Mar. Fév 27th, 2024

Par Elizabeth Gagné  

Harold Bérubé, professeur titulaire en histoire à l’Université de Sherbrooke, présente son nouveau livre Le Canada : lieu de rencontre et de conflit 

M. Bérubé se spécialise sur l’histoire des villes et des banlieues nord-américaines des 19e et 20e siècles et sur l’histoire du Canada depuis 1840. C’est d’ailleurs lui qui donne le cours d’Histoire du Canada de 1840 à nos jours à l’Université. Fait cocasse, je me souviens, lorsque j’ai suivi son cours, que M. Bérubé avait mentionné à la classe qu’il était en train de rédiger son nouveau livre.  

Une collaboration réussie 

Harold Bérubé a écrit et coécrit plusieurs livres. C’est, entre autres, grâce à sa participation à l’émission Aujourd’hui l’histoire, à Radio-Canada, qu’il a eu envie de commencer à penser au processus menant à la publication d’un livre. C’est la maison d’édition Septentrion qui a approché la production de l’émission pour savoir si Harold Bérubé, collaborateur récurrent de l’émission, souhaitait publier une série de livres basée sur l’émission. C’est de cette façon qu’est né son premier livre Histoire des villes nord-américaines, puis, maintenant, Canada : lieu de rencontre et de conflits pour la collection. 

Une lecture de chevet pour tous 

La collection, que Septentrion a produite, vise un public très large. Le livre à plusieurs qualités qui rend l’ouvrage très attrayant comme la présence de belles photos en couleurs et le fait qu’il soit divisé en sections permettant au lecteur d’arrêter et de recommencer sa lecture très facilement. Il s’agit d’un ouvrage de vulgarisation ce qui rend sa lecture accessible à toute personne qui désire en apprendre davantage sur l’histoire de notre pays.  

Des histoires peu connues qui sauront vous surprendre 

C’est un livre qui propose de jeter un coup d’œil sur l’évolution sociale du Canada à travers ses rencontres et ses conflits qui prennent différentes formes. Des informations présentes dans le livre sauront surprendre le lectorat. Plusieurs événements risquent d’être inconnus pour les lecteurs, étant donné qu’ils ne font pas partie du grand récit national. Par exemple, le chapitre sur la présence du Ku Klux Klan en Saskatchewan durant les années 20 qui regroupe un nombre de membres impressionnant.  

Un autre événement de notre histoire étonne particulièrement : le programme gouvernemental « British Home Children ». Entre 1869 et 1939, près de 10 000 enfants ont été envoyés de la Grande-Bretagne vers le Canada à travers un programme qui a subventionné l’émigration de personnes mineures. Ces enfants étaient issus, pour la majorité, de foyers pour enfants gérés par des agences d’émigration britannique. Ils ont été envoyés dans des maisons d’accueil au Canada. Ces informations proviennent directement du site gouvernemental du Canada.  

Seulement, ce qui n’est pas dit, c’est que durant cette période, il y avait une pénurie de main-d’œuvre au Canada et dans d’autres colonies de la Grande-Bretagne. Les enfants, pour la plupart, étaient de jeunes délinquants qui ont été pris dans la rue, tout simplement. Dans certains cas, ces enfants étaient kidnappés et on les expédiait dans les colonies afin de les exploiter. Les cas d’adoption au Canada ont été très rares et beaucoup d’abus de tout genre ont également été commis durant cette période, notamment sur les terres agricoles, surtout dans l’ouest.  

La Grande-Bretagne ainsi que la Nouvelle-Zélande ont présenté des excuses publiques, mais le Canada, lui, n’a pas voulu s’excuser d’avoir pris part à ce programme. Le gouvernement en place lors des excuses de ces deux pays était celui de Stephen Harper. Le livre de M. Bérubé regorge de ces histoires inconnues de plusieurs. 

Passer d’une écriture d’université à la vulgarisation  

Harold Bérubé, en participant à l’émission Aujourd’hui l’histoire, était déjà embarqué dans un travail de vulgarisation. Selon lui, il faut accepter le choc de renoncer aux détails. 

La première fois qu’il a partagé sa liste de sujets, pour l’émission, la production n’était pas convaincue de l’intérêt général du public dans ce qu’il proposait. Il a donc changé de méthode et a regardé ce qu’il aimait enseigner dans le cours d’Histoire du Canada de 1840 à aujourd’hui, afin de s’inspirer des punchs lines du cours pour l’émission. La réflexion de la vulgarisation pour le livre avait donc déjà été faite en amont. « Dans le milieu académique, certaines personnes voient le travail de vulgarisation d’un mauvais œil, confie M. Bérubé. Ce n’est pas tout le monde qui est capable “de changer de logiciel.” Passer de la rédaction universitaire à la vulgarisation, ce n’est pas toujours évident, mais pour le professeur, il s’agit d’un exercice qui semble lui apporter beaucoup de plaisir.  

Une belle boucle pour la fin 

La collection Aujourd’hui l’histoire de la maison d’édition Septentrion est une belle collection avec divers sujets qui offre une vulgarisation historique de qualité faite par des historiens de formation. Le 25 janvier a eu lieu le lancement du livre de M. Bérubé, à la librairie Appalaches. Harold Bérubé était accompagné de Michèle Dagenais, professeure de monsieur Bérubé lorsqu’il était étudiant. Elle lui avait d’ailleurs enseigné lors du cours Histoire du Canada depuis1850. Ils se sont adonnés à une causerie autour du livre provoquant des échanges intéressants.  


Source: Septentrion Appalaches

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.