Lun. Juil 15th, 2024

Par Lé Bonneau 

Entre records de chaleur et sortie de l’enflammée troisième saison de La chronique des Bridgerton, le printemps nous aura donné chaud cette année. Cette réalisation soulève cependant un questionnement chez moi : la saison trois de Bridgerton, serait-elle plus chaude que la canicule ? C’est cet intéressant, quoiqu’improbable, duel que j’aurai la chance d’arbitrer dans les prochaines lignes.  

Pour Patrick l’étoile de mer — porte-parole officiel des personnes vivant sous une roche — et toute autre personne qui ne connaîtrait pas La chronique des Bridgerton, il importe de comprendre la portée de cette série télévisée. Diffusée par Netflix et produite par Shonda Rhimes, la troisième saison de Bridgerton est sortie en deux parties les 16 mai et 13 juin derniers après plus de deux ans d’attente. Adaptée d’une série de livres homonyme, on y suit les Bridgerton, une famille d’aristocrates, lors de la saison des mariages à Londres au début du 19e siècle. Romance, potins et extravagance sont au rendez-vous.  

Dire que les deux premières saisons de La chronique des Bridgerton furent un succès relève de l’euphémisme. En effet, la série occupe une place de choix dans le palmarès des séries Netflix les plus populaires de l’histoire de la plateforme.  

Bref, c’est incroyablement bon. Allez l’écouter, si ce n’est pas déjà fait, la suite de l’article peut attendre.  

Que le duel commence 

Il est assez simple de quantifier la chaleur d’une canicule. Les données sont précises, les indicateurs justes. Mais comment mesurer la chaleur d’une série télévisée ? Est-elle chaude à cause des scènes qu’elle présente ? Est-ce qu’il vaut mieux s’intéresser à la fièvre qu’elle produit ? Allons-y pour toutes ces réponses !  

D’abord, la série fait jaser en raison de ses scènes épicées. La saison trois ne fait pas exception à la règle et les attentes à ce niveau étaient élevées. Les réseaux sociaux et médias de divertissements rapportaient des rumeurs comme quoi les contrats des interprètes du couple à l’honneur cette saison, Nicola Coughlan (Penelope Featherington) et Luke Newton (Colin Bridgerton), étaient munis d’une clause leur donnant accès à une version PG-13 de la série. Ensuite, une tendance a enflammé les communautés admiratrices de la série : activer l’audiodescription afin d’augmenter la température d’un cran.  

Puisque ce réchauffement climatique à la Bridgerton n’est la source d’aucune écoanxiété, cette manche est remportée par la série.  

Bridgerton1 : Canicule 0. 

La fièvre se propage en ligne 

Sur toutes les lèvres depuis quelque temps, la série a atteint la première place du palmarès mondial de Netflix dès la première semaine de sa sortie avec 28 millions d’écoutes. Mais ce n’est pas seulement sur la plateforme de streaming que l’on entend parler des Bridgerton. En effet, les réseaux sociaux croulent de vidéos à propos de la série. Analyses de scènes ; montages — aussi connus sous le terme fanedits ; comparatifs avec les livres ; théories ; mèmes ; critiques… Les réactions à Bridgerton sont multiples et fort divertissantes. 

Je l’ai dit plus tôt, les indicateurs de canicules sont clairs et en matière de tendances web, les données parlent aussi. Sur Tik Tok, le mot-clic Bridgerton est rattaché à 2.4 millions de publications en date du 19 octobre et à plus d’un million de publications sur Instagram. Le mot-clic « polin » faisant référence au couple phare de cette saison récolte quant à lui 130.3 k publications. 

C’est cette communauté en ligne qui fait d’autant plus apprécier cette troisième saison, qui lui permet de vivre au-delà des huit épisodes qu’elle propose. Mention spéciale à toutes les hypothèses concernant la suite des choses. Étant une adepte de la série qui n’a jamais lu les livres, je m’abreuve de ces hypothèses.  

Vous me direz qu’au niveau de la couverture, la canicule n’est pas en reste. Que partout où nous allons lors d’une canicule nous pourrons discuter, nous valider et nous comprendre mutuellement dans les aléas de cette chaleur intense. Cependant, est-ce que cette réalité s’étend à plus de 90 pays ? Est-ce que la canicule est une source inépuisable de contenu ? Je ne crois pas.  

2-0 Bridgerton.  

Critiques vives 

Cette saison de La Chronique des Bridgerton fut appréciée, certes, mais elle fut aussi critiquée. Les admirateurs des saisons précédentes ont souligné certaines ruptures entre cette saison et les précédentes. On y trouvait effectivement plus d’anachronisme et un langage moins soutenu. Certaines personnes sont déçues de la présence du couple principal dans la série : tout le monde veut plus de polin. Ces ruptures suivent un changement au niveau de la scénarisation. En effet, Chris Van Dusen, créateur de la série, a laissé la place à Jess Brownell qui signait sa première saison de La chronique des Bridgerton.  

Ici, je n’ai d’autres choix que d’octroyer le point à la canicule. Avec les changements climatiques, les records de chaleurs se manifestent sans surprises et en continuité avec les années précédentes. Pour sa part, cette nouvelle saison de Bridgerton était assurément surprenante. 

Bridgerton2 — Canicule 1 

Friandises glacées 

Dans cette atmosphère bouillonnante, je tiens à rappeler un bon vieux truc de canicule : les popsicles. J’adore ces friandises glacées lors des chaleurs intenses pour l’optimisme et la fraîcheur qu’elles m’insufflent. Ce n’est pas seulement la canicule qui fut agrémentée de ces popsicles, c’est aussi mon écoute de La chronique des Bridgerton. C’est la légèreté et la force de la famille Featherington qui m’a fait le plus de bien lors de mon écoute. Des personnages qui ont été démonisés par le passé, mais qui deviennent de plus en plus attachants et pertinents.  

Ayant remporté deux manches sur trois, je peux officiellement annoncer que la saison trois de La chronique des Bridgerton est plus chaude que la canicule. Cette troisième saison a gagné la bataille, mais qu’en sera-t-il pour la guerre ? D’autres duels sont à l’horizon avec une quatrième saison déjà en préparation et un réchauffement climatique promettant de nouveaux records de chaleur. 


Source: Netflix

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.