Mar. Mar 21st, 2023

Par Josiane Demers 

Considérons-le comme dit, on a un hiver décevant, faute d’utiliser d’autres termes disgracieux. Tempête de neige, froid glacial, pluie, repeat! Nos activités sportives hivernales préférées sont rarement praticables avec tous ces aléas météorologiques. Ne vous inquiétez pas, Le Collectif, tel un vaillant chevalier, est là pour vous. Voici une liste de documentaires sportifs qui risquent de provoquer des rires, des réflexions et parfois même des larmes.  

On ne sait pas vous, mais nous, des histoires de persévérance, de défis réussis, de victoires d’un underdog, ou encore de défaites crève-cœur, ça nous titille quelque peu. Jurez-moi que vous n’avez jamais pleuré en regardant les Olympiques ? Vous en êtes incapables : avouez ! 

En plus, février est le mois de l’histoire des Noirs et plusieurs de ces documentaires présentent des athlètes afro-canadiens et afro-américains de renom.  

Bill Russell: Legend 

Michael Jordan, Magic Johnson, Lebron James, ces noms sont tous connus du grand public. Que vous soyez amateur ou amatrice de basketball ou non, ces hommes sont maintenant des légendes qui transcendent le sport. Toutefois, avant eux, il y avait Bill Russell, cet athlète né en 1934 à Monroe en Louisiane, qui leur a ouvert la voie.  

C’est dans un documentaire en deux parties réalisé par Sam Pollard (Sami Davis Jr: I’ve gotta be me, MLK/FBI) que Netflix nous permet de découvrir le parcours de cet ancien joueur des Celtics de Boston. Le travail de recherche pour trouver les archives auxquelles les spectateurs ont maintenant accès a certainement été colossal et vaut le détour. On en apprend beaucoup sur ses débuts à l’Université de San Francisco et sa carrière dans la National Basketball Association (NBA). On aborde aussi son rapport à son plus grand adversaire, Will Chamberlain.  

Il faut savoir que Bill Russell a été l’un des meilleurs joueurs de basketball de son époque, mais a été très impliqué dans la cause des droits civiques aux États-Unis. Victime de racisme et de discrimination durant sa carrière, il a été un activiste impliqué. Il a même assisté au discours de Martin Luther King, I have a dream, et a supporté la décision de Mohammed Ali de ne pas aller se battre au Vietnam. Il s’agit là d’évènements historiques. C’est l’une des raisons pour lesquelles ce documentaire est si intéressant. On y découvre l’humain engagé, au-delà du sport.  

Full Swing 

Bon, écoutez, on voudrait bien « tripper » sur le golf, mais ce n’est pas notre cas. Toutefois, depuis le 15 février, les personnes amatrices de ce sport (et celles plutôt neutres comme nous) peuvent en apprendre plus sur la vie professionnelle et personnelle des golfeurs de la Professional Golf Association (PGA).  

Le documentaire Full Swing est tout le contraire d’un match de golf. Il y a de l’action et on a accès aux coulisses du PGA Tour. L’organisation a donné un accès exclusif aux réalisateurs de Netflix, aussi responsables de la sortie de Formula 1: Drive To Survive. L’objectif ? Donner un second souffle à ce sport en perte de popularité, alors que la PGA est à la recherche de figures aussi inspirantes que Tiger Wood l’a été. La ligue cherche à conserver ses lettres de noblesse avec l’avenue d’une ligue professionnelle dissidente financée par les Saoudiens.  

Si nous exagérions un peu, nous dirions que ce documentaire se rapproche d’un téléroman savon américain. En effet, les jeux de pouvoir dans les coulisses sont fascinants et risquent de vous divertir amplement.  

Break Point 

Toujours sur Netflix, la première partie de Break Point comportant cinq épisodes suit le parcours des jeunes joueurs les plus prometteurs sur le circuit de tennis professionnel masculin (ATP) et féminin (WTA). C’est pendant le tournoi d’Indian Wells, soit l’Australian open de 2022, que l’on peut suivre ces athlètes.  

L’accès est tel qu’on ressent le stress, la peur, les angoisses, la pression, mais aussi les joies et les succès des joueurs et des joueuses. Je ne sais pas pour vous, mais nous, lorsqu’on voit des athlètes canadiens, on devient tout à coup très patriotique. Si c’est votre cas, vous serez servi parce que le cinquième épisode porte sur Félix Auger-Aliassime, qui s’est hissé au 6e rang du classement l’an dernier et qui s’est taillé une place pour les finales de l’ATP l’an dernier à Turin en Italie. On y décortique également sa relation avec Toni Nadal, oncle de Rafael Nadal, qui s’est joint à son équipe de conseillers.  

Les 5 épisodes sont fascinants. On suit également, entres autres, le nouveau bad boy du tennis, Nick Kyrgios, qui se confit sur la pression du sport en plus de suivre Paula Badosa qui veut grimper au classement de la WTA. Voici le commentaire féministe de la journée, attention ça s’en vient… enfin, on suit des femmes ! 

Des fictions québécoises en prime 

C’est bien beau les documentaires, mais parfois on a envie de fiction et c’est encore mieux lorsque c’est créé et produit au Québec et en français. Si c’est votre cas , Le Collectif vous suggère fortement de vous rendre sur Noovo.ca pour regarder Virage et Virage: double faute

Virage, sorti l’an dernier, revient sur l’histoire d’une patineuse de vitesse en fin de carrière qui vit une rupture amoureuse en plus de devoir faire le deuil de son sport, n’ayant pas obtenu des résultats satisfaisants aux derniers Jeux olympiques (JO). L’histoire est basée sur l’athlète Marianne St-Gelais, que l’on a découvert en 2010, aux JO de Vancouver.  

Virage : Double Faute s’attarde plutôt à un joueur de tennis qui n’est pas au maximum de sa forme et qui n’a jamais été en mesure d’atteindre son plein potentiel. On y aborde beaucoup la santé mentale et la pression que la famille peut imposer à un athlète. Louis Morissette et Éric Bruneau se donnent brillamment la réplique dans cette œuvre touchante qui fait réfléchir.  


Crédit image @Pexels

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.

Cheffe de pupitre SOCIÉTÉ, auparavant rédactrice en chef (2021-2022) et cheffe de pupitre SPORT ET BIEN-ÊTRE pour le journal Le Collectif

Étudiante à l’école de politique appliquée avec un cheminement en relations internationales à l’Université de Sherbrooke, Josiane Demers a également suivi des cours en communication. Impliquée au journal Le Collectif depuis le début de son parcours académique, elle est passée de collaboratrice à cheffe de pupitre de la section Sport et bien-être, pour ensuite devenir rédactrice en chef du périodique.
Passionnée de culture, de sports et d’actualité internationale, elle a plus d’une corde à son arc.

Josiane cède la relève de la rédaction en chef à nos dévoués Victor Dionne et Sarah Gendreau Simoneau en août 2022 avant de quitter le Québec pour une session à l'étranger! À son retour à l'hiver 2023, Josiane entreprend de renouer avec son amour pour le journal, cette fois au poste de cheffe de pupitre SOCIÉTÉ. Rebienvenue dans l'équipe, Josiane!