Ven. Juil 19th, 2024

Par Véronik Lamoureux 

La chaîne TVA annonçait à la mi-janvier que la COVID-19 s’était invitée à Star Académie, forçant ainsi les producteurs à repousser cet événement dit non essentiel à la semaine suivante. Chose certaine, Lara Fabian a probablement moins le goût de chanter « Je t’aime » au virus presque endémique-mais-pas-tout-à-fait et le public québécois doit composer avec une déception de plus, puisqu’on annonce que le premier variété sera encore repoussé, cette fois au 30 janvier. Même scénario pour le gala Artis qui devait se tenir en mai et qui sera reporté à une date ultérieure.  

Si Star Académie est jugé comme étant un produit non essentiel, il divertit à tout le moins un pourcentage impressionnant de la population québécoise durant les longues soirées froides de confinement. Et avec l’importante fatigue de la cinquième vague, la population a d’autant plus besoin, l’instant d’un variété ou d’un gala, d’avoir une opinion sur autre chose que la gestion de la pandémie. Et quoi de mieux qu’une chanson thème rassembleuse pour faire disparaître le marasme incessant dans lequel le monde entier est plongé depuis maintenant près de deux ans? Depuis le début de la pandémie, la culture est l’un des secteurs les plus cruellement touchés par les mesures sanitaires. Or, même si techniquement, personne ne meure de ne pas consommer de culture, cette dernière demeure néanmoins essentielle à la santé mentale d’une société.  

Star épidémie  

Voilà toutefois que la COVID-19 s’invite chez les académiciens, transformant l’académie en CHSLD le temps d’une éclosion majeure avec plus de dix cas répertoriés sur un total de dix-neuf académiciens. Il semble que le variant Omicron s’attaque également « au micro », réduisant au silence la horde de nouveaux talents impatients de séduire le Québec. À la mi-janvier, l’équipe de production rapportait 4 cas de COVID-19 chez les académiciens, alors que cette semaine on rapportait 6 cas supplémentaires. Tous les académiciens ont été placés en isolement préventif dans des chambres d’hôtel pour une durée de dix jours, après quoi la production entend débuter la saison en conservant le même nombre d’émissions, soit 13 variétés et 12 semaines de quotidienne.  

L’équipe de Production Déferlante estime qu’étant donné le pourcentage élevé de contamination, les risques d’une autre éclosion et d’un autre report sont minimes.  

« Compte tenu de la période d’isolement et du nombre de candidats qui auront eu la COVID-19, il est peu probable que cela nécessite un report supplémentaire », a expliqué TVA par voie de communiqué, fixant au 30 janvier la date de la première. 

Du côté de l’équipe technique, aucun cas de COVID-19 n’a été répertorié.  

Un nouveau « variant » de l’émission 

En 2022, il n’y a pas que des variants de la COVID-19 : Star Académie aussi se réinvente et propose quelques variantes à son modus operandi habituel. Entre autres, il sera possible pour les téléspectateurs de suivre leurs nouvelles idoles en permanence grâce aux caméras installées dans l’académie, en plus de suivre la quotidienne du lundi au jeudi. Ce concept avait été adopté au début de l’existence de la téléréalité en 2003, mais avait été mis de côté par la suite. Il s’agirait donc d’un retour plus que d’une innovation.  

Cerise sur le sundae, la talentueuse comédienne Guylaine Tremblay se joindra à l’équipe des coachs pour enseigner aux académiciens les subtilités de l’interprétation. La comédienne a également un talent de chanteuse qu’elle a pu démontrer dans quelques-uns de ses rôles, dont celui de Marie Lamontagne dans la série Unité 9, diffusée entre 2012 et 2019 à Radio-Canada.  

Il y aura également un changement de micro à l’animation, Patrice Michaud cédant sa place au chanteur Marc Dupré pour cette édition.   

Si tout se déroule comme prévu, les académiciens seront au rendez-vous le dimanche 30 janvier dès 19 h à TVA pour le premier variété de la saison.   

Report du gala Artis 

La situation de la téléréalité musicale semble avoir contaminé le Groupe TVA, puisque ce dernier a également annoncé le report de la soirée Artis qui devait initialement avoir lieu en mai 2022. Chaque année, ce gala souligne les performances de comédiens et de comédiennes du paysage télévisuel québécois. Malgré une édition 2021 presque normale dans les circonstances pandémiques, la production a décidé de reporter l’édition 2022 en raison de la trop grande instabilité de la situation sanitaire avec le variant Omicron.  

« Nous tenions réellement à pouvoir célébrer tous ensemble et rendre hommage au talent de nos artistes québécois en réunissant les créateurs qui font notre télévision, et les passionnés qui la regardent. Ce n’est que partie remise! » a mentionné Nathalie Fabien, directrice principale, chaînes et programmation du Groupe TVA lorsqu’interrogée sur l’effet du report sur l’équipe. 

La décision a été difficile, en particulier compte tenu de l’importance qu’ont eue les séries télévisées québécoises durant les deux années de la crise sanitaire. Toutefois, comme le public n’aurait pu assister au gala dans l’état actuel des choses, il a été plus facile de trancher et de repousser l’événement à plus tard.  

« Nous souhaitons vivement pouvoir réunir nos artistes et créateurs québécois avec les téléspectateurs qui attendent toujours l’événement avec impatience. C’est l’unique occasion pour eux qui leur permet d’exprimer toute leur admiration à leurs personnalités préférées, de rendre hommage à leur grand talent », a-t-on aussi précisé. 

La date du gala est toutefois encore inconnue et sera révélée par la production dès que possible. 

Animation mystère 

Si l’édition 2021 a été animée par Charles Lafortune et Guy Jodoin, la production laisse planer le mystère sur la personne qui prendra les commandes de l’animation pour l’édition 2022. Rappelons que la diffusion de ce gala rejoint chaque année plus d’un million de téléspectateurs québécois. Cette année, la fin de la quotidienne District 31, après 6 ans, marquera certainement le gala.  


Crédit image @ Star Académie

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.