Dim. Déc 3rd, 2023

Par Alexandre Ménard 

Le dernier dirigeant de l’Union soviétique, Mikhaïl Gorbatchev, est mort des suites d’une longue maladie, le 30 août à l’âge de 91 ans. 

Le père de la perestoîka (restructuration) et de la glasnot (transparence), l’artisan du rapprochement Est-Ouest, mais également celui qui est perçu dans son pays comme le responsable de la chute de l’Union soviétique a été un acteur majeur de l’histoire du XXe siècle.  

L’Homme de paix de l’Occident   

Dans l’Occident, Mikhaïl Gorbatchev est celui dont on se souvient pour les accords de désarmement nucléaire de 1987 mettant fin à la course à l’armement entre l’Union soviétique et les États-Unis. En 1990, il obtient le prix Nobel de la paix pour avoir mis fin à la guerre froide pacifiquement. Il est également associé au retrait des troupes soviétiques d’Afghanistan après 10 ans d’occupation. Il ne faut donc pas s’étonner que l’annonce de sa mort donne lieu à de vibrants hommages de la part de dirigeants occidentaux.  

Le président américain Joe Biden le décrit comme un « leader rare » qui a permis « un monde plus sûr ». De son côté, le président français, Emmanuel Macron, a évoqué « un homme de paix dont les choix ont ouvert un chemin de liberté aux Russes. ». L’ex-chancelière allemande Angela Merkel a quant à elle mentionné qu’« il a montré par l’exemple comment un seul homme d’État peut changer le monde pour le mieux. Mikhaïl Gorbatchev a également changé ma vie de manière fondamentale. Je ne l’oublierai jamais ». L’ancien premier ministre canadien en poste lors de la dislocation de l’Union soviétique, Brian Mulroney, se rappelle Gorbatchev comme « un grand homme ». Le premier ministre canadien actuel, Justin Trudeau, a quant à lui évoqué « l’héritage important » de l’ancien dirigeant soviétique.  

Un homme historique, mais pas populaire  

Du côté de la Russie, et plus précisément du côté du Kremlin, les autorités ont reconnu l’impact de Gorbatchev sur l’histoire du monde tout en mesurant leurs propos. « Mikhaïl Gorbatchev est un politicien et un homme d’État qui a eu une grande influence sur l’évolution de l’Histoire du monde », soutient le chef du Kremlin, Vladimir Poutine. Les hommages mesurés de la Russie sont perceptibles également par l’absence de ce dernier aux funérailles de l’ultime chef soviétique, expliquant avoir un « emploi du temps chargé ». L’absence de jour de deuil national est aussi frappante.  

Plusieurs Russes tiennent Mikhaïl Gorbatchev responsable de l’effondrement de l’Union soviétique et des années de misère que le peuple russe a subies à la suite de son effondrement. Cela peut expliquer en partie sa faible popularité en Russie.  

Chose certaine, celui qui a dirigé l’Union soviétique de 1985 à 1991 a marqué l’histoire à sa façon. Dmitri Mouratov, prix Nobel de la paix en 2021, a défini de la meilleure manière possible l’action politique de Gorbatchev en disant qu’« il a pu changer le monde, mais il n’a pas pu changer son propre pays ». 


Crédit photo @Alexander Zemlianichenko

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.