Mer. Avr 17th, 2024

Par Jacob Desrosiers et Yaomie Dupuis  

À 19 mois des primaires américaines, les émois de la course à la présidentielle commencent déjà à retentir. Tandis que la liste des candidats républicains à l’investiture du parti s’allonge, les candidatures du parti démocrate se font encore attendre.

À l’heure actuelle, seulement deux candidats démocrates ont annoncé formellement leur intention de participer aux primaires de 2024 contre l’actuel président, Joe Biden. Le premier est Robert F. Kennedy Jr, fils du sénateur Robert Kennedy et neveu du 35e président américain John Kennedy. La seconde est Marianne Williamson, politicienne faisant un grand retour après avoir retiré sa candidature de justesse en 2020. Ces deux personnes candidates ne représenteront toutefois pas forcément une menace pour Joe Biden si celui-ci officialise sa candidature d’ici la fin de l’année, comme mentionné dans Le Devoir.

Présentation des candidats confirmés 

Jusqu’à présent, plusieurs candidats ont déjà confirmé leur intérêt au parti républicain. Comme souligné par La Presse, Asa Hutchinson s’est lancé dans la course, ce dernier faisant carrière en politique depuis presque 40 ans. Il a notamment œuvré à titre d’administrateur de la Drug Enforcement Administration et était, jusqu’à tout récemment, gouverneur de l’Arkansas. Vivek Ramaswamy, fondateur et ex-PDG de la compagnie de biopharmaceutique Roivant Sciences et activiste politique, a également confirmé sa candidature. Ce dernier est célèbre notamment pour ses multiples critiques du wokisme en plus de sa fortune personnelle.

La diplomate Nikki Haley est également en liste. Cette ancienne gouverneure de Caroline du Sud occupait auparavant le poste d’ambassadrice des États-Unis à l’Organisation des Nations Unies (ONU) sous l’administration Trump. L’homme d’affaires Corey Stapleton, actuellement secrétaire de l’État du Montana, a aussi annoncé faire campagne. Finalement, Donald Trump, favori auprès de la base électorale républicaine selon une récente enquête du Morning consult, a également officialisé sa candidature.

Facteur DeSantis

Cela dit, il serait impossible de parler des prochaines primaires républicaines sans parler de Ron DeSantis. Cet ex-représentant du 6e district de la Floride et actuel gouverneur de la Floride s’est progressivement imposé comme nouvelle vedette du parti républicain. Il s’est fait connaitre pour son opposition aux mesures mises en place durant la pandémie ainsi qu’à l’avortement et au « wokisme», sans parler de son puissant charisme.

D’ailleurs, les résultats des récentes élections de mi-mandat démontrent très bien la popularité de l’individu, ce dernier s’étant fait réélire à titre de gouverneur de la Floride à presque 60 % des voix. Bien qu’il n’ait pas encore formellement annoncé sa candidature, DeSantis fait du bruit et manifeste de plus en plus ses ambitions présidentielles. Cela mène plusieurs médias à le considérer comme la plus grande menace au retour en politique de l’ex-président Trump. On peut néanmoins s’attendre à ce que sa candidature s’officialise en mai prochain, d’après le New York Magazine.

Quelques rumeurs circulent également au sujet de candidats de renom, dont Mike Pompeo, ancien Secrétaire d’État sous Trump. Néanmoins, une candidature potentielle à surveiller serait celle de l’ex-vice-président de Trump, Mike Pence. Ce dernier pourrait influencer la course en tant que l’un des principaux critiques du 45e président, tout en divisant le vote de la droite religieuse. La suite s’annonce donc des plus intéressantes !


Crédit image @Wikimedia

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.