Sam. Fév 24th, 2024

Par Léa Béliveau  

C’est en 2013 que l’École de gestion a revu ses orientations stratégiques afin de marquer un tournant dans son enseignement. En effet, la gestion responsable est venue prendre une place importante dans l’enseignement des cours auprès de la faculté.  

C’est ainsi, avec le renouvellement du baccalauréat en administration des affaires (BAA), que la Pre Isabelle Letourneau en a profité pour créer, dans la formation obligatoire du BAA, un cours de gestion responsable. En effet, le cours de 45 heures Moi, gestionnaire socialement responsable arrime les théories de la gestion responsable dans le cadre de l’approche par mandat auprès de la collectivité.  

La gestion responsable  

L’apprentissage de la gestion responsable se fait plus facilement dans l’approche appliquée que propose l’Université depuis quelques années. Tel que le mentionne la Pre Létourneau sur le site internet de l’Université de Sherbrooke (UdeS) : « On veut donner aux étudiantes et étudiants le gout d’un avenir commun. Ce n’est pas en leur faisant peur avec des discours catastrophiques qu’on en fera de bons et de bonnes gestionnaires. Au contraire, c’est en leur montrant des initiatives qui fonctionnent et des outils à mettre en œuvre dans leurs pratiques de gestion. »  

Que ce soit dans le cadre des enseignements ou dans les associations étudiantes, la gestion responsable est devenue une orientation importante au cœur de l’École de gestion. Avec les années, de nombreux cours, que ce soit au premier, au deuxième ou au troisième cycle, se sont créés afin d’étudier cette nouvelle discipline. L’arrivée de la gestion responsable dans le cadre scolaire tend aussi à répondre d’une meilleure façon aux nouveaux enjeux sociétaux qui changent ainsi le marché du travail.  

Ainsi, l’Université de Sherbrooke se taille une place de forte pionnière en ce qui a trait à l’enseignement appliqué au centre des réalités du marché du travail. En formant ces gestionnaires de demain, la formation offerte à l’UdeS permet aussi de contribuer à la collectivité par divers projets. En effet, certains cours possèdent une formation qui permet de jumeler des personnes étudiantes avec des organisations de la région. Cette collaboration permet de contribuer à la communauté sherbrookoise et ainsi d’offrir une formation plus appliquée pour les personnes étudiantes. C’est ainsi, dans le cadre du programme d’intervention à la communauté (PIC), que la formation de la gestion responsable est soutenue et y évolue. Enfin, c’est plus de 1 917 personnes étudiantes qui ont contribué à la gestion responsable de 155 organisations partenaires sur plus de 356 mandats. 


Crédits: Mathieu Lanthier

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.

Cheffe de pupitre CAMPUS pour le journal Le Collectif

Naviguant entre la politique économique et le droit fiscal, Léa, candidate au Diplôme d’études supérieures spécialisées de 2e cycle en droit et politique appliqués de l’État (DPAE), affectionne la loi de l’impôt et les politiques fiscales.

Auxiliaire de recherche à la Chaire en fiscalité et finance publique (CFFP), Léa doit se tenir à l’affut des dernières nouvelles en ce qui concerne les enjeux fiscaux et les finances publiques, autant sur la scène nationale qu’internationale. Amoureuse de son campus et de ce que la vie étudiante à offrir, elle adore tenir la communauté étudiante au courant de ses dernières découvertes.

Cheffe de pupitre pour la section CAMPUS, Léa se donne pour mission d’informer les personnes étudiantes et de leur divulguer les dernières réussites académiques, les nouvelles découvertes scientifiques et les activités dont regorge le campus.