Jeu. Juil 18th, 2024

Par Myriam Baulne 

Le Centre canadien sur les dépendances et l’usage de substances (CCDUS) publiait, mardi dernier, son rapport final de 2023 sur les repères canadiens sur l’alcool et la santé. Loin de faire l’unanimité dans la communauté médicale, les recommandations jugées extrêmement restrictives contredisent celles de la dernière étude publiée en novembre 2011. Le réconfortant verre de vin rouge périodique pour éloigner les problèmes de cœur: un mythe finalement démenti? 

Avec le retour des 5@8 sur le campus de l’Université de Sherbrooke sous condition de modération, voilà que le Centre canadien sur les dépendances et l’usage de substances (CCDUS) donne matière à réflexion aux ménages québécois. Selon l’organisation non gouvernementale, qui soumet ses recommandations à Santé Canada, la nouvelle recommandation serait maintenant d’éviter la consommation d’alcool de façon régulière, puisqu’une consommation d’un à deux verres standards par semaine comporte un indice de risque faible, mais existant, tandis qu’une consommation de 7 verres ou plus par semaine représente un risque de plus en plus élevé. 

Le CCDUS définit un verre standard comme 341 ml (12 oz) de bière, de cidre ou de prêt-à-boire, 142 ml (5 oz) de vin ou 43 ml (1,5 oz) de spiritueux. Rappelons que les directives émises par le centre en 2011 recommandaient une consommation maximale de 15 verres standards par semaine pour les hommes et de 10 verres pour les femmes. L’écart entre les recommandations émises à la suite des deux études choque. 

Un accueil mitigé 

Le groupe d’experts à l’origine de l’étude, coprésidé par la sociologue Catherine Paradis, rappelle que l’alcool n’est pas à prendre à la légère, puisqu’elle est la substance la plus consommée au Canada et demeure l’une des principales causes d’invalidité, de cancers, de maladies cardiovasculaires et de décès au pays. 

Quelques experts de l’Institut de cardiologie de Montréal ont signifié leur désaccord avec les nouvelles recommandations, jugées extrêmes. En entrevue à RDI, le cardiologue et directeur de la prévention Martin Juneau rappelle que la science, tout particulièrement du côté des maladies cardiovasculaires, démontre bien qu’une petite quantité de vin rouge protège contre l’infarctus du myocarde, et déplore que la littérature à ce sujet soit mise de côté. Un risque avec un seul verre d’alcool par semaine serait, selon lui, grandement exagéré. 

De son côté, l’Association pour la santé publique du Québec accueille les nouvelles directives du CCDUS sans résistance, puisqu’elles sont à l’image des recherches et recommandations publiées dans de nombreux autres pays et qu’elles s’accordent avec les actualités scientifiques des dernières années. 

Finalement, l’Institut de cardiologie de Montréal en appelle à la population québécoise de faire appel à son jugement et de prendre en compte les différents facteurs de risque inhérents à chacun et chacune. « Les Québécois en général banalisent pas mal la consommation d’alcool, en particulier les jeunes », met en garde le Dr Juneau. 

Le Collectif vous rappelle de faire preuve de vigilance et de modération lors des 5@8, pour votre sécurité et celle des autres, mais aussi pour le plaisir de tous et toutes ! 


Crédit image @Helena Lopez

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.

Directrice générale pour le Journal Le Collectif

Diplômée du baccalauréat en traduction professionnelle à l'Université de Sherbrooke depuis août 2021, Myriam travaille au journal depuis l'automne 2018. D'abord comme correctrice, elle a ensuite tenté sa main aux postes de cheffe de pupitre des sections campus (hiver et été 2020) et culture (automne 2020 et hiver 2021) avant d'obtenir le poste de directrice générale en avril 2021.

Amoureuse du journal et de son équipe, Myriam se fait un plaisir de pratiquer sa tâche de correctrice encore à ce jour et de mener Le Collectif et ses journalistes plus loin, session après session.