Mer. Mai 22nd, 2024

Par Carolanne Boileau 

Arrière Cours offre la chance aux étudiantes et étudiants de l’UdeS de visionner le film Bootlegger, ayant notamment fait l’ouverture du 50e Festival du nouveau cinéma de Montréal. Une présentation suivie d’une discussion avec la réalisatrice Caroline Monet et l’artiste multidisciplinaire Samian; à ne pas manquer le 3 février 2022.  

Le confinement peut être quelque peu difficile pour certains; c’est toutefois une chance immense de s’enrichir. En effet, malgré les fermetures des salles de spectacle et la mise sur pause d’autres activités culturelles, de nombreuses possibilités s’offrent à tous. C’est le cas notamment avec Arrière Cours qui offrira généreusement un évènement virtuel et complètement gratuit le 3 février prochain dès 13 h 30. C’est dans le cadre de la semaine sur les thématiques autochtones, mise sur pied par le comité Droit autochtone de l’UdeS et tenue du 31 janvier au 3 février, qu’aura lieu cet évènement. C’est donc en partenariat avec celui-ci qu’Arrière Cours diffusera le long-métrage Bootlegger.  

Arrière Cours, qu’est-ce que c’est?  

Arrière Cours est une initiative du Centre Culturel de l’Université de Sherbrooke. C’est en fait une série d’évènements ou de spectacles présentés directement sur les campus de l’UdeS s’adressant exclusivement aux étudiantes et étudiants universitaires. L’organisation offre une chance en or d’en apprendre plus sur la culture environnante en assistant à des évènements de tous genres et bien sûr en offrant une vie de campus stimulante. Que vos intérêts soient dirigés vers l’humour, le théâtre, la musique ou n’importe quelle autre sphère artistique, Arrière Cours en offre assurément pour tous les goûts. De plus, ces évènements et spectacles sont offerts à faible coût ou tout simplement gratuitement!  

Cette série exclusive à l’Université de Sherbrooke offre la chance à la population étudiante ainsi qu’à n’importe quelle association étudiante d’organiser des évènements conjoints avec le Centre culturel. La possibilité pour ceux-ci de présenter un évènement ayant pour objectif le financement de votre association étudiante est également possible. C’est donc dire qu’Arrière Cours offre sa propre programmation pour ses étudiantes et étudiants, et dans la même mesure, s’assure d’être à leur service en leur offrant une plateforme où se produire.  

Pour en apprendre plus sur cette série ou la programmation, vous pouvez visiter directement le site d’Arrière Cours au www.centrecultureludes.ca/series/arriere-cours/.  

Portrait de Bootlegger 

Bootlegger c’est en fait le premier long-métrage réalisé par Caroline Monnet, déjà connue pour ses nombreuses œuvres; notamment, son court-métrage Ikwé réalisé en 2009. À travers le film, les spectateurs plongent dans l’univers du personnage principal, Mani, une étudiante à la maîtrise originaire d’une communauté autochtone au nord du Québec. Mani se retrouve rapidement au sein d’un débat fondamental pour sa communauté.  

Dans sa réalisation, Caroline Monnet met en lumière des enjeux et débats déjà bien connus au sein de la culture autochtone. Par ses personnages, celle-ci démontre à son public les déchirements des communautés à travers le personnage de Mani, qui décide de s’investir dans une lutte pour combatte la vente libre d’alcool. Les motivations de l’héroïne jouée par Kawennáhere Devery Jacobs sont bel et bien respectables, mais ne prennent pas en compte l’importance du marché d’alcool dans sa communauté; ce qui risque de causer bien des problèmes à certains commerçants comme Laura, interprétée par l’actrice Pascale Bussières.  

Dans ce drame d’une durée de 81 minutes, Monnet illustre un affrontement entre deux groupes et fait entrer les spectateurs dans la vie des communautés autochtones en les enrichissant par la culture et les traditions de ces peuples. En plus de donner de la visibilité aux réalités et aux enjeux des peuples autochtones, Bootlegger donne une voix aux femmes en présentant une distribution majoritairement féminine. C’est en effet Devery Jacobs et Pascale Bussières qui tiennent les rôles principaux, mais aussi Joséphine Bacon et Dominique Pétin, qui nous transportent tout au long de ce film canadien à travers leur interprétation.  

L’importance de mettre en valeur la culture autochtone  

Cet évènement présenté par Arrière Cours, en collaboration avec le comité Droit Autochtone de l’UdeS, est d’une importance fondamentale pour l’accès à la culture. En offrant des opportunités comme celle-ci, la communauté étudiante a la chance de s’informer, de s’enrichir et de découvrir à même leur salon. Bootlegger, présenté dans le cadre de la semaine sur les thématiques autochtones, est donc une initiative intéressante et sera sans aucun doute suivi d’autres évènements au fil du temps. La culture des communautés autochtones est riche, diversifiée et gagne à être mise en lumière. C’est l’occasion parfaite pour les curieuses et curieux qui aimeraient en apprendre plus.  

Grâce au travail remarquable de Caroline Monnet et, bien sûr, à la programmation offerte par Arrière Cours depuis un bon moment déjà, la découverte des cultures et de leurs disciplines multiples n’aura jamais été aussi facile et accessible. Que ce soit sur le campus, lorsque la COVID-19 nous aura enfin laissés tranquilles, ou bien dans le confort de votre cocon pour combattre le confinement. Restez à l’affut des évènements à venir et soyez curieux. 

Rendez-vous le 3 février prochain pour le visionnement de Bootlegger, présenté gratuitement par Arrière Cours; il suffit de réserver votre place en ligne sur leur site Web. Dépêchez-vous, celles-ci sont limitées!  


Crédit image @ MK2 Mile End

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.