Sam. Fév 24th, 2024

Par Lili-Jeanne Pothel 

C’est le jeudi 18 janvier qu’a eu lieu le spectacle de la rentrée d’hiver de l’Université de Sherbrooke organisé par la FEUS.  

Dès l’ouverture des portes à 19 h, plusieurs étudiants étaient déjà présents afin d’avoir les meilleures places. Après tout, quoi de mieux pour terminer le 5 à 8 qu’un bon spectacle d’humour? 

Un début rythmique 

La soirée a débuté par un groupe de jeunes étudiants bien talentueux qui nous ont éblouis par leur présence sur scène. Avec sa voix à la Charlotte Cardin, Sandrine, l’interprète principale du groupe, nous a impressionnés avec ses propres compositions musicales. Sand and the Sailors a su nous faire naviguer par leurs reprises qui ont animé la foule, notamment la chanson Chaussée de Les Louanges, qui a démontré la polyvalence du groupe quant à son style musical.  

Une suite bien unique 

La foule étant bien réchauffée, Sand and the Sailors a laissé place à la première humoriste de la soirée, Daphné Létourneau. Elle est arrivée sur scène avec énergie, mais cette impression s’est quelque peu dissipée alors qu’elle a dû demander le silence à la foule à quelques reprises. Toutefois, elle a repris confiance et elle nous a démontré ses nombreux talents, spécialement dans l’imitation. Au final, ce qui a marqué la foule n’a pas été son charisme, mais plutôt ses imitations de bruits de vomissement qui ont rendu certaines personnes mal à l’aise.  

Par la suite est arrivé P-O Forget, un homme avec une voix de grande portée, qui n’a pas froid aux yeux et ne craint pas les sujets tabous. Son sketch ayant débuté légèrement par la description de sa personne a rapidement pris une tout autre tournure. Les sujets de racisme ou de la religion sont parfois des sujets sensibles, mais pas pour P-O. Avec son ouverture d’esprit, il a su les approcher de façon très humoristique, tout en restant politiquement correct. Comme une étudiante m’a confié à la sortie du spectacle, « il est honnête et vulgaire, mais c’est ce qui fonctionne! ». Il a terminé à sa façon sur une note audacieuse en parlant d’hygiène féminine… Drôle de façon de laisser place à son homologue.  

Le dernier et non le moindre a été le clou du spectacle par sa créativité et son dynamisme. Arnaud Soly, humoriste d’expérience, a fait vibrer la foule dès son premier pas sur scène et il ne s’est pas gêné de montrer son étudiant intérieur. Par cela, je veux dire qu’il a shotgun une IPA (calé une bière) bien mousseuse devant de jeunes adultes déjà bien réchauffés et fait une story. Il ne faut surtout pas oublier la panne du micro lors d’un problème technique. C’est à ce moment qu’Arnaud Soly nous a démontré ses vrais talents d’improvisateur. Une fois le micro rétabli, les rires émanaient sans fin. Il a finalement quitté la scène sur un air de musique de flûte nasale qui a impressionné la salle.  


Source: FEUS

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.