Mar. Avr 16th, 2024

Par Émilie Oliver 

La semaine de relâche 2024 aura vu plusieurs visiteurs de passage à Sherbrooke, en raison de la 58e édition des Jeux du Québec (JDQ). Chaque finale accueille environ 3000 athlètes provenant de 19 régions; 2500 bénévoles en plus de 800 accompagnateurs. 

Alors que les athlètes de l’Estrie se sont démarqués dans plusieurs disciplines, en plus d’inscrire l’Estrie comme étant la région la plus améliorée pour cette édition, des milliers de bénévoles travaillaient pour faire de cette finale une expérience inoubliable pour les jeunes sportifs. 

Le plaisir dans la pratique sportive 

Sabrina Bernier, passionnée des Jeux du Québec, accompagnait la délégation de l’Abitibi-Témiscamingue pour la 5e fois à Sherbrooke. Travaillant autrefois pour l’organisme Loisirs et Sports Abitibi-Témiscamingue, l’encadrement et l’accompagnement de sa délégation aux Jeux du Québec faisaient partie de son mandat professionnel. Toutefois, malgré un nouvel emploi et un déménagement hors de la région, elle demeure tout aussi attachée au concept des Jeux et s’y implique toujours. « Ce qui est extraordinaire, c’est qu’on permet aux jeunes de vivre des minis Jeux olympiques. Non seulement ils créent des souvenirs qui les marqueront à vie, mais ils créent également des amitiés dans toutes les régions québécoises. » 

Ayant participé aux JDQ à plusieurs reprises en tant qu’athlète, il n’y a aucun doute dans l’esprit de Sabrina que l’implication des bénévoles est primordiale et a un réel impact sur l’expérience vécue par les jeunes. 

Cet aspect de communauté et de plaisir est d’ailleurs mis de l’avant par le comité organisateur des Jeux, alors qu’un village des athlètes est mis sur pied. « Pour la finale à Sherbrooke, le village était au Centre des Foires. C’était un endroit que les athlètes ont vraiment apprécié, puisqu’ils pouvaient jouer à des jeux organisés, faire de nouvelles rencontres et passer du temps de qualité en compagnie de leurs coéquipiers et coéquipières. Le Centre des Foires était vraiment un bon choix. » Même si les Finales des Jeux du Québec se déroulent dans un environnement compétitif, l’aspect de plaisir dans la pratique du sport n’est toutefois pas mis de côté.  

Une journée dans la vie d’une accompagnatrice 

Pour Sabrina et les jeunes qu’elle accompagnait, c’est-à-dire les 8 athlètes en judo de l’Abitibi-Témiscamingue, une journée typique débute à 6 h 30. Les entraîneurs et les athlètes se dirigent vers la cafétéria de leur site d’hébergement pour le déjeuner. Par la même occasion, ils font également leur boite à lunch, puisqu’ils dineront sur le site de compétition. Puisque le judo est divisé par catégorie de poids, tous ne compétitionnent pas pendant les mêmes journées. Les autres suivent toutefois le groupe pour encourager leurs coéquipiers ou bien leurs amis provenant d’autres régions. Les compétitions débutent environ à 9 h 30 et se terminent à 15 h 30 et la délégation entière passe toute la journée sur le site de compétition. À la fin de la journée, les athlètes passent au vestiaire, se douchent, pour ensuite retourner au site d’hébergement, ou encore au village des athlètes, où ils peuvent passer une partie de la soirée. La journée se termine par du temps de jeu ou du temps personnel pour se préparer aux compétitions du lendemain. 

Sabrina explique son rôle comme étant la facilitation du travail de tout le monde : pendant que les entraîneurs sont occupés à assister les athlètes en compétition, les accompagnateurs supervisent les autres. Elle mentionne que les accompagnateurs sont primordiaux pour que les jeux soient plus agréables, pour tout le monde et que « tout tourne autour des jeunes, le but étant de faire en sorte que chacun vive la meilleure expérience que possible. » 

Les nuits sont courtes, explique Sabrina : « on ne dort pas beaucoup pendant une semaine, mais c’est tellement une expérience inoubliable, qu’au final, le manque de sommeil en vaut la peine. » 

Mettre sa passion du sport au profit de la communauté 

Participer à l’organisation d’une finale des Jeux du Québec, telle que la 59e édition prévue à Trois-Rivières du 25 juillet au 2 août 2025, offre une occasion unique de contribuer de manière significative à l’épanouissement des jeunes Québécois. Que ce soit en tant qu’accompagnateur, bénévole ou entraîneur, chacun peut jouer un rôle crucial dans cette expérience sportive mémorable. 

L’engagement dans le monde des Jeux du Québec ouvre un large éventail de possibilités. À partir de l’âge de 12 ans, tout le monde peut s’inscrire pour devenir bénévole. Cette initiative permet à quiconque a un intérêt pour le sport et souhaite investir du temps dans sa communauté de véritablement impacter la vie des jeunes. En effet, le simple fait de partager son expertise sportive, son enthousiasme et son temps peut avoir des répercussions positives durables, non seulement sur les participants aux jeux, mais également sur l’ensemble de la communauté. En outre, s’impliquer dans l’organisation d’un événement de cette envergure offre l’opportunité de développer des compétences précieuses telles que le travail d’équipe, le leadership et la gestion des événements, tout en créant des souvenirs inoubliables et en tissant des liens durables avec d’autres passionnés de sport. En somme, mettre sa passion du sport au service de la communauté lors des Jeux du Québec représente bien plus qu’une simple expérience : il s’agit d’une chance de contribuer activement à l’épanouissement des jeunes athlètes et de la société dans son ensemble. 

Les résultats en guise de souvenirs 

Pour la délégation de judo de l’Abitibi-Témiscamingue, l’aventure de la 58e finale des Jeux du Québec s’est terminée avec deux médailles : une médaille d’argent et une médaille de bronze. Deux victoires importantes qui agiront comme souvenirs et qui rappelleront à tout jamais au petit groupe l’expérience inoubliable qu’ils ont vécue. 


Source: JDQ Marc-André Primeau

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.

Cheffe de pupitre SPORTS ET BIEN-ÊTRE pour le Journal Le Collectif | Site web