Mar. Mai 14th, 2024

Par Virginie Ouellet 

Matthew Bergeron, originaire de Victoriaville, portait, il y a de cela quelques mois, les couleurs des Filons du Cégep de Thetford. Tout récemment, il a terminé sa première saison au sein de la NFL, où il a évolué au sein des Falcons d’Atlanta. Malgré la grande scène, le joueur de ligne offensive demeure humble et embrasse son rôle de modèle pour la relève québécoise.  

Malgré son succès, alors qu’il a rapidement obtenu le titre de partant comme garde gauche, Bergeron reste les pieds sur terre. « C’est une chose d’arriver à un rôle de partant, mais c’en est une autre de le conserver. C’est difficile, mais je suis fier d’y être parvenu », souligne le Victoriavillois. Mentionnons que Bergeron a livré des performances remarquables tout au long de la saison, devenant même l’un des cinq joueurs les plus efficaces à sa position selon PFF, un site spécialisé de statistiques de la NFL.   

« Les choses se sont déroulées très rapidement. La saison de la NFL est très chargée. Je n’ai pas vraiment pris le temps de profiter du moment. Mais après la saison, en revenant chez moi et en voyant l’impact que cela avait sur les jeunes et les amateurs de football ici, j’ai réalisé que c’était quelque chose de très important », ajoute-t-il.  

Matthew Bergeron, dès son retour à la maison, a constaté qu’il était maintenant ambassadeur du rêve de plusieurs jeunes Québécois et que son succès était significatif aux yeux de la relève qui souhaite un jour jouer dans la grande ligue.  

« Cela m’a motivé à travailler, car je sens que plusieurs personnes me voient comme un modèle. En tant que joueur de football ou athlète professionnel, il y a plus de regards tournés vers vous, c’est évident. Il y a plusieurs façons de gérer cela, mais je l’ai accueilli positivement. C’est un soutien et une motivation. Ce n’est pas tout le monde au Québec qui atteint la NFL. Oui, il y aura des commentaires positifs et négatifs, mais il faut se concentrer sur le positif et travailler. » 

Un bon début, mais beaucoup de travail à faire 

Malgré les adversaires coriaces qu’il a dû affronter, il considère avoir performé et avoir tout donné pour son équipe. Le Québécois s’est notamment mesuré à Derek Brown, l’un des meilleurs plaqueurs défensifs de la ligue, exploit qu’il considère avoir été l’un de ses plus grands défis. « Je pense que Derek Brown est l’un des meilleurs que j’ai rencontrés, un joueur capable de créer de nombreux problèmes et qui est payé pour ça. J’ai été impressionné de devoir le bloquer. »  

« Amélioration » est le mot qui reste à l’esprit de Bergeron lorsqu’il se remémore sa première saison dans la NFL. « Les entraîneurs veulent voir une progression, savoir si vous êtes dévoué à votre travail et si vous voulez vous améliorer. Peu importe les résultats ou les statistiques, l’important est de progresser », explique le colosse.  


Source: Getty images

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.