Lun. Fév 26th, 2024

Par Megan Morin-Gendron 

Le Mois de l’histoire des Noirs souligne et rend hommage aux Canadiens et Canadiennes de cette communauté. Chaque année, c’est un moment où le pays célèbre et honore les nombreuses réalisations qui, au fil des ans, ont mené ce pays à une diversité, une inclusion et une différence. 

Étant dans la période des Jeux olympiques, c’est un moment idéal pour souligner les athlètes afro-canadiens qui ont marqué l’histoire d’Équipe Canada. Les deux premiers athlètes olympiques sont présentés dans cette édition. D’autres suivront à la prochaine parution du journal.  

John Army Howard 

C’est en participant aux Jeux de Stockholm en 1912 que John Army Howard est devenu le premier olympien noir du Canada. Bien que sa sélection dans l’équipe canadienne fût historique, elle a aussi été controversée avec une couverture raciste. Pour embellir le tout, on lui a refusé l’accès au même hôtel que les athlètes blancs avant le départ, à Montréal.  

Howard était un champion en sprint aux 100 m et 200 m, mais lors des Jeux de Stockholm, un mal de ventre l’a empêché de courir à sa pleine capacité. Il n’a pas pu se qualifier en finale dans les épreuves individuelles, dont le relais 4×100 m et le 4×400 m. Toutefois, un an après ses débuts olympiques, il s’est vu attribuer le titre de champion canadien aux 100 verges et 220 verges.  

Il s’est engagé avec le Corps expéditionnaire canadien lors de la Première Guerre mondiale et a remporté par la suite la médaille de bronze aux Jeux interalliés en 1919. Ses petits-enfants, Harry et Valerie Jerome, ont suivi son parcours en devenant, à leur tour, olympiens aux Jeux de Rome en 1960. 

Phil Edwards 

Né le 9 mars 1971 au Guyana, Phil Edwards a emménagé à New York avec sa famille et a étudié à l’Université de New York où il a commencé sa carrière en athlétisme. Il n’était malheureusement pas admissible pour participer aux sélections de l’équipe olympique des États-Unis, mais il a pu joindre, en 1927, le Hamilton Olympic Club, devenant un fier représentant du Canada. Il est récipiendaire de cinq médailles de bronze olympiques, d’où son surnom d’Homme de bronze. Cela lui a permis d’établir un record olympique canadien jusqu’en 2002. 

Il a notamment remporté trois médailles aux Jeux de Los Angeles en 1931; au 800 m individuel, au 1500 m et au relais 4×400 m. Il a alors réalisé sa plus grande performance à vie. Edwards a terminé son chapitre olympique à Berlin, en 1936, en ramenant sa cinquième médaille à la maison, pour le 800 m.  

Par ailleurs, en 1934, lors des Jeux de l’Empire britannique (Jeux du Commonwealth), il est devenu le premier homme noir à remporter une médaille. De plus, il a aussi remporté le trophée Lou Marsh, remis à l’athlète de l’année du Canada, en 1936. Après sa mort en 1971, le Trophée Phil Edwards a été inauguré et est, chaque année, remis à l’athlète canadien par excellence dans les épreuves de pistes. 


Crédit photo @ Olympiques.ca

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.