Jeu. Juin 13th, 2024

Par Raphaëlle Ladouceur

Puisqu’il s’agit d’un sujet populaire et que plusieurs se l’approprient sans avoir de réelles formations, le domaine de l’entrainement déborde de fausses croyances qui ne cessent d’être répandues.

  • Je pratique un sport, je n’ai donc pas besoin de m’entrainer.

Connaissez-vous quelqu’un qui a déjà commencé sa saison de hockey, de golf ou de soccer et qui, après peu, s’est claqué un ischiojambier, un adducteur, s’est blessé au dos ou qui s’est même foulé une cheville, arrêtant ainsi toute activité physique ?  

Plusieurs pensent qu’ils s’entrainent en pratiquant un sport. Pourtant, la science prouve que c’est plutôt l’inverse. Il faut effectivement s’entrainer pour pratiquer un sport puisque la nature imprévisible et intense d’un sport augmente significativement la prévalence des blessures. Lorsque l’esprit de compétition s’installe, il sera naturel de tenter de tout donner, et même de dépasser ses limites. Ceci étant dit, l’importance de la préparation de l’ensemble du corps avec un programme d’entrainement adéquat qui permettra de créer des adaptations physiques (ligaments, tendons, muscles et os) est autant plus évidente. L’entrainement pourra également prévenir les débalancements et les faiblesses musculaires qu’un sport peut développer. De plus, un entrainement complet permettra aux sportifs d’augmenter leur coordination, leur lecture du jeu, leur agilité, leur proprioception, qui sont toutes des aspects qui augmentent la performance lors de la pratique sportive. Détrompez-vous, l’entrainement ne s’adresse pas seulement aux athlètes de haut niveau, mais plutôt à tous ceux et celles qui désirent pratiquer leur sport longtemps et sainement. Bref, pratiquer un sport, même pour le plaisir, requiert un minimum de préparation physique, ne serait-ce que pour éviter des blessures.  

  • L’entrainement musculaire augmente le métabolisme de base

Il a longuement été croyance populaire que l’entrainement, et plus particulièrement l’augmentation de la masse musculaire permettait d’augmenter significativement le métabolisme de base et, par le fait même, la dépense énergétique quotidienne. Malheureusement, les chiffres démontrent que c’est effectivement le cas, mais que l’effet est minime. À titre indicatif, une augmentation de 1 kg de masse musculaire augmenterait le métabolisme de base d’environ 20 calories par jour, ce qui équivaut approximativement à la moitié d’une pomme. Bref, l’entrainement permet certainement de dépenser de l’énergie, mais ne contribuera pas de manière considérable à l’augmentation d’un métabolisme de base.

  • J’ai mal, mes muscles sont pleins d’acide lactique (lactate)!

Souvent considéré à tort comme un déchet métabolique qui cause des douleurs et des sensations de brûlure, l’acide lactique (lactate), est, dans les faits, une source d’énergie pour les muscles. En effet, le lactate est un substrat métabolique à part entière qui permet de fournir de l’énergie rapidement grâce à la dégradation des sucres sans utiliser d’oxygène. Il est également à noter que, même au repos, le corps produit du lactate (en moins grande quantité, certes). C’est lors d’efforts physiques courts et intenses qui sollicitent le système anaérobie lactique que la production de lactate se voit augmenter. D’ailleurs, les athlètes les plus performants dans les disciplines sollicitant le système anaérobie lactique sont ceux qui ont la capacité de production de lactate la plus élevée. Bref, le lactate n’est pas le responsable de la fatigue musculaire à l’effort qui serait plutôt attribuable à un ensemble de facteurs complexes interreliés.


Crédit image @Pexels

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.