Ven. Jan 27th, 2023

Par Maxime Quesnel 

Que ce soit dans un objectif de gain de masse musculaire ou de perte de masse grasse, plusieurs concepts sont mis de l’avant, mais sont-ils fondés? Est-ce nécessaire de s’entraîner plus? De soulever plus lourd? Est-ce vraiment possible que le gras se transforme en muscle, ou l’inverse? Dois-je m’étirer avant l’entraînement? Prenons le temps de démystifier quelques-uns de ces concepts 

Plus, toujours plus! 

S’entraîner plus souvent, plus longtemps et plus intensément : est-ce vraiment nécessaire pour avoir des résultats ? Tout d’abord, il est important de comprendre qu’en entraînement, les adaptations n’ont pas lieu directement dans la salle de musculation, mais bien à l’extérieur, lors de la récupération. L’objectif est donc de fournir un effort suffisant, sans surcharger le système.  

Dans certains cas, l’augmentation du volume peut être intéressante, mais il faut toujours garder en tête que la qualité de l’entraînement doit primer sur la quantité. La science a d’ailleurs démontré que, dans la plupart des cas, un entraînement de 45 à 60 minutes serait le plus optimal afin d’avoir des bienfaits physiques et psychologiques ! Bien entendu, on parle ici d’entraînement et non pas de temps passé à la salle de musculation… sur son cellulaire ! Et qu’en est-il de la charge à utiliser ? Et bien le même principe s’applique : qualité plutôt que quantité ! Lorsque les répétitions sont contrôlées et bien exécutées, c’est le moment d’augmenter les charges, pas avant ! On maximise ainsi les gains tout en minimisant le risque de blessure. 

En bref, il faudrait donc se concentrer à s’entraîner mieux plutôt que de chercher constamment à s’entraîner plus. 

Transformer le gras en muscle? 

L’idée que le gras peut se transformer en muscle si l’on s’entraîne suffisamment ou celle que le muscle se transformera en gras si l’on ne s’entraîne pas a été popularisée depuis plusieurs années. Certains vont même jusqu’à prendre une quantité importante de masse grasse dans l’optique de la transformer en masse musculaire, mais est-ce que ça fonctionne vraiment ?  

La science a été bien claire sur le sujet : absolument pas ! Le muscle et le gras sont deux types de cellules différentes, ils ne sont donc pas interchangeables. En revanche, en s’entraînant, la dégradation de tissus adipeux est favorisée, au même moment que la fabrication de tissu musculaire survient. Cela donne donc l’impression que l’un se transforme en l’autre, mais pas du tout !  

Faut-il s’étirer avant l’entraînement 

Longtemps, les étirements passifs ont été recommandés avant les entraînements afin de prévenir les blessures. En revanche, la science a constaté que ce type d’étirement ne réduisait pas les risques de blessure : ils augmentaient même les chances d’en subir une ! Cela s’explique, notamment, par le fait que l’étirement passif peut avoir un effet antalgique, donc il pourrait atténuer la douleur.  

Ce type d’étirement peut être très utile afin de gagner en flexibilité, mais devrait être évité avant l’entraînement. Afin d’activer le corps, les étirements actifs seraient plus efficaces, car en plus d’échauffer les différentes masses musculaires, elles prépareraient le système neuromusculaire. Conclusion : oui, les étirements avant la séance peuvent être intéressants, mais pas n’importe quel type !  


Crédit image @Canva

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.