Mer. Fév 28th, 2024

Par Pierre-Nicolas Bastida Tousignant

L’économie est-elle soluble dans le houblon ? Eh, oui. La preuve : la soirée du 1er février dernier au Refuge des Brasseurs sous le thème Économie et Société avec Mario Lavallée, Ph. D. et professeur en finance à l’école de gestion, la mairesse de Sherbrooke Évelyne Beaudin, titulaire d’une maîtrise en économie, Samuel Carbonneau, qui termine sa maîtrise en fiscalité ainsi que, moi-même, Pierre-Nicolas Bastida Tousignant, étudiant au premier cycle en sciences économiques.

Expertises et bières

Lors de la soirée, plus d’une cinquantaine de personnes intéressées étaient présentes. L’atmosphère était festive et le public laissait ressentir sa curiosité. Bière en main, les invités ont présenté leurs sujets sous leur forme la plus simple, permettant à toutes les personnes de comprendre les concepts abordés. Une période de questions succédant à chacune des présentations a donné l’opportunité d’approfondir les sujets discutés. BistroBrain invite les invités à vulgariser des concepts théoriques en un maximum de douze minutes. Une période de questions de cinq minutes permet de peaufiner les présentations.

Présentations

Le Pr Lavallée a éclairé l’auditoire sur le fonctionnement de la bourse au terme financier. Selon son analyse, les émotions et la bourse ne font pas bons compagnons. Il est une nécessité, selon lui, de se poser la question : est-ce que c’est un piège à con ? Et ce, avant tout achat de titre boursier. Comprendre pourquoi un détenteur de titres boursier souhaite vendre permet de prendre une décision éclairée.

Samuel a dépeint le portait de la fiscalité au Québec en ce qui a trait à la redistribution de nos taxes. Bien que nous sommes plus imposés que certains, notre filet social nous assure un bien-être stable. Dès les premières minutes de sa présentation, on a senti d’abord une certaine perplexité qui s’est rapidement transformée en approbation, lorsque Samuel a conclu que Québec pourrait faire plus avec le système fiscal en place, notamment quant à l’écofiscalité.

J’ai choisi d’aborder l’inflation en prenant la bière comme exemple, microbrasserie oblige. Mais j’avais surtout choisi de faire le lien avec le bien-être. L’inflation représente la vitesse à laquelle les prix augmentent. S’ils augmentent plus vite que nos salaires, notre bonheur se retrouve circonscrit. Toutefois, une augmentation anormale de la masse salariale peut aussi entrainer de l’inflation.

Évelyne Beaudin a aussi choisi de parler de bien-être. La mairesse a prouvé toujours maîtriser les outils économiques qu’elle nous a servis en nous proposant des recettes qui étonnamment n’incluent pas d’augmentation de salaire.

Aborder des sujets sérieux une bière à la main n’est pas simple, mais ça fonctionne. Un prof et une mairesse ont plus l’habitude que moi de prendre la parole devant un auditoire. Mais comme me l’a dit un de mes professeurs : « si je ne pouvais me faire comprendre, je serais un mauvais économiste ». Les BistroBrain sont une bonne occasion de tester nos capacités de vulgarisateur, même au premier cycle.


Crédit image @Facebook BistroBrain

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.