Mar. Juin 18th, 2024

Par Béatrice Vigneault  

Le 19 mai dernier, les Canadiennes ont réalisé l’exploit tant attendu en battant les Néo-Zélandaises sur leur terrain. La victoire serrée de 22 à 19 leur a ainsi permis de remporter la finale de la Série Pacific Four, mettant en compétition le Canada, les États-Unis, la Nouvelle-Zélande ainsi que l’Australie. Ce résultat marque un tournant majeur pour l’équipe canadienne alors qu’elles sont finalement venues à bout des Black Ferns pour la toute première fois en 18 confrontations.  

Les championnes du monde en titre n’ont pas su briser la cohésion et la solidité des représentantes du Canada, pas même lors de leur célèbre haka en début de rencontre. La troupe de Kevin Rouet a su garder son calme et résister à la pression et aux multiples assauts des Néo-Zélandaises.   

Performances remarquables 

Une victoire historique permet sans doute des performances individuelles toutes aussi remarquables. L’ailière Fancy Bermudez a brillé avec deux essais cruciaux. L’autre essai canadien de la partie est l’exploit de McKinley Hunt. La Québécoise Alexandra Tessier avait également réussi à aplatir le ballon entre les poteaux, mais l’essai a été annulé en raison d’une obstruction plus tôt dans le jeu. La capitaine de la formation québécoise, Sophie de Goede, a également brillé, inscrivant sept points au tableau grâce à la précision de son pied qui lui a permis de cimenter l’avance de son équipe.  

La capitaine est fière de ce qu’elles ont su accomplir lors de cette journée victorieuse : « On a cogné à la porte tellement souvent et, enfin, elle s’ouvre. C’est la confirmation de notre travail et de nos ambitions. » L’équipe a été en mesure de mettre derrière elle les défaites passées face au Black Ferns et de se concentrer sur le match devant elles pour atteindre ce moment de gloire tant attendu.  

Les statistiques du match témoignent de la détermination canadienne. Elles ont réussi 103 plaqués contre seulement 46 pour les Black Ferns, montrant une défense de fer, particulièrement imperméable en deuxième mi-temps. 

Un moment émouvant a été la 68e sélection nationale de Tyson Beukeboom, battant ainsi le record de Gillian Florence. Pour l’occasion, ses parents lui ont remis son maillot avant la rencontre, un geste symbolique soulignant l’héritage familial de Beukeboom, fille de l’ancien hockeyeur Jeff Beukeboom. 

L’essor du rugby féminin canadien 

Cette victoire permet au Canada de dépasser la Nouvelle-Zélande au classement mondial, s’installant ainsi au deuxième rang derrière l’Angleterre. Ce bond au classement mondial reflète l’évolution et l’amélioration continue de l’équipe canadienne. Elles avaient débuté la Série Pacific Four au quatrième rang avant de devancer la France en battant les Australiennes plus tôt au mois de mai. 

Le parcours des Canadiennes dans ce tournoi a été remarquable, culminant avec cette victoire historique et permettant à la troupe de Kevin Rouet, détenant une fiche de 17-7-0 à la barre de l’équipe nationale, de se classer pour le WXV 1 qui se tiendra à la maison à l’automne prochain. 

Les performances impressionnantes de l’équipe en Nouvelle-Zélande leur ont donné un nouvel élan et une confiance accrue pour les compétitions à venir. Le rugby féminin canadien semble entrer dans une nouvelle ère de succès et de reconnaissance sur la scène mondiale. 


Source: Rugby Canada

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.