Mar. Fév 27th, 2024

Par Thibaut Chabanet  

Le 8 janvier 2024 a débuté la deuxième édition du cours « Enjeux et perspectives autochtones en droit et politiques de la santé au Québec ». Ce cours, placé sous la direction de la professeure Mélanie Bourassa Forcier, résulte d’une collaboration entre l’Université de Sherbrooke, des membres dévoués de la communauté étudiante ainsi que des partenaires du milieu de la santé. L’objectif est de combler un besoin crucial de formation en lien avec les réalités autochtones dans le domaine de la santé.  

Un cours sous la supervision d’experts des réalités autochtones  

Ce cours a été conçu en harmonie avec les conclusions des rapports de la Commission de la vérité et réconciliation du Canada, de la Commission Viens ainsi que du Principe de Joyce, mais cette harmonie n’aurait pas été possible sans le soutien du Fonds d’innovation pédagogique. L’une des finalités est de combler un manque en matière de compréhension des enjeux autochtones dans le secteur de la santé.  

La pertinence de ce cours est assurée par trois chargés de cours. D’abord, M. Pascal Porlier, originaire de la Côte-Nord et co-chef du groupe de pratique autochtone au sein du Cabinet Cain Lamarre. Depuis plus de 40 ans, M. Porlier est au contact des membres des Premières Nations. Il concentre notamment sa pratique dans les affaires autochtones, l’énergie et les ressources naturelles. De plus, sa contribution sociale au club Kiwanis de Val-d’Or souligne son engagement envers la jeunesse abitibienne.  

C’est ensuite M. Alexis Wawanoloath, avocat spécialisé en droit des peuples autochtones chez Neashish Champoux et membre de la nation W8banaki (Abénakis), qui enrichira le cours de son expérience politique en tant que premier Autochtone élu à l’Assemblée nationale du Québec depuis 1969, année d’obtention du droit de vote pour les Premières Nations. M. Wawanoloath permettra également d’apporter une dimension holistique grâce à son parcours éducatif et professionnel diversifié, qui s’étend de l’éducation à la politique et aux médias, toujours avec une perspective autochtone. 

Pour finir, il s’agit de Béatrice Petitclerc, qui ajoutera une dimension pratique grâce à son expérience en droit autochtone et ses antécédents au sein du département de la santé du Gouvernement du Nunavut. Son expertise garantira une compréhension approfondie des enjeux de santé autochtones.  

Une expérience enrichie par l’intervention d’experts de la santé autochtone  

Outre les personnes chargées de cours, plusieurs experts de la santé autochtone contribueront à cette seconde édition du cours. Les personnes étudiantes auront la possibilité d’interagir avec des personnalités telles que Jean Vollant, directeur du centre de santé d’Odanak; Daniel St-Amour, directeur général du Conseil Cri de la santé et des services sociaux de la Baie James; Diane Otteyeres Reid, guérisseuse crie; ainsi que Loana Radu, professeure à l’École d’études autochtones et cochercheuse à la chaire de recherche stratégique en santé et perspectives autochtones de l’UQAT (Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue).  

Cette initiative continue à jouer un rôle central dans la promotion de la compréhension des réalités autochtones dans le secteur de la santé et la diversité des contributeurs assure une expérience enrichissante. Ce cours est crucial pour l’évolution des mentalités et des pratiques, en favorisant l’intégration et l’inclusion des perspectives autochtones.  


Source: Université de Sherbrooke

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.