Mer. Juin 19th, 2024

Par Laurianne Veilleux 

Une nouveauté voit le jour ce printemps : le Festival du Jamais Lu Mobile s’étendra à l’extérieur des grandes villes pour aller à la rencontre de dramaturges régionaux. Basé en développement des arts dramatiques, le festival accompagne les créateurs d’ici pour mettre en scène des œuvres théâtrales. Il offre une tribune singulière pour les pièces des auteurs, tout en assurant un lien fort avec un public engagé. 

Mobilité du festival 

Depuis 2002, le Festival du Jamais Lu continue de se réinventer : Montréal, Paris, Québec et maintenant, interrégional. Un projet de mobilité nait en 2021, on désire créer des rencontres théâtrales littéraires aux quatre coins du Québec. Et ce, pour découvrir les auteurs d’ici. Le Festival du Jamais Lu Mobile éclot, on veut une présentation annuelle des œuvres québécoises, qui saura grandir au fils des années. En 2021, la première édition de cet événement a malheureusement pris une forme virtuelle. Pandémie oblige, le festival, qui devait se déplacer d’une région à l’autre, n’a pas eu lieu.  

À l’aube du printemps, le Festival du Jamais Lu Mobile confirme son départ en tournée. Le retour en présence annonce une occasion pour le Festival d’atteindre son objectif : créer une unicité entre les régions du Québec avec un partage d’œuvres artistiquement articulées, tout en créant un partenariat avec d’autres secteurs culturels pour mouvoir les pratiques et les bagages de cette région. Pour la première fois depuis plusieurs mois, les artistes présenteront enfin leurs œuvres devant un public stimulé par la prestance et le charisme des interprètes.   

Édition 2022 

Pour la deuxième édition, le Festival du Jamais Lu Mobile fait la tournée de quatre régions du Québec : Estrie, Abitibi-Témiscamingue, Saguenay-Lac-Saint-Jean et Gaspésie. Cet événement mettra en scène l’écriture de quatre autrices et auteurs québécois, qui représenteront l’effervescence de la francophonie, au sein de l’art de la dramaturge. Cette nouvelle incitative s’inscrit dans l’univers culturel pour faire circuler la voix, les pensées et les liens artistiques entre les territoires du Québec.  

D’abord approuvées par un comité artistique, les histoires présentées dans cette édition aborderont l’importance cruciale d’entretenir nos relations avec notre entourage, d’accepter un retour aux sources et d’accueillir le silence créé par l’absence des disparus. Un sujet particulièrement d’actualité avec cette pandémie dévastatrice pour les relations interpersonnelles.  

La première présentation se déroulera à Sherbrooke le 17 mars prochain. Lau, de Marie-Pier Audet, met en scène une femme en crise existentielle qui désire trouver un sens à l’amour, à la trentaine et au deuil de sa mère. Ce spectacle, interprété par Marie Bernier, sera l’un des premiers à retrouver la scène depuis la dernière fermeture des théâtres.  

Ayant déjà été reportée l’année dernière, l’équipe croise les doigts pour que le public soit marqué positivement par l’ambition de cette nouvelle autrice. On désire voir l’émotion traverser le public, l’attachement d’une région vibrer à travers des prestations et le retour d’un engouement pour les pièces de théâtre, qui feront vivre les plumes de la jeunesse artistique. 


Crédit image @ Festival du Jamais Lu Mobile

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.