Mer. Mai 29th, 2024

Par Alexandre Leclerc 

Alors que depuis bientôt deux saisons toute la planète hockey a les yeux rivés sur Alex Ovechkin et sa quête de devenir le meilleur buteur de l’histoire de la LNH, nous apprenions la semaine dernière le décès d’un autre franc-tireur dont les exploits passent cependant souvent inaperçus. Mike Bossy, qui a appris à l’automne dernier être atteint d’un cancer des poumons, a en effet succombé à la maladie à l’âge de 65 ans. Retour sur la carrière exceptionnelle d’un grand Québécois. 

Un buteur né 

Ceux qui ont eu la chance de le voir évoluer dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) ou dans la Ligue nationale par la suite sont unanimes : Mike Bossy était possiblement le meilleur buteur de sa génération, ou, du moins, le plus constant. Au cours de sa carrière de seulement dix saisons, à 9 reprises il a marqué au moins 50 buts en une saison, un record qu’il partage avec nul autre que Wayne Gretzky. En fait, lorsqu’on abordait la question avec lui, Bossy soulignait qu’il est le seul à avoir accompli cet exploit lors de saisons consécutives. Lorsqu’on a la chance de battre Gretzky dans une catégorie, ça vaut la peine de le souligner. 

Certes, il n’est peut-être jamais passé proche d’égaler les marques de Gretzky (92 buts), Brett Hull (86 buts) et Mario Lemieux (85) en une saison, mais Bossy détient pour sa part le plus grand nombre de saisons de 60 buts — un autre record qu’il partage avec la Merveille. Quand on parle de constance, le nom de Mike Bossy se doit de revenir plus souvent dans les discussions.  

Une feuille de route impressionnante, une fin abrupte 

Bossy peut se targuer d’avoir fait partie de la dynastie des Islanders de New York dans les années 1980. L’équipe a en effet remporté quatre Coupes Stanley consécutives entre 1980 et 1983, ce qu’une seule équipe — le Canadien — a réussi à accomplir dans l’histoire de la LNH. Bossy a fait la pluie et le beau temps avec ses compagnons entrés dans l’histoire de l’équipe new-yorkaise tels Bryan Trottier et Denis Potvin. Tous trois ont vu leur numéro retiré par les Islanders au courant des années 1990. 

Bossy fait partie des rares joueurs qui, plutôt que de vouloir étirer le plaisir et enfiler le plus de saisons possible, ont préféré se retirer au sommet. Certes, le hockeyeur montréalais était aux prises avec des maux de dos récurrents, mais il aurait certainement pu offrir encore quelques saisons de qualité aux Islanders (ou aux Canadiens, qui avaient failli l’acquérir à la fin des années 1980 pour qu’il puisse se rapprocher de sa famille), comme en témoigne sa dernière saison en deçà de ses standards avec 38 buts et 75 points en 63 parties. En mettant un terme à sa carrière, Bossy s’assure ainsi du meilleur ratio de buts/match de l’histoire de la Ligue (.762, soit 573 buts en 752 parties), un record qui ne sera probablement jamais battu. Son nom mérite assurément de se trouver parmi les grands du hockey. 

*Au moment d’écrire ces lignes, le décès de Guy Lafleur n’avait pas encore été annoncé.


Crédit image @ NHL

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.