce qui motive l’EPA à miser avant tout sur une pédagogie qui répond aux besoins professionnels actuels. En développant plus de 11 programmes, soit trois certificats, un baccalauréat, deux maitrises, deux diplômes d’études supérieures spécialisées (DESS), deux microprogrammes de 2e cycle et un doctorat, le département s’assure de toujours être un pas devant les besoins de la profession.  

L’EPA promet une multitude d’activités pédagogiques axées sur l’apprentissage par simulation. C’est la parfaite juxtaposition entre les connaissances théoriques et l’application concrète. L’EPA a compris depuis longtemps qu’il n’est pas suffisant de connaître les écoles de pensées et les théories pour être réellement compétent sur le marché du travail ; il faut aussi que les personnes diplômées soient en mesure de faire preuve de polyvalence, de proactivité, mais surtout, qu’elles aient eu la chance d’apprendre par l’essai-erreur. Ainsi, il est nécessaire de développer les compétences du savoir-faire et du savoir-être à travers des mises en situation qui relèvent du monde réel.  

C’est à travers les cycles de conférences, les stages, les expériences de coopération internationale, les cours de gestion de l’espace public et la possibilité de participer à des activités extrascolaires que tout ceci se concrétise. Plus encore, les personnes étudiantes ont la possibilité de vivre une expérience d’étude à l’étranger dans l’une des universités partenaires.  

Un engagement social par la recherche et la diffusion des connaissances  

Depuis sa création, l’EPA aura incontestablement permis à cette discipline de briller et d’évoluer. Son engagement pour la valorisation de la recherche scientifique et la publication se transpose à travers notamment les sites pédagogiques Perspective monde et Bilan du siècle. Ces deux pages internet opérées par l’EPA permettent aux personnes étudiantes de s’initier aux pratiques de rédaction et aux processus rigoureux de publication. De plus, le personnel enseignant est impliqué dans de nombreuses initiatives, telles que la Chaire de recherche UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents, la revue Le Climatoscope, l’Observatoire des politiques publiques de l’Université de Sherbrooke (OPPUS) ainsi que le Pôle de formation en coopération internationale (PFCI). Les personnes étudiantes sont donc amenées à évoluer dans un milieu diversifié, professionnalisant et avec des experts excellant dans leur domaine respectif.  

Un département en constante évolution 

Fidèle à elle-même, l’EPA travaille actuellement sur la création d’un programme de doctorat répondant à un besoin dans le milieu professionnel. L’objectif sera de former des spécialistes faisant le pont entre le gouvernement, la gouvernance et les organisations. Le Directeur de l’EPA, le Professeur Hugo Loiseau, espère que ce nouveau programme sera accessible d’ici 2025. Ce dernier mentionne également le désir de l’EPA d’approfondir son expertise dans le domaine de la coopération, le développement et la négociation internationale. Finalement, la création d’une structure de recherche sur la gestion des risques et des crises devrait voir le jour dans la prochaine année.  

Définitivement, l’EPA a su se tailler une place de choix parmi les institutions d’enseignement supérieur au Québec. De la part de tous ceux et celles ayant côtoyé de près ou de loin le département, toutes nos félicitations et longue vie à l’École de politique appliquée ! 


Crédit image @EPA

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.