Mar. Juil 16th, 2024

Par William Dumais-April  

Le 2 novembre dernier, Laura Watson, directrice du département de l’écologie de l’État de Washington, a pris la décision de poursuivre les démarches en vue de fusionner son marché du carbone avec ceux de la Californie et du Québec. Cette initiative vise à renforcer la capacité de Washington à réduire ses émissions de gaz à effet de serre et souligne l’importance qu’accorde l’État à la collaboration dans la lutte contre les changements climatiques. Cette décision permet d’entamer officiellement les discussions avec la Californie et le Québec, qui ont fusionné leur marché en 2014.  

La décision de Laura Watson était basée sur un rapport publié par Ecology le 12 octobre dernier, recommandant à Washington de lier son marché du carbone avec ceux de la Californie et du Québec. Selon ce rapport, la liaison permettrait de réduire les coûts des entreprises, en plus d’assurer une plus grande stabilité des prix. Cette décision reste préliminaire; rien ne garantit qu’elle sera officialisée. 

Comment fonctionne un marché du carbone? 

Un marché du carbone est un système où un plafond d’émission de gaz à effet de serre est imposé à l’industrie. Ce plafond est déterminé par des droits d’émission, qui peuvent être achetés ou vendus entre les entreprises. Les droits d’émission sont limités et diminuent avec le temps. Les entreprises sont alors contraintes à investir et/ou innover dans des technologies et des programmes pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre.   

Une décision tournée vers l’avenir 

La directrice du département de l’écologie de l’État de Washington souligne l’orientation prospective de cette démarche, inscrite dans une dynamique de collaboration régionale pour renforcer la lutte contre les changements climatiques. En créant des liens avec des juridictions également engagées dans cette lutte, Washington vise à étendre son influence, partager des expertises et optimiser les mécanismes de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Selon Laura Watson, cette décision reflète la vision à long terme de l’État de Washington en matière de décarbonisation, en accord avec ses objectifs de zéro émission d’ici 2050. 

Le début de plusieurs étapes 

Bien que cette décision représente un pas vers l’avant, celle-ci n’officialise pas la liaison d’un marché du carbone entre les trois États. Elle témoigne plutôt de la volonté de Washington à s’engager dans des discussions avec la Californie et le Québec, dont un marché commun est déjà en place depuis 2014. Plusieurs étapes seront néanmoins nécessaires avant d’arriver à un consensus. Washington doit d’abord s’assurer de l’intérêt de la Californie et du Québec. Si l’intérêt est là, les trois parties devront considérer des modifications législatives et réglementaires potentielles afin d’harmoniser le processus. Enfin, une évaluation des impacts environnementaux serait également nécessaire.  

Nombreuses sont les considérations, faisant en sorte que les négociations d’un plan pourraient prendre plusieurs mois, voire plusieurs années. Cette décision est donc loin de son objectif final, mais atteste de la volonté de l’État de Washington de s’engager et de collaborer avec d’autres juridictions dans la lutte contre les changements climatiques.  


Source: Flickr Bodiou Arnaud

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.