Sam. Fév 24th, 2024

Pierre-Nicolas Bastida Tousignant 

La célébration de l’Oktoberfest de Sherbrooke est un événement organisé par la communauté étudiante, pour la communauté étudiante. La 21e édition de cette soirée bavaroise de l’Estrie a eu lieu le 7 octobre dernier. Une soirée forte en émotions et rassembleuse d’étudiants venus de partout en province. L’exécution, d’un point de vue organisationnel, pourrait être comparée à une pièce de théâtre exécutée avec précision et finesse. Mais qu’en est-il pour nos collègues qui ont organisé l’événement en rapport avec la soirée que nous avons vécue? 

Une entrevue avec des membres clés du Comité organisateur (CO) a permis de mieux capter ce que représente l’organisation d’un tel événement en matière de temps et de ressources. La présidente du CO, Alicia Jalbert-Tyroler, a partagé qu’en moyenne, les 40 membres du comité ont investi au plus 600 heures chacun. Elle a aussi raconté que la préparation aurait débuté en janvier dernier, de sorte à maximiser le potentiel de la soirée. 

De plus, il y aurait eu de nombreux changements dans l’organigramme permettant de lisser la charge de chacun, en augmentant le nombre du comité de 25 membres à 40 membres. Ç’a permis, par le fait même, d’ajouter une nouvelle équipe de Conscience sociale, qui avait pour but de faire de la prévention des VACS et d’apporter du soutien aux participants tout au long de la soirée.  

De plus, les équipes de la Logistique et des Communications ont été divisées en trois sous-ensembles chacune. Il n’y a pas de doute, le comité de cette année était déterminé à nous offrir une expérience hors du commun. La preuve, en comparant à l’année précédente, les 11 points de service de rafraichissement n’ont connu aucune file d’attente cette année.  

Une ambiance bavaroise 

Lors de la soirée, plusieurs groupes de musiciens ont su animer et alimenter d’une énergie mémorable l’événement. Ce sont les groupes de l’AGED Band qui ont ouvert le bal, suivis par le groupe Auslander et, pour terminer la soirée, nous avons eu la chance d’avoir Alaclair Ensemble pour nous rappeler l’importance de la famille.  

De multiples kiosques de photos, de jeux d’adresse et de démonstration de force étaient disponibles. Un restaurant complètement revisité servait des plats inspirés par la culture bavaroise. Des recherches ont nécessairement dû être faites par le CO pour obtenir un résultat qui tente d’être aussi fidèle à la célébration d’origine. Il faut ajouter que l’événement dans son ensemble, bien qu’il ne le soit pas encore tout à fait, semble tendre vers la carboneutralité. 

Pour revenir à l’AGED Band un instant, une entrevue a révélé que les groupes ayant performé lors de l’événement ont pratiqué en moyenne 15 h par semaine, chaque semaine, sans compter les heures de pratique personnelles. Nicolas Bastien-Besner explique que « ce genre de foule, pour des étudiants comme nous, ça arrive rarement deux fois dans une vie. » En effet, cet événement attire en moyenne plus de 7 000 étudiants de partout sur le territoire.  

Le restaurant s’est donc réinventé cette année grâce aux bénévoles présents et le chef de la cuisine, Antoine Lepage, alias Le Pont. Il a confié que pour lui qui n’avait jamais travaillé en restauration, ç’avait été un défi de taille. Il m’a fait savoir qu’il voulait nous offrir une expérience culinaire de taille. Après plusieurs voyages entre la ville de Québec, où il fait son stage, et Sherbrooke, le résultat était sans équivoque un succès. Pour le citer : « Cette année, c’était particulier. Notre comité était incroyable. » 

La fin de semaine du 7 au 8 octobre était le moment culminant pour le CO. La dernière ligne droite de ce marathon. Le vendredi, le montage débutait, accompagné d’un important nombre de bénévoles. La gestion de tout ce personnel était partagée entre les membres du CO. Toutefois, le principal intéressé n’était nul autre que Thomas Charpentier-Larouche. En entrevue, il a avoué que cette fin de semaine ne s’est pas déroulée tel qu’espéré. Les bénévoles étaient plus productifs qu’escompté. Le montage avançait à une vitesse telle qu’il a dû « couper » certains bénévoles. Malgré quelques frictions au niveau de la rotation des bénévoles le samedi soir, la vue d’ensemble se mérite une note parfaite.  

Une organisation hors pair 

Aviez-vous remarqué que des transports avaient été prévus pour les allées et venues entre les points desservis et le lieu de l’événement? Aviez-vous aussi constaté la présence d’un DJ au-devant des grandes grilles qui servaient de files d’attente pour entrer dans le complexe? C’est en partie grâce à l’implication et aux efforts déployés par nul autre que Mickel Bourgin, alias El Senior. Bien que le jour J, ce dernier semblait plus nerveux que la majorité de ses compères, le déroulement des transports a été déclaré sans anicroche par la compagnie, a partagé en entrevue Mickel. « On a commencé le samedi matin 7 h à décharger et faire le montage. À 6 personnes, ça nous a pris 19 h monter et démonter les clôtures. » Il m’a aussi ajouté : « J’ai décidé de faire monter une scène avec un DJ pour maintenir les étudiants dans le vibe. Plus on s’approche du centre de foire, plus on prend le hype. »  

La présidente a aussi confirmé qu’avec la venue de nouvelles opportunités de partenariat, dans le futur, l’événement devrait coûter de moins en moins cher pour les étudiants. Notamment grâce à l’acquisition locale des matériaux et des produits nécessaires à la mise en place de la soirée bavaroise. Une nouvelle qui devrait être bien accueillie par les participants des futures éditions de l’Oktoberfest sherbrookois. 

Cette soirée, riche en rires, en actes de camaraderie, en couleurs et en saveurs, reste un événement qui nécessite une grande part d’implication étudiante. Il faut reconnaître l’initiative et l’implication de tous les membres du CO. N’oubliez pas de vous procurer un bock « La légende » si vous comptez participer à cette soirée, un souvenir de collection unique à l’Université de Sherbrooke.   


Source: Site web de l’Oktoberfest de Sherbrooke

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.