Mer. Avr 17th, 2024

Par Pierre-Nicolas Bastida Tousignant

On dit que les cinq premières années sont décisives pour déterminer le sort d’une entreprise. Le mercredi 8 mars dernier, BistroBrain a fait salle comble avec plus de 130 participants pour célébrer son 6e anniversaire. L’organisme est actuellement présent dans la ville de Sherbrooke, de Trois-Rivières et de Montréal, avec le souhait d’en faire plus encore, afin de rendre la science accessible à tout un chacun.

BistroBrain, c’est de laisser les congrès de côté et marquer un pont entre les universités et le public. La première soirée avait eu lieu le 6 mars 2017. La mission de l’organisme est de diffuser le savoir scientifique à travers le plaisir. Quelle est la phase quantique d’une boisson houblonnée ? La réponse se trouve à l’institut quantique, laquelle vous invite à venir visiter ses locaux.

Du costaud pour ses 6 ans

Renato Olarte, candidat au doctorat, a défini la nécessité d’utiliser l’ordinateur quantique. Afin de comprendre la molécule alpha-synucléine, responsable du bien-être dans le cerveau, il faudrait effectuer 213000 équations de Schrödinger pour pouvoir la comprendre. Cette molécule est aussi la cause principale de maladies dégénératives telle que le Parkinson. Trouver des remèdes à certains maux, c’est ce qui pousse les physiciens à jouer les biologistes. C’est grâce à la physique quantique que repousser les limites de la biologie est possible.

Souheila Hassoun, Ph. D., a poursuivi avec une présentation pour expliquer ce qu’on entend par « un ordi dans un frigo ». Dr Hassoun expliquait que la limite inférieure de la température est de (-273,15) degrés Celsius, soit le degré Kelvin. Cette température est primordiale à l’étude de la matière. Par ce fait, les (Qu)bits sont donc imparfaits à une température de (-273,14) degrés Celsius. Ces basses températures permettent la programmation des atomes. Une telle réfrigération prend vie lors d’un mariage unique entre l’hélium 3 et l’hélium 4. Selon la Dre Hassoun, 1 (Qu)bit parfait équivaut à 1 000 imparfaits. 

Claude Rohrbacher, candidat au doctorat, enchaînait en démontrant une alternative pour développer des (Qu)bits efficacement. Il y a quatre méthodes pour bâtir un ordinateur quantique et l’une d’entre elles passe par les transistors. Un transistor à la même fonction qu’un interrupteur. À On, il laisse passer le courant, et à Off, le contient. À la suite de ses recherches, il serait possible de décupler de façon exponentielle la capacité de (Qu)bit d’un ordinateur quantique avec les transistors.

Lucas Désoppi, candidat au doctorat, se spécialise dans la recherche fondamentale et décrit son travail comme celui d’un écrivain. Comment savoir dans quelle phase se trouve un atome ? Il faut chatouiller ses électrons et créer des perturbations quantiques de sorte à comprendre le comportement des électrons entre eux. La salle de classe n’est pas le seul endroit où on peut conjuguer savoir et passion. BistroBrain offre un environnement propice à la transmission de connaissance dans le plaisir. Une méthode simple et efficace offrant un lieu où le savoir peut fleurir entre deux gorgées de houblon.


Crédit image @Bistrobrain

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.