Mer. Avr 24th, 2024

Par Salomé Leuliette 

La politique municipale n’aura jamais autant fait parler au Québec que dans la dernière année. Les démissions de conseillers ou de maires, les arrêts maladie ou même seulement l’ambiance des différents hôtels de ville sont au cœur de l’actualité. 

Le chiffre est fort, mais depuis les élections municipales de 2021, près d’un élu sur 10 a démissionné de son poste de conseiller municipal. Cela pose des questions sur les nouveaux enjeux que vivent nos représentants municipaux.  

Les réseaux sociaux accentuent la proximité, tandis que l’envie que les problèmes soient réglés le plus rapidement possible se fait sentir. Tout cela peut les plonger dans une situation complexe. Mais il y a également de nombreuses situations de conflits interpersonnels qui pourraient être réglées à l’interne qui, malheureusement, finissent exposées au public, ce qui accentue les différends. 

Démission de la mairesse France Bélisle à Gatineau  

Le 23 février dernier, France Bélisle, la mairesse de Gatineau, a annoncé sa démission lors d’une conférence de presse. La mairesse indépendante a été élue en 2021 durant les élections qui avaient été, pour certains, un véritable renouveau du monde municipal. Elle justifie son abdication par sa volonté de préservation de sa santé physique et mentale, mais également pour se distancier d’un climat qu’elle considère comme nocif.  

Gatineau, quatrième plus grande ville du Québec, devra donc organiser des élections partielles. En attendant, la suppléance de la mairie sera assurée par Daniel Champagne, membre du comité exécutif de la ville. 

Climat toxique à Québec et à Lévis  

Le climat à Québec est lui aussi tendu, depuis les dernières semaines. Alicia Despins a porté plainte à la Commission municipale du Québec pour dénoncer un climat toxique au sein de l’Hôtel de Ville. La plainte désigne plus particulièrement Clément Laberge, chef de cabinet du maire Marchand. Selon elle, celui dernier n’arrive pas à maintenir un climat sain pour les élus et les membres du personnel de la ville. Elle lui aurait signalé plusieurs évènements depuis avril 2022 sans réaction de sa part. 

Elle fait remarquer qu’une altercation entre deux conseillers dans les couloirs de l’Hôtel de Ville, le 6 février dernier, aurait été l’élément déclencheur quant à sa plainte. L’équipe du maire n’a pas souhaité réagir. 

La situation est similaire de l’autre côté du fleuve, à Lévis, où le conseiller du district du Christ-Roi, Alexandre Fallu, a lui aussi dénoncé un climat toxique dans les dernières semaines. Le maire, Gilles Lehouillier, dément le climat toxique, mais admet que certains échanges peuvent manquer de civilité. 

Catherine Fournier réagit 

Dans les jours suivants tous ces évènements, la mairesse de Longueuil a souhaité réagir. Elle s’est dite particulièrement sollicitée en rapport à sa position de jeune mairesse. Elle a assuré que même si tout semble aller mal au municipal, elle et son équipe se portent très bien.  

Elle affirme néanmoins que pour qu’un hôtel de ville fonctionne bien, il faut une communication saine entre chacun, mais également que le gouvernement provincial soit plus à l’écoute des nouvelles réalités municipales. C’est une période sombre pour le municipal, mais peut-être la lumière est-elle plus proche que l’on pense? 


Source: Wikimedia Commons

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.