Dim. Avr 21st, 2024

Par Gabrielle Goyet 

Selon Equifax Canada, 52 % des jeunes âgés de 18 à 34 ans éprouvent de l’anxiété au sujet de leur endettement personnel. Une personne étudiante locataire sur trois estime ne pas avoir des revenus suffisants pour subvenir à ses besoins, selon la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ). Comment notre génération peut-elle aspirer à de meilleures conditions dans un tel contexte économique?  

Force est d’admettre que la situation actuelle est hautement anxiogène pour les jeunes. Alors que l’inflation peine à s’essouffler et que les taux d’intérêt demeurent gonflés, il est très difficile de faire des économies. Avec la crise de l’abordabilité du logement et le prix du panier d’épicerie qui monte en flèche, il devient incontournable de développer des stratégies d’épargne créative pour gratter les sous ou c’est encore possible. Pas de panique! Ce dossier spécial a été conçu pour t’aider à sauver quelques précieux sous. 

Sors ton Excel… On fait un budget! 

Budgéter peut-être un réflexe très naturel pour certaines personnes, alors qu’il peut s’agir d’une activité totalement répulsive pour d’autres. L’important, c’est surtout d’être conscient de ses sources de revenus et de la quantité de dépenses que l’on effectue. Sans tomber dans une rigueur budgétaire stalinienne, il est possible d’établir des orientations qui vous aideront à économiser. Entre autres, en établissant un seuil maximal de dépenses sur Amazon dans ton mois, tu pourrais commencer à prioriser certaines dépenses et réaliser que certains achats ne sont pas nécessaires. Comme dirait Pierre-Yves McSween, « en as-tu vraiment besoin »? 

En faisant l’exercice sur un mois, on peut découvrir parfois certaines dépenses récurrentes qui tombaient sous notre radar. Par exemple, il est difficile actuellement d’épargner sur le prix des logements ; toutefois, si tu as un ou une colocataire, il est fort probable que cette personne soit abonnée à des services de streaming en ligne. En comparant vos abonnements respectifs, il est possible de voir si vous pourriez économiser en partageant vos abonnements Netflix ou Prime. Il en va de même pour vos assurances, ou encore votre abonnement au Costco! 

En faisant un budget, il te sera également possible d’avoir une meilleure idée de tes revenus. Parfois, il est possible d’ajouter une source de revenu supplémentaire sans faire beaucoup d’efforts. Tu as une auto et tu ne t’en sers pas durant la semaine? Affiche-là en location sur Turo! Tu fais des allers-retours vers la métropole le week-end pour aller voir ta famille? Pourquoi ne pas offrir tes services sur les pages de covoiturage pour économiser sur l’essence? 

S’alimenter à prix moindre 

Manger, c’est essentiel. Alors qu’on ne peut éviter les dépenses en nourriture, il y a tout de même des façons d’économiser sur ces frais. Il existe différentes stratégies. 

D’abord, c’est bien connu, mais manger sur le pouce, en restaurant ou à la cafétéria peut rapidement devenir dispendieux. Faire ses lunchs ou cuisiner de larges portions d’avance peut être une stratégie efficace pour économiser. En faisant par exemple une très grande quantité de chili, il est possible d’en congeler et d’en ressortir à un moment opportun lorsqu’on n’a pas forcément le temps de se faire à manger en mi-session.  

Autrement, en termes d’achat, il est possible d’économiser à la caisse. Certaines épiceries sherbrookoises offrent des réductions aux personnes étudiantes en début de semaine, ce qui peut s’avérer vraiment intéressant. Parmi les autres options bien connues, on peut prioriser l’achat de produits en spécial, opter pour les fruits et légumes de saison, ou encore cumuler les coupons. Il est également possible d’utiliser des applications comme FoodHero ou Too Good to Go, qui œuvrent en partenariat avec les épiceries. Ces dernières vont congeler les produits lorsqu’ils approchent de leur date de péremption pour les revendre à prix modique aux consommateurs, en ligne, via l’app. Il ne te restera plus qu’à aller chercher ta commande en succursale, et à dégeler ta viande hachée avant de la cuisiner! 

Sinon, une stratégie à ne pas écarter est celle d’incorporer plus de repas végétariens dans ton menu hebdomadaire. Que tu souhaites prendre le virage complètement ou à demi, les recettes végétariennes sont généralement beaucoup moins dispendieuses à réaliser que les options régulières. Lentilles, tofu, haricots, tempeh, il existe une foule d’alternatives pour te permettre d’économiser. Bonus : une trop forte consommation de viande peut être nocive pour la santé, alors tu aides ton portefeuille et ton corps simultanément! 

Comprendre la fiscalité 

Un autre aspect clé passe par l’éducation financière. Tu ne connais rien aux finances personnelles? Il n’est pas trop tard pour apprendre! Savoir faire la différence entre un RÉER, un CELI et un CELIAPP est un bon endroit où commencer.  

Le RÉER est un « Régime enregistré d’épargne-retraite ». Bien qu’il puisse servir à financer ta retraite, il peut aussi te servir pour t’autoprêter de l’argent lors de l’achat d’une maison (ce qu’on appelle le RAP), et il est déductible d’impôt. Cela signifie que si tu cotises à un RÉER cette année, le montant que tu y mettras sera déduit de ton salaire imposable de l’année courante. Attention! L’impôt sera toutefois reporté à quand tu retireras le montant, fort probablement durant ta retraite. 

Le compte d’épargne libre d’impôt (CELI), quant à lui, est une façon d’économiser à plus court terme. Le CELI agit comme un compte épargne régulier, mais tu peux y faire fructifier tes avoirs en les plaçant par exemple dans des actions ou des fonds communs. Lorsque tu retires l’argent, que ce soit dans deux ou 25 ans, tu ne seras pas imposé sur les gains que tu auras faits grâce à ce placement.  

Le Compte d’épargne libre d’impôt pour l’achat d’une première propriété (CELIAPP) regroupe tous les avantages du CELI et du RÉER, mais comme son nom l’indique, il doit forcément servir à l’achat d’une première propriété. Si tu essaies d’économiser pour une mise de fonds pour une éventuelle hypothèque, il s’agit de l’option pour toi. Le CELIAPP est non imposable lors du retrait s’il sert à financer un achat immobilier, en plus d’être déductible d’impôt lorsque tu y cotises.  

Finalement, il est important de mentionner que prioriser les prêts de l’Aide financière aux études (AFE) à ceux des banques privées est toujours une bonne idée, puisque l’AFE ne charge pas d’intérêt sur ses prêts tant que tu es aux études à temps plein. Sauver de l’intérêt, c’est aussi une façon d’économiser! 


Source: PxHere

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.

Cheffe de pupitre SOCIÉTÉ pour le journal Le Collectif | Site web

Gabrielle est une étudiante à la maitrise en études politiques appliquées, cheminement recherche avec rédaction. Outre pour le côté académique, elle affectionne l’écriture pour l’aspect émancipateur de la chose.

Pour elle, c’est à la fois un défi et un divertissement d’être informée de tout ce qui se passe sur le campus. Autrefois Vice-Présidente aux affaires internes à la Fédération étudiante de l’Université de Sherbrooke (FEUS), elle n’en est pas à sa première fois lorsqu’on parle de couvrir les événements des divers campus de l’UdeS. Si elle adore échanger dans les 5 à 8, elle prend également un grand plaisir à fréquenter les activités culturelles et politiques de notre université. Étant très extravertie, c’est avec joie que Gabrielle se renseigne sur les projets étudiants développés au sein de sa communauté.