Mer. Juil 24th, 2024

Par Barbara Aboagye 

En tant que chercheurs, nous nous retrouvons souvent à mener des expériences et à traiter des concepts complexes qui sont généralement partagés au sein de nos groupes de recherche ou simplement de la communauté scientifique. Cependant, notre but ultime est de rendre le monde meilleur grâce à nos efforts scientifiques. Alors, pourquoi est-il souvent difficile de partager notre travail avec un public plus large? 

La vérité est que, en tant que personnes chercheuses, nous nous concentrons uniquement sur la rédaction d’articles scientifiques adaptés à un public spécifique, généralement des collègues experts dans notre domaine. Bien que cela soit très important pour faire progresser les connaissances scientifiques, cela tend à créer un fossé entre la communauté scientifique et le grand public. C’est là que la communication scientifique entre en jeu. En communiquant efficacement notre science, nous pouvons combler cette lacune et nous engager auprès d’un public plus large. 

Un problème scientifique 

Considérez l’extrait suivant comme exemple de communication d’informations scientifiques complexes : 

« Le béton, s’il était considéré comme un pays, se classerait au troisième rang des producteurs de dioxyde de carbone, contribuant au changement climatique et nuisant à l’environnement et aux humains. Cependant, le principal coupable est lors de la production de l’un de ses ingrédients clés : le ciment. Malheureusement, l’utilisation du ciment dans le béton reste indispensable, car il fournit la résistance nécessaire à la construction contemporaine telle que les gratte-ciels, les ponts, les routes et autres. Puisque nous ne pouvons pas enlever complètement le ciment du béton, pourquoi ne pas le réduire dans une large mesure? Maintenant, cela semble risqué (effrayant même). Mais que se passe-t-il s’il est possible de conserver la résistance et la qualité du béton, tout en utilisant un minimum de ciment, ne serait-ce pas du béton? Ce serait comme faire un gâteau avec juste une pincée de farine. » 

Si je devais partager cette information avec vous dans la rue, comprendriez-vous le problème principal et comment je prévois le résoudre? Deux questions s’adressent à vous : 

  1. Quel est le problème? 
  1. Comment puis-je prévoir de le résoudre? 

Un des outils puissants qui communiquent efficacement notre science est les histoires. 

Raconter une histoire fascinante 

Les histoires captent l’attention des gens et rendent l’information mémorable. Les commérages se répandent comme une traînée de poudre parce qu’ils sont généralement communiqués à l’aide d’histoires. En encadrant l’information scientifique dans un récit convaincant, nous divertissons le public. Ces histoires devraient mettre en évidence les applications réelles et la pertinence de nos recherches ou de nos découvertes au lieu de simplement dire des faits. Il est important que nous apprenions à relier les points entre les découvertes scientifiques et l’impact sur la vie quotidienne, la société ou l’environnement. 

La communication de notre science comble le fossé entre les personnes chercheuses et le grand public. Comment communiquez-vous votre science? Y a-t-il des astuces, des conseils ou des modèles que vous utilisez? 


Crédits: Barbara Aboagye

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.