Mar. Juin 18th, 2024

Par Anthony-Félix Giraud

Le plus récent sommet de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) s’est tenu les 11 et 12 juillet, à Vilnius, en Lituanie. Alors que le samedi 8 juillet marquait le 500e jour de l’invasion militaire russe, les relations diplomatiques des États en conflit sont essentielles plus que jamais dans ces temps difficiles. Depuis le déclenchement de la guerre, l’Ukraine libre s’est naturellement rapprochée de l’Union européenne (UE) et des forces de l’OTAN.

C’est dans ce contexte que le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a supporté publiquement l’adhésion prochaine de l’Ukraine à l’alliance, et s’est positionné pour l’accélération du processus. « Nous avons réaffirmé que l’Ukraine deviendrait membre de l’OTAN et avons convenu de supprimer l’exigence d’un ‟plan d’action” pour son adhésion », a-t-il exprimé lors du sommet. « La voie d’adhésion de l’Ukraine passera maintenant d’une voie en deux étapes à une voie en une seule étape », a-t-il ajouté, comme rapporté par La Presse.

Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, n’a cependant pas semblé apprécier cette annonce. « C’est sans précédent et absurde qu’un échéancier ne soit fixé ni pour l’invitation ni pour l’adhésion de l’Ukraine », a-t-il publié sur son compte Twitter. « Une formulation vague sur les ‟conditions” est même ajoutée pour inviter l’Ukraine. […] Il semble qu’il n’y ait aucune volonté réelle d’inviter l’Ukraine à l’OTAN ou d’en faire un membre de l’Alliance », a-t-il rajouté.

La Suède se joint au groupe

Bien que le dossier de l’Ukraine demeure houleux, l’OTAN continue de consolider ses forces dans les États à proximité de la frontière russe. Le président de la Turquie, Recep Tayyip Erdoğan, s’est finalement entendu avec les autres dirigeants des pays membres de l’alliance au sujet de l’adhésion de la Suède. En fin négociateur, le président turc a en échange demandé la relance des négociations d’adhésion de la Turquie à l’UE.

En 2023, le pays scandinave a investi 9,3 milliards dans son secteur militaire, cumulant 24 400 membres du personnel actifs et 32 900 troupes de réserve. À ces chiffres modestes s’ajoutent des ressources matérielles importantes, dont 210 véhicules aéroportés, 387 navires de guerre et un peu plus d’une centaine de chars d’assaut.

Et le bilan?

L’adhésion de la Suède à l’OTAN arrive quelque temps après l’adhésion de la Finlande à l’alliance, deux adhésions démontrant clairement l’inquiétude chez les pays scandinaves au lendemain de l’invasion russe. L’OTAN est fondée sur le principe de sécurité collective, qui dicte qu’une attaque sur un État membre doit être considérée comme une attaque sur l’ensemble de l’alliance. L’emplacement stratégique de la Suède et de la Finlande, jumelé à leurs ressources militaires, ajoute une couche importante à la stratégie de défense de l’Europe sous la bannière du traité.

C’est dans ce contexte que Jens Stoltenberg a fait une brève mise à jour du plan de défense : « Les Alliés ont également approuvé les plans de défense les plus complets depuis la fin de la guerre froide […] dans le cadre de nos nouveaux plans, l’OTAN vise à disposer de 300 000 soldats à haut niveau de préparation, y compris une puissance aérienne et navale substantielle ».


Crédit image @Facebook Володимир Зеленський

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.