Sam. Avr 13th, 2024

Par Claudia Fortin  

Après le départ pressenti de la cheffe du Parti libéral du Québec (PLQ) Dominique Anglade, la formation politique a désigné le député de LaFontaine Marc Tanguay comme chef intérimaire. Pour l’instant, les députés André Fortin et Monsef Derraji songent à tenter leur chance afin d’accéder aux rênes du parti.  

« Le Québec a besoin d’une opposition officielle forte et déterminée. Avec tout le talent et la fougue qu’on te connaît, je sais que tu donneras le meilleur de toi-même pour le [Parti libéral du Québec] et les Québécois », a déclaré Dominique Anglade sur Twitter après la nomination de Marc Tanguay. C’est sans surprise que l’un des derniers vétérans du caucus libéral a accédé à la direction intérimaire du parti. Le député de LaFontaine dit souhaiter une « relance du PLQ » en conciliant les idées des militants ainsi que les valeurs traditionnelles du parti.  

Une lutte à la chefferie annoncée tendue  

Malgré ces remaniements au sein de la formation politique, les eaux troubles continuent de remuer le caucus libéral puisque le nouveau chef de l’opposition officielle semble, lui aussi, vouloir se tailler une place dans la course au leadership. Lors d’une conférence de presse, le député André Fortin a soulevé l’incompatibilité entre les rôles de chef intérimaire et de chef permanent. « On a besoin d’amener le parti ailleurs et malheureusement, un chef intérimaire n’a pas ce pouvoir-là. [Il] est menotté dans son rôle », a expliqué le député de Pontiac, qui ne ferme pas la porte à une candidature pour la chefferie. 

Pour l’instant, les règles du parti permettent à un chef intérimaire de poser sa candidature pour accéder à la direction de la formation politique. Une situation qui est loin de faire l’unanimité au sein du caucus. Le député Marc Tanguay souligne qu’il se prononcera sur ses intentions une fois que les règlements officiels entourant les procédures de la course à la chefferie seront dévoilés.  

Mis à part l’ouverture du député André Fortin et du chef par intérim Marc Tanguay, d’autres personnes ont manifesté leur intérêt concernant la direction du parti. Le député de Nelligan, Monsef Derraji, attend lui aussi la publication des règlements avant de se prononcer sur ses intentions. Le député fédéral dans Louis-Hébert, Joël Lightbound, laisse entendre qu’il considérait également la direction du PLQ.  

Marie-Claude Nichols refuse la main tendue du leader libéral  

Le possible retour de la députée exclue par Dominique Anglade, Marie-Claude Nichols, se dessinait comme la première mission confiée à Marc Tanguay. Cette dernière a cependant refusé l’ouverture proposée par le chef par intérim, préférant attendre le résultat de la course à la chefferie avant de prendre une décision définitive. Il s’est mis dans l’eau chaude en tentant une proposition pour la troisième vice-présidence en alternance avec le député de Viau, Frantz Benjamin. Ce dernier, présentement en réflexion sur son avenir politique, n’a pas été avisé de l’initiative, ce qui augmente la discorde chez l’opposition officielle.  


Crédit image @Twitter

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.