Ven. Jan 27th, 2023

Par Sophie Mottet

Incendies, sécheresses, feux de forêt, chaleurs accablantes, pénuries d’eau: l’Europe a vécu un été haut en couleur en matière de catastrophes naturelles. L’ensemble du vieux continent a battu des records de température jamais atteints à ce jour.

Après les vagues de la COVID-19, les vagues de chaleur font leur entrée sur la planète. L’Europe a connu trois canicules entre juin et août 2022.

Canicule historique

La chaleur extrême n’avait pas sévi sur l’Europe depuis 1757. Le Portugal, l’Espagne, la France, les Pays-Bas et le Royaume-Uni ont dû sonner l’alarme face à cette crise climatique.

L’Espagne, tout comme le Portugal, peine à contrôler plusieurs feux de forêt. Ces derniers ont brulé des milliers d’hectares et fait des centaines de victimes. Au Portugal, la sécheresse s’est établie sur le pays depuis un an, facilitant l’apparition des feux de forêt.

En France, la combinaison de sécheresses et de températures extrêmes a donné lieu à des feux de forêt forçant des milliers de Français à quitter leurs demeures. Des records de température dépassant la barre des 40 °C ont été enregistrés dans plusieurs villes de la France.

Une pénurie d’eau a été déclarée aux Pays-Bas. Ces derniers ont imposé des conditions pour limiter sa consommation face à la sécheresse. Ces limites concernent l’eau utilisée en agriculture et pour la navigation nautique.

Le Royaume-Uni, de son côté, a annoncé son premier état d’urgence concernant la température. Le mercure a grimpé au-dessus de 40 °C à Londres pour la première fois de son histoire. Le pays met en place des restrictions d’eau, les dernières dataient de 2012.

Le mois de juillet 2022 a été le mois le plus sec jamais enregistré depuis au moins 500 ans pour plusieurs pays d’Europe. En août 2022, les sécheresses ont été atténuées par quelques précipitations. Cependant, ces pluies sont arrivées sous forme de tempêtes produisant de nouvelles difficultés pour les endroits touchés.

Impacts de ces catastrophes naturelles

Les changements climatiques amènent des records de chaleur sur le continent, le rendant plus vulnérable aux catastrophes naturelles. Effectivement, l’amalgame de canicule et sécheresse a provoqué des feux de forêt démesurés, détruisant des maisons et des terres agricoles. Un total de 615,341 hectares a été brulé cet été en Europe. La sécheresse qui a perduré tout au long de l’été contraint les pays à une diminution importante des rendements de culture.

De plus en plus de phénomènes météorologiques extrêmes se produisent. Le 27 juin dernier, une tornade a ravagé une ville côtière des Pays-Bas, faisant un mort et des blessés. Un événement de cette ampleur n’était pas arrivé depuis 30 ans dans ce pays.

L’Organisation météorologique mondiale prévient que les événements de ce genre seront à l’avenir plus fréquents, intenses et se produiront plus tôt en saison. Du côté du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), il est mentionné que les changements climatiques augmentent la probabilité et l’ampleur des catastrophes climatiques.

Cette crise climatique provoque une crise humanitaire, affectant les vies humaines et l’économie de chaque pays européen. L’urgence d’agir face aux changements climatiques se fait ressentir davantage chaque année aux dépens des humains les plus vulnérables.


Crédit image @Kenzo Tribouillard

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.