Mar. Fév 7th, 2023

Par Meg-Anne Lachance 

Les Jeux de la Science politique (JDSP) sont de retour pour une 12e édition. C’est du 28 au 30 avril, à McGill, que huit universités canadiennes se rencontreront et compétitionneront dans le cadre de cet événement interuniversitaire.  

Les Jeux de la Science politique sont une compétition interuniversitaire créée en 2010. Plusieurs universités s’y affrontent depuis dans le but de remporter la coupe, et ce, dans différentes épreuves, autant sociales et académiques que sportives. Cette année, les JDSP se tiendront sous la thématique du Sommet des droits humains en Extrême-Orient et Asie du Sud. L’Université de Sherbrooke, participant en tant que Corée du Sud, prendra part à ces jeux, affrontant ainsi l’Université de Québec à Montréal (Thaïlande), Concordia (Japon), McGill (Singapour), l’Université d’Ottawa (Malaisie), l’Université Laval (Inde), l’Université de Montréal (Philippines) et, pour une première fois, l’Université francophone d’Alberta (Indonésie).  

Les différentes épreuves 

Huit épreuves forment les JDSP. Sept d’entre elles sont classées académiques, et une sportive. Cette année, la compétition sportive touchera deux sports différents, soit le Futsal et le Handball. En ce qui concerne la catégorie académique, celle-ci est formée des sept épreuves suivantes :  

  • Débat: Deux personnes déléguées participeront à des débats préliminaires, qui leur permettront ou non de se classer pour les débats éliminatoires. Lors de cette épreuve, les débats suivront le format appelé « parlementaire canadien », une méthode assez répandue et utilisée au pays. 
  • Cas académiques: Trois personnes déléguées par université devront, préalablement aux Jeux, produire une étude de cas de 20 à 25 pages sur une situation annoncée par le comité organisateur. À la suite de leur travail, les personnes participantes devront faire une présentation orale appuyée par un PowerPoint devant un panel de juges. Durant la compétition, elles seront aussi appelées à faire une étude de cas courte, suivie d’une deuxième présentation orale.  
  • Journalisme politique: Avant les Jeux, deux personnes déléguées devront créer une capsule journalistique concernant les actions prises par leur pays face à l’enjeu général de la compétition. Elles devront, tout au long de la fin de semaine, assurer une couverture médiatique à l’aide des réseaux sociaux et d’articles journalistiques. Ce sont aussi les personnes responsables de questionner les gens de l’épreuve discours lors des périodes de questions.  
  • Discours: Cette épreuve est aussi composée de deux personnes déléguées, mais cette fois-ci, chacune détenant un rôle distinct, soit porte-parole ou attaché de presse. Le ou la porte-parole est responsable de faire les discours tout au long des Jeux. De son côté, l’attaché de presse est responsable des communiqués de presse liés au discours et est la personne responsable de répondre aux questions des juges, des journalistes ainsi que des autres attachés de presse.  
  • Négociation: Deux personnes déléguées participent à une simulation d’un sommet mondial en représentant les intérêts de leurs pays. Chaque université aura des mandats que son duo négociateur devra défendre tout au long de la fin de semaine. Avant les Jeux, tous devront aussi écrire une déclaration de position de leur État.  
  • Quiz: Trois personnes déléguées seront mises à l’épreuve lors d’une compétition de connaissances portant sur des sujets politiques, sociaux et historiques. De type « génie en herbes », cette épreuve allie connaissance, curiosité intellectuelle et rapidité.  
  • Gestion de crise: cette épreuve englobe les épreuves de cas académiques, de journalisme, de négociation et de discours. Lors des Jeux, un événement critique sera annoncé et chaque délégation aura une heure pour se positionner face à ce problème. Par la suite, un discours fait par chaque pays et une conférence de presse auront lieu. Les personnes négociatrices devront également faire des gains relatifs à leur position sur la crise. 

Le côté social des Jeux 

Les Jeux de la Science politique, c’est aussi synonyme de social. Avant et pendant la compétition, les délégations sont appelées à faire preuve de motivation, de leadership et d’esprit d’équipe. C’est pour cette raison que plusieurs activités sociales seront organisées au cours de l’événement. Des points basés sur l’aspect social de l’événement seront distribués en fonction d’une vidéo de présentation ainsi que pour la participation des délégations à des défis hebdomadaires en amont des JDSP. Les universités sont aussi encouragées à s’impliquer dans leur communauté avant même la tenue des Jeux.  

Les JDSP à la Sherbrookoise 

Afin d’aider la collectivité, la délégation sherbrookoise s’est engagée sous forme de bénévolat pour la fondation Rock-Guertin. Cet organisme créé en 1982 offre une aide alimentaire tout au long de l’année. Le 17 décembre prochain, l’équipe aidera la Fondation à monter les 2 400 paniers de Noël qui seront distribués à différentes personnes dans le besoin. Un petit coup de main qui permettra de faire une réelle différence.  

De plus, en partenariat avec l’École de politique appliquée, la Société d’Études politiques (SEP) et le Regroupement étudiant des cycles supérieurs en études politiques (RECSEP), la délégation a mis en place une campagne de don de plasma, qui s’est tenue du 21 novembre au 5 décembre. Le Québec est, malheureusement, en grand manque de plasma. En plus d’être généreuse, l’action de donner est donc d’une haute importance.  

Des titres à défendre 

Arrivée en 3e position au classement général et présente dans presque tous les tops 3 des épreuves, la délégation de la dernière édition a su mettre la barre haute pour cette année. C’est donc avec beaucoup d’ambition et d’ardeur que l’équipe de cette année arrivera aux Jeux, avec pour seul but de rapporter la coupe à la maison. « Force et ruse, soit on gagne, soit ils perdent », avec un tel slogan, on ne peut espérer rien d’autre que la victoire.  

Pour suivre la délégation et soutenir ses initiatives :  


Crédit image @Facebook JDSP

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.