Jeu. Juin 20th, 2024

Par L’association LGBTQ+ de l’Université de Sherbrooke

L’association LGBTQ+ de l’Université de Sherbrooke (UdeS) a été invitée par la ville de Sherbrooke afin de la représenter, lors de la marche de la fierté à Montpellier, en France, se déroulant les 16 et 17 juin derniers. Deux membres du comité ont été sélectionnées, Zoé et Éloise, afin d’aller réseauter auprès d’autres personnes représentantes, activistes et militantes LGBTQ+ internationales.

Elles ont pu échanger avec des représentants et des représentantes de Manchester, de Kiev, de Rainbow Cities, de Paris ainsi que de Heidelberg, sans oublier qu’elles allaient représenter la ville lors de la marche. Toujours accompagnées des militants et militantes internationaux dans un char allégorique, elles ont pris part à la parade montpelliéraine.

Une expérience outre-mer qui fait réfléchir

Bien qu’au Québec et au Canada les droits LGBTQ+ soient davantage protégés qu’à d’autres endroits dans le monde, la communauté continue d’être marginalisée et discriminée. La marche de la fierté est, bien que festive, une protestation afin de mettre en lumière les discriminations que vivent encore aujourd’hui les communautés gaies, lesbiennes, trans, non binaires, intersexes, etc. Participer à la pride de Montpellier a permis à Zoé et Éloïse d’élargir leurs horizons et de voir à quel point il reste du travail à faire pour un monde où chacun et chacune est respecté dans son identité. En France, comme dans le reste de l’Europe, il reste encore énormément de préjugés quant à la communauté LGBTQ+. Notons que le mariage pour tout le monde n’a été adopté qu’en mai 2013 et qu’il y a encore beaucoup d’agressions liées à l’orientation sexuelle et à l’identité de genre dans ce pays européen.

Un séjour bien rempli

Lors de la première journée, un débat a eu lieu avec les différentes personnes représentantes internationales s’étant déplacées pour l’évènement. En soirée, nous avions accès au site de la pride, où se trouvaient la communauté LGBTQ+ montpelliéraine et ses personnes alliées. Le samedi matin, tôt, il y avait une commémoration des victimes LGBTQ+ qui ont été assassinées lors de la Deuxième Guerre mondiale derrière l’Hôtel de Ville. Un discours touchant a été prononcé et une minute de silence a été organisée pour les victimes de la communauté. Pour l’heure du dîner, nous avions rendez-vous au musée afin d’y déguster un repas typiquement français.

Une fois le repas terminé et que les chandails et « goodies » de la ville de Montpellier eurent été distribués aux représentants et représentantes internationaux, le groupe s’est dirigé vers la scène où le maire de Montpellier a fait un discours chargé d’espoir et de militantisme. Lenny, un représentant de Pride Kiev et EuroPride, a également donné un discours puissant réunissant toutes les personnes présentes. Par la suite, le groupe est embarqué dans le char allégorique.

Au cours de ces deux journées, Éloïse et Zoé ont pu échanger avec les différentes personnes intervenantes queer de la ville du sud de la France. Elles sont allées chercher le plus de ressources possible bénéficiant à l’association LGBTQ+ de l’UdeS et ses membres. La communion qu’elles y ont vécue avec leurs communautés semble avoir été marquante et enrichissante pour les deux jeunes femmes.


Crédit image @Association LGBTQ+

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.