Mar. Juil 16th, 2024

Par Léa Béliveau  

C’est le 23 septembre dernier qu’a eu lieu la collation des grades de l’Université de Sherbrooke (UdeS), où plus de 3000 personnes diplômées ont pu assister aux deux cérémonies traditionnelles. C’est sous le soleil chaud de septembre que parents et amis étaient invités à partager ce moment avec les personnes diplômées.  

La collation des grades est l’évènement le plus couru de l’année, réunissant une foule impressionnante pour célébrer la réussite des personnes étudiantes. Cette journée se divise en deux parties majeures, débutant avec une cérémonie institutionnelle, marquée par un rituel d’investiture symbolique. Ensuite, les personnes diplômées se dirigent vers des cérémonies facultaires plus intimes, où ils reçoivent leur diplôme. Les festivités se clôturent par un cocktail, permettant aux personnes diplômées de partager des moments spéciaux avec ceux qui ont joué un rôle important dans leur parcours académique. 

Un peu d’histoire… 

Au XIIe siècle, en Europe, les premières universités ont émergé, marquant un tournant significatif dans l’histoire de l’éducation. Initialement soumises à l’autorité de la papauté, ces institutions médiévales ne suivaient pas de protocole strict pour la délivrance des diplômes. Cependant, en 1231, pour donner suite aux pressions des érudits, le pape accorda aux universités le pouvoir de règlementer l’obtention des diplômes, marquant ainsi l’avènement des premières cérémonies de collation des grades. L’expression « collation » dérivée du latin « collatio » signifiait littéralement « conférer un titre. » Lors de ces cérémonies, les étudiants recevaient non seulement leurs diplômes, mais aussi les insignes distinctifs de leur université, comme le bâton, le chapeau, et la toge, symbolisant leur nouveau statut social. 

Fondée en 1954, l’Université de Sherbrooke a délivré ses premiers diplômes en 1957, perpétuant ainsi la tradition de la collation des grades. Cette université maintient la cérémonie avec le port de la toge pour marquer la solennité de l’évènement et honorer une tradition vieille de plusieurs siècles. Cependant, depuis 2006, l’Université de Sherbrooke a décidé d’innover en réinventant complètement la collation des grades, tout en restant fidèle à ses racines historiques, offrant ainsi une expérience unique et mémorable aux diplômés. 

Le sentiment d’appartenance 

D’une part, il faut savoir que les couleurs emblématiques de notre université ont une signification précise. En effet, les personnes étudiantes, lors de la collation des grades, sont alors vêtues de vert et d’or. Tel que le site internet de l’Université le mentionne : « Le vert de la vie, le vert de tous les espoirs permis à cette nouvelle promotion de personnes diplômées. L’or du soleil, de l’épanouissement, de la richesse de cette belle jeunesse qui entamera sous peu un nouveau moment de vie. ».  

Vous l’avez peut-être déjà remarqué, mais dans le cadre de cette journée une rose des vents fait aussi son apparition comme emblème important. En effet, la rose des vents représente le rayonnement et la réussite des personnes étudiantes diplômées sur la scène internationale. Vous le savez probablement, mais l’UdeS possède de nombreux partenariats universitaires à travers le monde. 

Une journée spécialement conçue pour une communauté universitaire qui rayonne  

Si vous connaissez bien l’UdeS, vous savez que notre institution d’enseignement a à cœur l’innovation. En 2006, celle-ci s’est vue transformer sa cérémonie de remise de diplôme pour y donner un caractère plus près des valeurs de l’université. Elle a donc voulu garder son caractère médiéval tout en y accompagnant une touche de modernité. C’est donc en trois temps ; texte lyrique, chant et retournement de la cape que le rituel d’investiture se déroule.  

La collation des grades est aussi le moment de remercier et de distinguer des personnes importantes de l’UdeS. En effet, lors de la cérémonie institutionnelle, une remise de diplôme est aussi mise de l’avant pour les docteurs d’honneur. De plus, cette cérémonie offre des discours des doyens de chaque faculté afin de présenter chaque école.  

Lorsque vient le temps des cérémonies facultaires, les personnes diplômées doivent se rendre dans un immense chapiteau destiné à leur faculté. Programme par programme, une personne à la fois, les personnes étudiantes vont sur scène chercher ce diplôme tant attendu. Une photo est prise avec le diplôme en main afin d’immortaliser ce moment. Je me rappelle ce moment de fierté, les yeux humides, la gorge serrée où j’ai entendu mon nom. Ce moment sur scène est le fruit de nombreux effort et le début d’une nouvelle aventure.  

La journée de la collation des grades se termine ainsi par de nombreuses photos prises par les parents et amis des personnes distingués dans le magnifique décor du campus principal. Les personnes diplômées sont aussi invitées à prendre part au cocktail de fermeture afin de discuter avec les personnes marquantes de leurs parcours.  

Cette journée requiert énormément de préparation de la part de l’Université. Celle-ci s’assure jusqu’à la fin que notre passage à l’UdeS reste marquant. Je crois que nous sommes tous fiers d’être un jour investis des couleurs de l’Université de Sherbrooke et cela pour toujours.  


Source: UDES

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.

Cheffe de pupitre CAMPUS pour le journal Le Collectif | Site web

Naviguant entre la politique économique et le droit fiscal, Léa, candidate au Diplôme d’études supérieures spécialisées de 2e cycle en droit et politique appliqués de l’État (DPAE), affectionne la loi de l’impôt et les politiques fiscales.

Auxiliaire de recherche à la Chaire en fiscalité et finance publique (CFFP), Léa doit se tenir à l’affut des dernières nouvelles en ce qui concerne les enjeux fiscaux et les finances publiques, autant sur la scène nationale qu’internationale. Amoureuse de son campus et de ce que la vie étudiante à offrir, elle adore tenir la communauté étudiante au courant de ses dernières découvertes.

Cheffe de pupitre pour la section CAMPUS, Léa se donne pour mission d’informer les personnes étudiantes et de leur divulguer les dernières réussites académiques, les nouvelles découvertes scientifiques et les activités dont regorge le campus.