Sam. Fév 24th, 2024

Marc-Alexandre Fortin 

Ah, le fameux mois de novembre. Avec ses arbres nus de feuilles, son ciel toujours mouillé et ses vents frisquets, il nous donne envie de nous enfermer près du foyer pour l’hiver. C’est durant ce même mois que les hommes à travers le monde arborent leur moustache pour la bonne cause. Movember est une organisation qui amasse des fonds chaque année pour les hommes ayant des maladies telles que le cancer de la prostate ou des testicules. Ce texte met en lumière sa mission mondiale, qui nous éclaire sur les nouveaux traitements offerts aux hommes de la planète. 

Un peu d’histoire 

L’histoire commence en 2003. Travis Garone et Luke Slattery, deux amis australiens, vont prendre une bière tranquillement, et commencent à parler de la moustache, un accessoire de mode rendu désuet. Les deux amis avaient envie de lui redonner une seconde chance. Ceux-ci se laissent donc inspirer par la mère d’un de leurs amis, qui amassait des fonds pour le cancer du sein à l’époque.  

Leur premier réflexe était donc de créer une campagne, mais cette fois-ci par rapport aux problèmes de santé masculine et du cancer de la prostate, le tout en se faisant pousser une moustache. Ils réunirent donc 30 personnes prêtes à se faire pousser une moustache. L’expérience a été répétée l’année suivante, et une somme de plus de 53 000 $ australiens a été remise à la fondation du Cancer de la prostate australienne. L’organisation du Movember était officiellement fondée. D’autres organismes de recherche se joignent au mouvement en 2005, tout comme une vingtaine d’autres pays et régions quelques années plus tard (le Canada, les États-Unis et le Royaume-Uni en sont quelques exemples). L’organisation comptait, en 2017, plus de 5 millions de personnes à travers le monde, en plus d’avoir financé 1 250 projets en santé masculine.  

Aujourd’hui, l’organisme est reconnu à travers le monde comme un chef de file en recherche sur les problèmes de santé chez les hommes. Au Canada, Movember s’est associé avec l’organisme Cancer de la prostate Canada pour ce qui est de la recherche dans le domaine. Ce même organisme est associé avec différents centres œuvrant dans la recherche sur la santé masculine, en étant lié à 65 chercheurs québécois. Ce sont 12,5 millions de dollars au Canada qui ont été investis dans le domaine grâce à Movember.  

Un de ces projets financés par Movember, dirigé par le docteur Yves Fradet du centre hospitalier universitaire de Québec, utilise un virus pour cibler les cellules cancéreuses de la prostate et les détruire. Un autre projet, celui-ci dirigé par Éric Lévesque à l’Université Laval, utilise des biomarqueurs afin de détecter les cellules cancéreuses de la prostate, et ainsi administrer le meilleur traitement au patient (Recherche financée au Québec, n. d.). Des chercheurs de l’Université de Sherbrooke ont aussi fait leur part. 

Mais pourquoi? 

Et pourquoi le cancer de la prostate en particulier? Il faut savoir que ce type de cancer, qui touche uniquement les hommes, est très fréquent. Selon le site de la société canadienne du cancer, un Canadien sur neuf recevra un diagnostic du cancer de la prostate au cours de sa vie. Heureusement, les médecins ont plusieurs ressources et types de traitement à leur disposition et, lorsque détectés à un stade précoce, la plupart des cancers de la prostate peuvent être traités avec succès. 

Mais ce n’est pas tout! Le cancer des testicules est aussi soutenu financièrement par l’organisme du Movember, d’une part en finançant la recherche dans le domaine et d’autre part en soutenant les patients ainsi que leurs proches. Encore une fois, certains traitements sont disponibles, notamment la chirurgie ou la radiothérapie. L’organisme du Movember investit aussi une partie de ses fonds en santé mentale.  

Alors, comment faire une différence?  

À l’Université de Sherbrooke (UdeS), une campagne de financement a lieu cette année durant tout le mois de novembre. Durant les 5@8 en génie au mois de novembre, la bière moustachue sera vendue en exclusivité, où une partie des profits sera remise à la fondation. Au-delà de ça, une équipe a été formée, qui regroupe toutes les personnes étudiantes, alors sentez-vous libre de vous y joindre! De plus, une rencontre aura lieu le 3 novembre à 12 h. Elle sera animée par Marie-Noelle Roy, qui s’occupe de la fondation Movember au Québec. Alors, si vous désirez vous joindre à un ou l’autre des événements, vous n’avez qu’à scanner le code QR qui est joint dans l’article. L’événement a pour but d’être inclusif, alors tout le monde est invité à participer! Et pour ceux qui le peuvent, montrez-nous votre belle moustache! 


Crédits: Marc-Alexis Fortin

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.