Mar. Fév 27th, 2024

Voici une nouvelle rubrique livresque que vous pourrez retrouver dans toutes les prochaines éditions du journal Le Collectif. Qu’est-ce qu’on lit ce soir? vous propose cinq suggestions d’ouvrages, plus ou moins longues, mais diversifiées pour recommencer (ou continuer!) à lire pour le plaisir.  

Comment devient-on raciste?, Ismaël Méziane 

Par Alexia Gagnon-Tremblay 

Le titre, Comment devient-on raciste?, annonce bien le sujet dont il est question dans cet ouvrage. En effet, l’auteur Ismaël Méziane traite d’un sujet plus ou moins bien connu en le décortiquant et en le rendant plus accessible pour tous. En terminant cette BD, on se voit bien la recommander autant à sa grand-mère qu’à un élève en fin de primaire. Les explications de l’auteur à travers les dialogues ne sont pas enfantines, mais vulgarisées, ce qui a pour effet d’alléger l’exploration du sujet si complexe qu’est le racisme. Outre les dialogues accrocheurs, les illustrations sont aussi un excellent support tout au long du livre. Par exemple, les émotions sont représentées par des personnages qui effraient par moment et qui bouleversent à d’autres moments. Une excellente lecture pour en apprendre plus sur le racisme, tout en délicatesse et en images.  

J’ai montré toutes mes pattes blanches et je n’en ai plus, Sylvie Laliberté 

Par Alexia Gagnon-Tremblay 

L’histoire nous est livrée par l’auteure sous la forme d’une lettre écrite à son frère décédé. Cela peut donner l’impression aux lecteurs d’être dans la tête de l’auteure et de connaître ses sentiments refoulés. Tout au long du roman, à plusieurs reprises, elle aborde, entre autres, l’enfance difficile qu’elle a partagée avec son frère, mais aussi le tabou de la maladie mentale. Il est intéressant d’explorer cette perspective, car on comprend vite que les personnes atteintes de ces maladies ne sont pas les seules à en souffrir. En effet, l’entourage et les proches subissent aussi les conséquences des maladies mentales. Ce livre touchant est empli de vulnérabilité, d’amour et d’espoir. C’est une œuvre à lire absolument pour mieux comprendre le monde de ceux qui vivent entourés et impuissants avec la maladie mentale.  

La note brisée, Jessyca David 

Par Felicia Laplante 

La note brisée nous raconte, avec une qualité d’écriture impressionnante, l’adolescence tumultueuse d’Emma. Celle-ci sera malencontreusement le premier témoin de l’accident de son rival de toujours, Liam, accident lors duquel il sera grandement blessé. Elle devra alors passer à travers ce traumatisme ainsi que son sentiment de culpabilité, tout en jonglant avec son premier contact avec l’amour. L’écrivaine décrit avec brio les différentes scènes du roman en élaborant de façon détaillée la ville de Québec. L’univers romanesque de cette métropole donne toute crédibilité aux aventures teintées d’amour de cette œuvre littéraire. Cependant, l’œuvre comporte quelques lacunes. L’intensité d’action du premier chapitre aurait pu s’étendre facilement sur deux ou trois autres, rendant la lecture difficile à suivre. Malgré tout, le livre se dévore rapidement, allant de surprise en surprise. Recommandation pour passer un bon moment !  

Montréal-Nord, Mariana Mazza 

Par Felicia Laplante 

Un livre vrai. Dès les premières lignes, Mariana Mazza nous plonge directement dans son enfance en abordant différents sujets, comme l’absence de son père biologique, l’immigration, sa culture, etc. Elle fait preuve d’une grande sensibilité et d’honnêteté à travers chacune de ces anecdotes. Ce roman nous permet de connaître plus en profondeur l’humoriste tant appréciée, donnant, par le fait même, plus de sens et de profondeur à sa personne. L’écriture très simple et l’absence d’un fil conducteur pourraient aussi être déroutantes pour certains, vu la structure plutôt décousue. Cependant, elle met en lumière, à travers son texte, Montréal-Nord, un quartier souvent mal-compris et rempli de préjugés. Elle démystifie, ligne par ligne, ces inepties en appropriant couleur et gaieté à cet endroit. Les conversations entre sa mère et elle sont touchantes, vraies. En somme, Montréal-Nord est une douce lecture où se mélangent maladroitement humour et tristesse.   

Quand notre terre touchait le ciel, Tsering Yangzom Lama 

Par Ema Holgado 

Nous vous proposons ici une avant-première. Quand notre terre touchait le ciel paraitra au Québec le 13 mars prochain et voici pourquoi il ne faut pas le manquer ! Tsering Yangzom Lama nous plonge avec talent au sein du Tibet des années 1960 où l’on suit Lhamo et sa petite sœur Tenkyi, nouvellement orphelins, dans un camp de réfugiés. Tenkyi obtient une bourse d’études pour Delhi puis se retrouve femme de ménage au Canada où elle s’occupe de Dolma, sa nièce. Tout au long de ce premier roman, la poésie de la plume de l’auteure nous raconte la culture tibétaine, mais aussi l’histoire de ce pays déchiré, à travers la vie de cette famille exilée. Doux, touchant et délicat, ce roman est une sortie du début de l’année 2023 à ne pas manquer pour voyager et en apprendre plus sur le Tibet sans clichés.  


Crédit image @Librairie Dialogues

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.