Dim. Juin 23rd, 2024

Par Charles Amyot 

C’est depuis le 25 avril 2024 que l’album posthume Pub Royal des Cowboys Fringants est disponible sur les différentes plateformes numériques. Composé de 13 titres et ayant comme thème central la mort, il rappelle à la fois le triste décès du chanteur, Karl Tremblay, et la fulgurante carrière du groupe québécois. L’auteur-compositeur Jean-François Pauzé est à l’origine de la plupart des textes chantés. 

De ces 13 morceaux, trois sont exclusivement instrumentaux : Des espoirs de cause, On fait quoi maintenant ? et Les bonnes continuations. Six pièces ont été chantées par Karl Tremblay avant que la maladie l’emporte : Bienvenue chez nous, Loulou vs Loulou, Y’est 3 heures on ferme!, La fin du show, Questions sans réponses, (re)Bienvenue chez vous. Marie-Annick Lépine est l’autrice et interprète de Cheveux blancs. On l’entend également dans Loulou vs Loulou et Merci ben (chantée aussi par Jean-François Pauzé). Ce dernier signe et chante aussi Vie et mort de Gina Pinard. Par ailleurs, la majorité de ces titres se retrouvent dans la comédie musicale Pub Royal. L’album est disponible en disque depuis le 10 mai et le sera en vinyle dès cet été. 

Des chansons à l’effigie des Cowboys  

En plus du thème de la mort qui plane dans tout l’album, Pub Royal est l’épitomé de l’ensemble des chansons du groupe québécois.  

D’une part, de sa couverture sombre avec le corbeau jusque dans sa chanson phare La fin du show, l’album traite en profondeur de cette thématique. Dans La fin du show, Karl Tremblay se dit reconnaissant de sa vie mouvementée et remplie avec les paroles. « La vie m’a gâté comme personne », chante-t-il, avant d’avouer qu’il est fatigué, que « c’est l’ombre de [lui]-même qui, sans bruit, va quitter la scène ». Nous y comprenons dès lors la profondeur des mots : bien que la vie physique du chanteur ne soit plus, elle l’est toujours dans ses chansons pour bon nombre d’auditeurs. 

D’autre part, Pub Royal reste fidèle au style rock alternatif québécois du groupe. Avec des touches folkloriques, notamment grâce au violon, sans oublier le franc-parler familier bien propre au peuple québécois, nous reconnaissons bel et bien les Cowboys Fringants. Nous devinons aussi l’arrière-pensée de remise en question du sens de la vie présente et attachée aux thématiques des Cowboys. Vers la fin de La fin du show, nous y entendons : « qu’est-ce qu’il y a à la fin du show ? C’tu cool ou c’est silence radio ? ».  

Questions sans réponses nous offre aussi une série de questions a priori humoristiques, avec un second sens toutefois important : « sais-tu vraiment de quoi sera fait l’avenir ? […] est-ce que c’est vraiment moi qui décide ? […] et pourquoi les guerres ne sont pas obsolètes ? ». Le tout, sur un air qui reste en tête, qui donne presque le goût de danser. Nous pouvons convenir que cet ultime album est un succès. 

Les auditeurs saluent Pub Royal à leur manière 

Les auditeurs ont apparemment aussi aimé le dernier album des Cowboys Fringants. Arrivant au premier rang du palmarès canadien des albums les plus écoutés sur iTunes le lendemain de sa sortie, devant le dernier opus d’une certaine Taylor Swift, Pub Royal fait assurément un hommage à la musique francophone. 

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.