Mer. Mai 22nd, 2024

Par Hélène Gingras

C’est le 24 mars dernier qu’a eu lieu l’inauguration de l’Usine-école Siboire à l’Université de Sherbrooke (UdeS). C’est au Studio de création — Fondation Huguette et Jean-Louis Fontaine — que se déroule ce projet, unique au pays, d’apprentissages en procédés brassicoles.

Qu’est-ce que l’Usine-École Siboire

Dans les années 2000, le groupe SherBroue avait commencé à brasser de la bière à la Faculté de génie. Quelque temps plus tard, cette idée « d’une usine à l’école » a commencé à naitre au sein du groupe. Toutefois, aucun local adapté à ce projet d’envergure n’existait dans ces années-là. Pratiquement au même moment, le Studio de création était en train de se développer sur papier. Maintenant, après huit ans de conception, l’Usine-École occupe une superficie de 180 mètres carrés au sein du Studio de création. L’installation regroupe des équipements de production ainsi que des laboratoires qui permettent d’effectuer des tests. Des procédés de microbrassage et également de microdistillation peuvent se faire avec ces équipements. D’ailleurs, cette installation est la plus importante au pays.

La microbrasserie Siboire s’implique indéniablement dans ce projet en investissant plus de 1 M$ en équipement et en matières premières sur une période de 15 ans. Les copropriétaires, Jonathan Gaudreault et Pierre-Olivier Boily, sont enthousiastes à redonner à la communauté qui leur a permis de se développer pendant leur passage à SherBroue.

Ce projet prend la forme d’un organisme à but non lucratif (OBNL) avec un Conseil d’administration diversifié formé, notamment, de personnes externes, étudiantes et membres du corps professoral. L’objectif de l’Usine-école est d’offrir des activités pédagogiques et des recherches enrichissantes pour la communauté de l’Université de Sherbrooke. Afin d’atteindre ses objectifs de rentabilité, l’Usine-école envisage de vendre les boissons produites lors des activités sociales du campus.

Un projet pour tous

L’Usine-École est un projet entrepreneurial qui attire des profils variés. Une étudiante en génie peut renforcer ses apprentissages en procédés brassicoles autant qu’un étudiant de la Faculté d’éducation peut lancer une campagne de sensibilisation sur la consommation responsable. Qu’on soit étudiant de n’importe quelle faculté, les différents talents et connaissances sont accueillis dans ce projet.

Effectivement, ce contexte entrepreneurial permet aux personnes étudiantes de mettre en pratique leurs connaissances théoriques. Comme l’a indiqué Joël Sirois, professeur au Département de génie chimique et de génie biotechnique, les personnes étudiantes vivront la réalité des défis d’une entreprise et seront probablement confrontées à des défis de production et des échecs qu’elles devront surmonter.


Crédit image @Michel Caron

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.