Mer. Avr 24th, 2024

Par : Amila Delić 

Le lundi 4 mars a eu lieu, au Café 440, une causerie philosophique autour de la question : Que veut dire être soi-même ? Animée par Maxime Tremblay et moi-même, Amila Delić, la soirée a jumelé l’ambiance amicale aux échanges des esprits curieux.  

Peut-on trop aimer ? La violence peut-elle être justifiable ? Que veut dire être soi-même ? Ce sont les questions et problématiques abordées au cours des plus récentes interactions des cafés-philosophiques. Elles se démarquent par la surprise, l’enchaînement des idées et des questions toujours plus intéressantes les unes que les autres ; car tout le monde témoigne par son vécu, son expérience ou sa spécialisation. Quant à la problématique débattue au dernier café-philosophique sur « être soi-même », elle cherche à dépoussiérer le concept de l’identité et ses avenues. Il y a la relation à soi comme « identité » et celle de l’identité comme entité politique, sociale et genrée qui nous configure, puis nous déplace vers des lieux, des régimes et des classes/groupes sociaux. Or, toutes ces relations à l’identité provoquent, peut-être insidieusement, un rapport d’équivalence et la nécessité d’une forme de fidélité qui devient une figure, voire un fantôme moral, suggérant son immuabilité.   

Le but d’un café-philo 

Qu’est-ce qu’un café-philo et dans quel but investir de telles questions ? Ce concept est né d’un désir de libérer la pratique philosophique en créant un lieu de discussion ouvert, inclusif et amical. C’est dans cet esprit que Maxime Tremblay, étudiant à la maîtrise en philosophie, et moi-même, quasi-bachelière en la matière, avons entrepris ce projet. Le café-philo est un évènement où chaque personne est invitée à se regrouper dans le but de décloisonner la pensée et de générer un espace de doute. Nous tentons de provoquer la curiosité et le délogement des idées installées dans des terrains cimentés. 

L’entrechoquement des diverses pensées est essentiel, elle est une échappatoire nécessaire aux huis clos de nos propres schèmes. Les espaces de discussion sont fondamentaux et doivent sortir des institutions qui tendent à les capturer. C’est pourquoi, de façon sporadique et gratuite, nous offrons des moments de réflexion et d’échange ouvert à toute la population ; car la philosophie est accessible et peut s’immiscer simplement autour d’un café. Nous agissons comme des chefs d’orchestre et ce volet est central aux évènements des café-philo ; car bien que nous souhaitions amener les participants et les participantes vers des problèmes et des réflexions en lien avec le sujet défini, nous désirons davantage à ce qu’iels peuvent jouir d’un espace où leurs pensées et leurs réflexions s’exercent librement. L’objectif n’étant pas de trouver des réponses en individualité ou ensemble, mais de posséder ce lieu commun où nous œuvrons le temps d’un café.  

Ça vous intéresse ? 

Tenus au Café 440, situé au centre-ville de Sherbrooke, de façon sporadique et gratuite, les participants et participantes peuvent retrouver les informations attenantes aux futurs évènements sur les réseaux sociaux des organisateurs Maxime Tremblay et Amila Delić. Toute la communauté sera bienvenue et accueillie. Évidemment, la participation orale n’est pas obligatoire.  


Crédits: Amila Delić

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.