Mar. Déc 5th, 2023

Par Émilie Oliver 

Alors que la fin de session approche à grands pas, certains peuvent se laisser avoir par les pièges de la procrastination, ou même devoir rattraper un retard accumulé pendant les semaines précédentes. Le temps étant notre ressource la plus précieuse, il importe de savoir comment faire pour optimiser sa productivité, sans toutefois que cette quête devienne une obsession.  

Utiliser la technique Pomodoro pour maximiser la concentration avec des intervalles de travail 

La technique Pomodoro est souvent mise de l’avant par les experts de la productivité. Cette dernière, basée sur des études portant sur l’efficacité du cerveau à se concentrer pour de longues périodes, met de l’avant l’importance de segmenter les périodes de travail. La science rapporte que selon la capacité de concentration de chacun, trois types de périodes de concentration sont à prioriser : les périodes de 25 minutes, suivies d’une pause de 5 minutes; les périodes de 50 minutes, suivies d’une pause de 10 minutes, alors que, pour les longues tâches, des périodes de trois heures, suivies d’une pause d’une heure sont recommandées. Cette méthode favorise une productivité accrue en segmentant le temps de travail. Bien qu’elles puissent parfois sembler contre-productives, les périodes de pauses permettent un repos partiel du cerveau, qui renforcera ensuite la concentration lors du retour à la tâche.  

Planifier chaque jour de manière réaliste  

Plusieurs diront que la clé du succès réside dans la création d’une liste de tâches quotidiennes à effectuer. Cela dit, certaines exceptions sont à noter. Il est important d’établir les priorités, mais également de garder en tête l’aspect réaliste des tâches à accomplir. Une liste de 25 tâches à faire est vouée à l’échec par manque de temps. Au contraire, se donner seulement trois tâches à faire pendant une journée pourrait engendrer une productivité réduite par manque de défi lors de la journée.  

Pour chaque jour, il est essentiel de se fixer un objectif à atteindre qui sera le résultat des tâches accomplies. Il est donc facile d’assurer un suivi de ce qui a été accompli pendant la journée : est-ce que l’objectif initial a été atteint? Sinon, pourquoi? 

Pour éviter la procrastination, il peut aussi être efficace de mettre de l’avant une liste limitée de tâches prioritaires. Selon les experts, cette liste devrait contenir entre trois et cinq tâches qui doivent être accomplies avant tout. 

Trouver l’outil de gestion du temps qui convient le mieux à sa réalité 

Des applications de gestion du temps telles que Trello, Todoist ou même Asana offrent une plateforme pour organiser, suivre et hiérarchiser les tâches. Ces outils facilitent la planification et la gestion des projets, améliorant ainsi l’efficacité. Toutefois, bien que plusieurs outils soient gratuitement à la disposition des consommateurs, ils ne conviennent pas tous à la réalité de chacun. Parfois, une liste remplie à la main et mise à jour selon l’avancement quotidien est plus efficace que les logiciels. Il importe donc de tester quelques méthodes et de statuer sur celle qui vous convient le mieux.  

Regrouper les tâches similaires pour limiter les pertes de temps 

Regrouper les tâches similaires permet de minimiser les pertes de temps dues aux transitions fréquentes entre différentes activités. Cette approche favorise une meilleure concentration et une exécution plus fluide des tâches. À l’image d’une chaîne de montage, il est possible de planifier la journée de manière à ce que les tâches similaires puissent être faites les unes après les autres. Dans un contexte académique, il peut également être pertinent de regrouper les travaux d’un seul cours dans un bloc de concentration, par exemple. De cette manière, il est possible d’être complètement immergé dans la matière et de consolider sa compréhension du contenu vu en classe, un cours à la fois.  

Créer un environnement propice à la concentration 

Sans que cela passe par un bureau pouvant coûter des centaines de dollars, il est primordial de travailler dans un environnement qui est propice à la concentration. Naturellement, l’esprit se tourne plus facilement vers la concentration lorsque l’espace de travail est propre, bien éclairé et dénudé de tout superflu. Alors que certains préfèrent travailler en plein air, le café du coin, avec son ambiance réconfortante et ses effluves inspirants, peut être un excellent endroit pour atteindre son plein potentiel cognitif. Évidemment, éliminer les notifications inutiles et créer un espace de travail calme contribue à minimiser les interruptions et à favoriser un travail plus efficace. En cas de besoin, une paire d’écouteurs réduisant le bruit ambiant peut également devenir un outil favorisant la concentration.  

Gagner du temps avec l’automatisation 

L’utilisation d’outils ou de scripts pour automatiser les tâches simples et répétitives est un gain de temps considérable. Pensons notamment aux rappels de tâches quotidiennes, telles que les habitudes routinières, ou même aux signatures de courriel automatiques, qui, une fois bien mises en place, peuvent changer la vie de ceux qui prennent le temps de s’y intéresser. 

Créer une routine en commençant la journée 

Tout comme dans le sport, le cerveau développe une mémoire musculaire qui peut enclencher un état d’esprit de concentration. En adoptant une routine bien établie et en la respectant tous les jours, le cerveau comprend qu’il est l’heure de se mettre au travail. Par exemple, avant de s’asseoir pour une routine d’étude, on peut se préparer un café, mettre un certain type de musique qui incite à la concentration, commencer à planifier les tâches de la journée, répondre à tous ses courriels et ensuite commencer les tâches de la journée. 

Cette routine, si correctement effectuée tous les jours, entraînera au fil du temps automatiquement un état de concentration accru. 

Utiliser la ludification si possible 

La ludification, autrement connue sous le nom de « Gamification » dans le domaine du marketing a fait ses preuves en tant qu’élément motivateur pour atteindre un comportement désiré. Attribuer un certain nombre de points à une tâche selon sa complexité, par exemple, est une bonne manière de se pousser à atteindre la plus grande productivité possible. L’objectif final pourrait être d’obtenir le plus de points possible à la fin de la semaine et comparer une semaine à une autre, pour garder un œil sur sa productivité générale au fil du temps. Autrement dit, il est toujours plus facile de faire quelque chose quand il y a une récompense à la fin, ou lorsque la tâche devient plaisante! 


Source: Pexels

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.